Opel Mériva.

écrit par patrickthibaut
le 06/02/2011
Opel Meriva

Le nouvel Opel Mériva fait parler de lui, et pour plusieurs raisons. Commençons par celle que vous pouvez voir immédiatement, la taille. La première génération s'inscrivait parfaitement dans son segment, celui des petits monospaces. Le nouveau Mériva mesure 4,28 m de long, soit 23 cm de plus, à seulement 6 cm du Scénic châssis court. Autrement dit, il s'intercale entre deux segments, tout en gardant plus ou moins les prix du segment inférieur : avouez que ça devient intéressant (www.opel.be)!

L'autre grande nouveauté, vous pouvez également l'apercevoir de l'extérieur avec les poignées des portes arrière, positionnées de façon étrange à l'avant de ces portes. Pourquoi ? Parce qu'elles sont à ouverture dite antagoniste, elles ne s'ouvrent pas dans le même sens que les portes avant. Gadget ? Coup marketing ? C'est ce que nous pensions au départ, mais à l'usage, non. Précisons d'abord que ces portes arrière sont à ouverture indépendante, c'est-à-dire que vous pouvez les ouvrir même quand les portes avant sont fermées, contrairement à la Mini Clubman ou à la Mazda RX8. Ensuite elles sont de taille normale, et s'ouvrent en grand, à 84°. Tout ceci conjugué à la hauteur de la voiture entraîne une accessibilité évidente, une facilité pour monter ou descendre de la voiture qui paraît étonnante.

A l'intérieur, quid de l'espace intérieur et de la modularité ? Profitant de son allongement spectaculaire, le nouveau Meriva offre une habitabilité aux places arrière tout à fait correcte, y compris pour des adultes de bonne taille. Seule la largeur déçoit un peu, d'autant que la place centrale arrière n'est pas constituée d'un vrai siège à part entière. En ce sens, le Mériva n'est pas au standard des monospaces compacts comme le Scénic, mais bel et bien en face du segment d'origine, celui des petits monospaces.

Concernant la modularité. Les sièges latéraux peuvent coulisser en longueur, et si vous rabattez le strapontin central, vous pouvez les faire coulisser ainsi, en diagonale, afin de donner plus d'espace latéral à leurs occupants. Le coffre perd un peu en contenance. Les sièges peuvent bien sûr tous se rabattre, avec une assise qui descend automatiquement, et former un plancher plat avec le compartiment à bagages. Celui-ci affiche un volume de 400 dm3, en stagnation par rapport à la génération précédente.

A l'avant où on retrouve une console centrale très proche de celle de l'Astra. La qualité perçue est correcte, flatteuse si l'on considère ce Mériva comme un petit monospace, mais un peu juste si on l'associe à la catégorie du Scénic. Le levier de vitesses surélevé tombe parfaitement sous la main, et la position de conduite ne pose pas de problème particulier, malgré son côté un peu trop vertical. Côté rangement, ils sont assez nombreux et pratique, notamment cet accoudoir central qui peut coulisser ou même se retirer complètement. De la modularité, y compris à l'avant.

Sur la route, le Meriva révèle un très bon compromis confort/tenue de route. Certes il n'est pas sportif, loin de là, mais les inégalités de la chaussée sont absorbées sans percussion, et la voiture prend un roulis assez bien contrôlé. Il en ressort un certain agrément de conduite.
Terminons par le côté budget. En consommations, ce Mériva affiche un appétit très raisonnable.

En conclusion, ce Mériva nous a fait une excellente impression. Le coup des portes antagonistes n'est pas du tout un gadget et on l'adopte assez vite. L'espace intérieur profite de la forte hausse de gabarit, sans que le tarif suive. On a même une bonne surprise avec le compromis confort/comportement routier. Malgré quelques défauts pas bien méchants, ce Mériva nous paraît donc un excellent choix pour un petit monospace familial, à condition que vous n'ayez que deux enfants.

  • Opel Meriva
  • Opel Meriva
  • Opel Meriva
  • Opel Meriva
  • Opel Meriva
  • Opel Meriva
  • Opel Meriva
  • Opel Meriva
  • Opel Meriva
  • Opel Meriva
  • Opel Meriva
  • Opel Meriva
1039 lectures
User default img
patrickthibaut