RENAULT LAGUNA Coupé.

AUTO Essai : RENAULT LAGUNA Coupé.

Ce Coupé impressionne par son design. Il efface totalement le classicisme de la berline.

Un peu d’histoire:

A 13 ans, Louis Renault se lie d’amitié avec Léon Serpollet, pionnier de l’automobile à vapeur. A 21 ans, il installe un atelier dans le jardin familial, réalise sa première voiture et, le 25 février 1899, crée la société Renault Frères. En 1905, l’entreprise passe à la production en série. Dans l’entre-deux-guerres, Renault perpétue la tradition des berlines de prestige, parallèlement à la production de voitures populaires. Nationalisée en 1945, la ‘Régie’ a pour mission de remotoriser la France. Elle ouvre son capital en 1994 et l’Etat devient minoritaire en 1996 alors que Nissan fait également partie de celui-ci www.renault.be).

Avant de prendre place à bord de ce Coupé destiné à quatre personnes, un tour du propriétaire s’impose car le segment dans lequel cette Renault évolue rime avec élégance et sportivité.
Une fois ouverte la grande porte sans encadrement de vitre, on redécouvre sans surprise la planche de bord de la berline avec sa finition de belle facture, un endroit où il fait bon vivre mais où il manque toujours de quelques endroits supplémentaires où se vider les poches. A l’arrière, l’espace est correct, même si certaines concurrentes font mieux. Le coffre lui aussi est un bon point : 423 dm3 de volume, c’est plutôt bien surtout compte tenu de la forme resserrée de la poupe.

Avec ses 4,64 mètres de long et 1,63 m de large la Laguna Coupé offre des proportions très équilibrées. Son image dynamique est renforcée par un long capot à nervure centrale et l’inclinaison des phares avant. L’arrière est caractérisé, quant à lui, par un porte-à-faux très court et des feux larges et fins.

Motorisations :
La Laguna Coupé est disponible sous quatre niveaux de gamme différents. La finition la plus basique est la Coupé, qui propose le 2L Essence 170 chevaux en boite auto ou le dCI 150 chevaux.Vient ensuite la finition Dynamique proposée exclusivement en diesel, du dCI 150 au gros V6 dCI 3L 235 chevaux. La finition GT se veut plus sportive en proposant les quatre roues directrices en série et va du 2L essence 205 chevaux ( le bloc de la Laguna GT ) jusqu’au V6 dCI 235 chevaux. Enfin, la finition Initiale chapeaute la gamme Laguna Coupé.
Le Diesel 2.0 dCi de 150 cv de ce Coupé concilie élégance et sobriété. L’entrée de gamme Diesel s’équipe donc du 150 cv et ne bénéficie pas du système de roues arrière directrices. Très élastique, ce moteur brille par son allonge. Rares sont les Diesel capables d’offrir autant de souffle après les 4 000 T/m. Ce 2.0 fait aussi preuve d’une grande souplesse à bas régime. La boîte six vitesses est très douce à manipuler mais le levier présente un débattement long.
Cela étant, les performances demeurent tout à fait suffisantes pour voyager sereinement et la consommation en profite pour descendre sous les 7 litres/100 km en moyenne.

Les grands Coupés roulent aussi au Diesel. C’est pourquoi Renault inaugure le 3.0 litres V6 dCi produit par Renault-Nissan. Avec 235 cv il propulse la Laguna sur la même ligne que les productions d’outre-Rhin.

Ce Coupé peut compter sur son amortissement rigoureux et son excellent freinage. Quant au comportement routier, il est carrément superbe en version quatre roues directrices, de série sur la finition GT. Car, en plus d’améliorer la maniabilité en manœuvre elles augmentent l’agilité et le sentiment de sécurité.
Cette Laguna Coupé a clairement une vocation de dévoreuse d’autoroutes. Son point relativement contenu (de 1 428 à un peu plus de 1 600 kilos en fonction du moteur) combiné à un châssis très efficace lui confèrent un comportement très sain et poussent parfois même à rentrer un peu plus vite dans les virages pour jouer des roues directrices arrière.

Conclusion :

Dépourvu de ses roues directrices, la Laguna Coupé n’offre pas plus d’agrément que la berline à motorisation équivalente. Cette dernière se révèle même plus performante grâce à sa transmission moins longue. Reste une robe élégante et une plus grande sobriété. De belles qualités pour un Coupé. Avec ce nouveau Coupé, Renault débarque dans un segment encore inconnu pour la marque au losange. Alors du coup, le constructeur français reste très discret et très modeste sur les ambitions de son nouveau modèle. Mais le facteur principal de vente pour cette Laguna Coupé devrait avant tout être son style franchement affirmé et qui doit pouvoir facilement amener à l’achat coup de coeur, surtout dans les versions plus abordables.