Jambes, Capitale du Folklore du Monde

Centro de Proyecciones Folkloricas Atenay Batista de Ciudad David New Taipei City Art Group de Taipei , Taiwan  Jambes, Capitale du Folklore du Monde  Jambes, Capitale du Folklore du Monde Le Poutou de Toulouse Tarumbeta Africa Cultural Group de Nairobi GKUD Laza Nancic  de Vrsac Folk Dance Ensemble Podillya de Khmelnitsky, Ukraine La Saltarelle de Wavre Frairie Royale des Masuis et Cotelis jambois de Jambes

En août, Jambes est la « Capitale Mondiale du Folklore ». Le Festival ouvrira ses portes du 16 au 19 août et vous fixe rendez-vous, avec plus de 10 rencontres à Jambes et à Namur.
Pour des raisons logistiques et financières, le festival gardera son centre névralgique à l’Espace Laloux.
Vous aimez voyager sur des rythmes et couleurs du monde, alors vous serez gâtés par ces moments riches en émotion et en amitié.
De l’Amérique centrale à l’Asie, de l’Afrique à l’Europe, le Monde sera à nouveau présent à Jambes !
Le Festival accueillera des troupes authentiques provenant directement de France, du Kenya, du Panama, de Serbie, de Taïwan, d’Ukraine et de Belgique, avec la participation du groupe local la « Frairie Royale des Masuis et Cotelis Jambois », qui n'est plus à présenter.
Depuis 4 ans maintenant, il est de tradition que le festival fasse découvrir, d’autres régions de Wallonie, en invitant un second groupe, présent uniquement le samedi soir.
4 jours intenses de découvertes exceptionnelles, de chants, de danses, de musiques.
Tous les spectacles se dérouleront à l’Espace Laloux, allée du Parc Astrid, 11 à Jambes, où l’on pourra accueillir 400 personnes par représentation.

« Le Poutou de Toulouse » de Toulouse - France
Créé en 1956, le « Poutou de Toulouse » est un groupe traditionnel d’expression folklorique, qui a développé des recherches sur le costume, l’habitat, les danses, les chants, les coutumes et les traditions populaires des pays de langue d’Oc, en particulier, le Lauragais et la Gascogne.
Les costumes des danseurs et musiciens évoquent la fin du 19e siècle (de 1870 à 1900), certaines pièces étant authentiques (toutes les chemises et pantalons à jambes, jupons), d’autres ont été reconstituées fidèlement, comme les costumes de paysans et paysannes, ainsi que ceux pour une cérémonie, voire même de bourgeois et bourgeoises.
Ce groupe a diversifié son répertoire en proposant des danses dont la signification et le sens sont spécifiques.
Ainsi, nous pourrons apprécier des danses telles que les polkas, les mazurkas et les scottishes, mais également des danses de métiers, comme la danse de la moisson « Mari Congot », la danse du « Téoulier » (le couvreur de toit), la danse des treilles (pour la récolte du raisin et la préparation du vin), ou même encore la danse du Carnaval durant laquelle les « conscrits » s’amusaient, sans oublier la danse originale du Poivre, ou la Trompairo, celle du Cordon bleu (danse pour un mariage) ou encore celle du Saut de la Pie…..
Les danses sont accompagnées par des instruments anciens comme la « boha » (cornemuse gasconne), le « graïle », l’« aboes », le « valhourle », le « clari » (des hautbois languedociens), la « boudègue » (grande cornemuse de la Montagne Noire), le violon, le flutiau et la flûte traversière, la clarinette, l’accordéon (chromatique et diatonique), le tambour, ainsi que la bombe du Lauragais qui accompagne certaines danses très rythmées.
« Le Poutou de Toulouse » interprète en langue d’Oc, des chants traditionnels et nadals régionaux dont la plupart sont harmonisés à quatre voix.
Le chant était de tous les instants. Il exprimait la joie comme la peine et redonnait du courage lors du dur labeur au champ. Ces chants sont classés en trois thèmes principaux : chants profanes, chants de Noël et chants religieux.
Leurs musiques, danses et chants animent encore aujourd’hui les fêtes de village leur donnant ainsi une couleur traditionnelle.
« Le Poutou de Toulouse » fait partie de la Confédération Nationale des Groupes Folkloriques Français, reconnue d’utilité publique et agréée par le Ministère de l’Éducation nationale, ayant participé au cours de ses nombreuses années à de nombreux festivals en France mais également à Andorre, en Allemagne, en Autriche, aux Baléares, en Croatie, en Espagne, en Hongrie, en Italie, aux Pays-Bas, en Pologne, au Portugal, en Roumanie, en Sicile, en Slovaquie, en Turquie, en Yougoslavie,…
Le groupe compte actuellement une soixantaine de personnes : musiciens, danseurs adultes et adolescents.
C’est dans le cadre d’un échange folklorique avec le groupe jambois que « Le Poutou de Toulouse » sera présent à notre 59e édition.
• « Le Poutou de Toulouse » de Toulouse - France : vidéo 1 sur Youtube
• « Le Poutou de Toulouse » de Toulouse - France : vidéo 2 sur Youtube

« Tarumbeta Africa Cultural Group » de Nairobi - Kenya
« Tarumbeta Africa » est un groupe culturel créé en 2015, reconnu en tant qu’Organisation à Base Communautaire (OBC), composé de 25 membres actifs, hommes et femmes qui proviennent de Korogocho, un des plus grands bidonvilles de la périphérie de Nairobi et abritant près de 200.000 habitants.
Parmi ses activités, on retrouve notamment les danses traditionnelles authentiques, des scènes théâtrales avec des sketches oraux, l’apprentissage de la fabrication de bracelets réalisés avec des perles, etc.
« Tarumbeta Africa » porte une attention toute particulière à la sensibilisation de la communauté, plus particulièrement au niveau éducatif traitant divers thèmes sociaux, tels la toxicomanie, le sida, le viol, le sida et les violences.
Les membres de ce groupe culturel ont créé un programme alimentaire, notamment pour les foyers d’enfants, dont les familles se trouvent dans une situation précaire, ainsi que pour les personnes âgées.
Au niveau folklorique, ils ont mis au point divers spectacles qu’ils ont eu le plaisir de présenter à l’étranger, en Espagne, au Portugal,….
En France, en 2017, ils ont remporté un vif succès lors de leur participation au Festival de Confolens.
Aux Pays-Bas, avec l’appui de l’association néerlandaise « Teachers4teatchers », ils ont mis sur pied un programme d’échanges culturels, grâce au soutien de divers partenaires.
Avec l’aide de « Tarumbeta Africa », les autorités gouvernementales du Kenya souhaitent pouvoir mettre en valeur la culture kenyane, qui, grâce à la musique et la danse, facilite ainsi l’intégration nationale, encourageant les Kényans à se réunir et à travailler ensemble, en intégrant chaque membre de la communauté, limitant collectivement les différences engendrées par l’exclusion politique, le tribalisme et les disparités entre les sexes.
Comme partout en Afrique, la musique traditionnelle rythme la vie du village, chaque ethnie possédant un style particulier. Si la différence est parfois subtile pour le profane, le point musical commun est l'utilisation des percussions, comme la « bunde » (batterie de six tambours), le tambour « sukuti » et le « ngoma », ce dernier ayant d’ailleurs donné son nom à ces musiques traditionnelles.
Parmi les instruments traditionnels du Kenya, notons encore la « nyatiti » (petite lyre, issue de l’Egypte antique), la corne appelée « oporo », l’« orutu », sorte de vielle ou encore le « tar », instrument de percussion arabo-andalou, cousin du tambourin, …
• Tarumbeta Africa un groupe culturel de Nairobi - Kenya: vidéo sur Youtube

« Centro de Proyecciones Folklóricas Atenay Batista » de Ciudad David - Panama
Provenant de Ciudad David (province de Chiriqui), le « Centro de Proyecciones Folklóricas Atenay Batista »
a été fondé le 19 mars 1990 dans le but principal de promouvoir, préserver et diffuser les manifestations folkloriques de son pays.
La joie de leurs danses, la note colorée de leurs costumes, la jeunesse de leurs danseurs et leur professionnalisme ont permis une communication tout à fait unique avec le spectateur lors des différents événements auxquels ils ont participé aussi bien au niveau national qu’international.
Leur programme est un spectacle très varié, qui fait le tour des différentes époques aussi bien coloniale que républicaine qu’a connu le Panama ainsi que des traditions issues du monde rural panaméen.
La musique est interprétée par des professionnels, qui utilisent entre autres, des instruments traditionnels tels que l’accordéon, le violon, la guitare, des tambours, la « churuca » (instrument réalisé dans une calebasse de forme allongée).
Depuis sa création, ce groupe a été de nombreuses fois l’ambassadeur culturel du Panama en visitant des pays tels que: l’Argentine, la Bolivie, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, l’Espagne, les États-Unis, la France, l’Italie, le Mexique, les Pays-Bas, le Pérou, Uruguay et le Venezuela.
Avec une belle carrière tant au niveau national qu’international, ce groupe a accompli un travail remarquable dans la transmission à ses étudiants (de différentes générations) d'une passion pour leur folklore. Leur répertoire regroupe avec une qualité extraordinaire tous les rythmes vernaculaires du Panama.
On y retrouve les danses des Indiens « Guna », « Ngäbe-Buglé » et « Emberá », habitants des petites iles formant l’Archipel de Sans Blas dans les Caraïbes, en passant par les danses négroïdes dont la danse de « Zaracundé », le Congo, les danses créoles et leurs croyances religieuses, ainsi que les danses et les chansons du paysan panaméen, sans oublier d’autres danses représentatives du Panama telles que les danses de salon datant de la fin du 19e siècle, avec la beauté et l'élégance du costume national, la « Pollera », son petit tambour, le « Punto zapateado classique », la « Denesa » et la « Cumbia ».
Le Festival Mondial de Folklore de Jambes a la joie de recevoir pour la première fois une délégation du Panama, un pays qui manquait également à leur palmarès.

• Centro de Proyecciones Folklóricas Atenay Batista de Ciudad David - Panama : vidéo sur Youtube

« GKUD Laza Nanč ić » de Vršac - Serbie
Cette société folklorique, fondée en 1919, a changé de nom à plusieurs reprises au cours d’une longue histoire, mais toujours dans le même objectif de préserver une tradition folklorique extrêmement riche. Elle s’est appelée successivement « Vasa Pelagic », « Abrašević, », « Žarko Zrenjanin » et, depuis 2000, «GKUD Laza Nančić», du nom de Laza Nančić (1854-1887), qui était journaliste et écrivain, d'obédience socialiste.
Le siège de la société folklorique étant installé dans la maison natale de ce dernier, ses responsables ont décidé de donner son nom à leur association, qui, au fil des ans, a vu passer plus de 10.000 membres de tous les âges, étant, désormais, classée parmi les dix meilleurs ensembles de la Serbie.
En 2017, elle remporta le 3e Prix du « Republic Folk Spectrum » de Cacak, organisé par l’« Amateur Association of Serbia ». La même année, elle participa, à nouveau, à l’important « Concert de Vidovdanski », qui regroupe les plus importants groupes serbes.
« GKUD Laza Nančić » a participé à de nombreux festivals, dans presque tous les pays européens, dont l’Allemagne, la Bulgarie, l’Espagne, l’Italie, la Roumanie, la Suède, ayant également réalisé une tournée de plus d’un mois aux États-Unis, incluant une représentation à la Maison Blanche.
Placée sous la direction artistique et musicale de Vladimir Bošković, elle compte, aujourd'hui, environ 200 membres, répartis en trois sections : sous la direction de Predrag Munižaba pour la partie danse folklorique, le chant étant dirigé par Biljana Petričević, la direction musicale étant confiée à Miljan Dubovac.
Le programme de «GKUD Laza Nančić», essentiellement basé sur la tradition du peuple serbe, a ainsi remporté de nombreux prix et distinctions, notamment décernés par l’ex-Yougoslavie, la République de Serbie et la Province autonome de Voïvodine. Notons encore que lors des festivités de Vršac, ce groupe s’est vu décerner la plus grande distinction pour l’ensemble de toutes ses prestations, depuis sa création.
Soulignons que 2019 est l’année de leur centenaire, étant, ainsi, l'une des plus anciennes sociétés folkloriques de Voïvodine.
La danse folklorique est une vieille tradition et un élément fort de la culture serbe. « Kolo » est la danse folklorique collective traditionnelle et chaque région a au moins une kolo unique, accompagnée par la musique instrumentale à deux temps, souvent l’accordéon.
Pendant des siècles, le folklore serbe a évolué et il a eu une influence significative sur l'originalité des créations folkloriques. Celui-ci est très varié en ce qui concerne le rythme, les pas de danse à vous couper le souffle, la manière de danser, la musique, les chants et les costumes folkloriques aux couleurs chatoyantes. Il est resté très populaire avec les anciennes et nouvelles chorégraphies. La musique nationale, quant à elle, peut être divisée en trois : la musique vocale, la vocale-instrumentale et l’instrumentale.
C’est avec beaucoup de plaisir que nous recevons cet ensemble à Jambes, où les diverses sonorités des instruments tels la « tamburitza », la trompette, le « gusle », la flûte chromatique ou « kaval », la « zurla », la « shargia », ou encore la « gajda », une petite cornemuse des Balkans, vont nous faire vibrer …
Grâce et vivacité sont donc au programme de cet ensemble.

• « GKUD Laza Nanč ić » de Vršac - Serbie: vidéo 1 sur Youtube
• « GKUD Laza Nanč ić » de Vršac - Serbie: vidéo 2 sur Youtube

« New Taipei City Art Group » de Taipei
Ce groupe a été créé en 2010 à New Taipei City, la plus grande ville de Taïwan.
Il se compose de musiciens et de danseurs professionnels mais également d’étudiants issus de la section musique et danse à l'Université de Taipei.
En quelques années, ils ont déjà remporté de nombreux prix lors de nombreuses compétitions nationales.
Les spectacles du groupe sont axés sur les cultures taïwanaises et ethniques, et plus particulièrement sur les danses et les coutumes de la culture « Hakka ». Ces arts et musiques traditionnels les ont conduits à travers le monde dans de nombreux pays comme l'Allemagne, l'Angleterre, l'Italie, le Portugal, la République tchèque… Le souhait de ce groupe avec les diverses participations dans ces festivals est d’apporter un peu de bonheur, de fraternité et rêver à la paix dans le monde.
On retrouvera dans la programmation, la danse et la mélodie « Hakka Beauty » ; la belle danse « Ge-ma-Lan » ; la danse et l’interprétation de la musique du « Taiwan Spendor » ; l’interprétation du bateau de l'amour sur la rivière ; différentes danses accompagnées de tambours ; la danse des tribus aborigènes de la montagne Ali-Shan ou encore la danse colorée du papillon et du paon…

• « New Taipei City Art Group » de Taipei : vidéo 1 sur Youtube
• « New Taipei City Art Group » de Taipei : vidéo 2 sur Youtube

« Folk Dance Ensemble Podillya ». Groupe de danse folklorique d'Ukraine.
Ce groupe composé d’une trentaine de personnes nous rend visite avec une imposante formation musicale.
Outre le violoncelle, l’accordéon, le saxophone soprano et divers instruments de percussion, nous pourrons découvrir et écouter le son de divers instruments traditionnels chinois comme la « suona » et le « shEng », instruments à vent à anche double ; le « ruan » (guitare-lune) ; le « dizi » (flûte chinoise) ; le « erhu » (violon à 2 cordes) inventé il y a plus de mille ans et le « pipa » (de la famille du luth).
Le « Folk Dance Ensemble Podillya » fondé en 1975, reçoit la même année le titre de "Groupe de danse folklorique d'Ukraine".
Au cours de plus de 40 années d'expérience dans la danse, le groupe a donné près de 2.200 concerts à des publics variés.
Les meilleures traditions ukrainiennes sont présentées dans leur programme avec une grande diversité dans les costumes.
Le groupe qui a voyagé dans plus de 30 pays dans le monde entier est lauréat de nombreux prix glanés lors de nombreux festivals internationaux tels en Bulgarie, au Canada, au Danemark, en Espagne, en Finlande, en France, en Italie, aux Pays-Bas, en Pologne, au Portugal et dans certains pays du continent africain.
Le « Folk Dance Ensemble Podillya » a également pris part à la programmation culturelle des « Jeux olympiques » de Moscou en 1980 ainsi qu’au « Festival international de la Jeunesse » à Moscou.
Ce groupe qui se retrouve régulièrement à la télévision ukrainienne, est considéré depuis plusieurs années comme l’un des groupes les plus professionnels de la région de Podillya.
Son riche répertoire comprend 23 danses folkloriques et compositions chorégraphiques de toutes les « Folk Dance Ensemble Podillya » de Khmelnitsky -
régions ukrainiennes. C’est grâce au travail constant des membres du groupe, que l’on pourra apprécier des compositions aussi brillantes que « Gopak », « Kolomyky », « Kozachok » et bien d'autres.
Lors des concerts, les musiciens et des chanteurs professionnels accompagnent cet ensemble de danses folkloriques.
Ils interprètent des chansons folkloriques, des ballades anciennes, de belles mélodies et des morceaux de musique classique.
Aujourd'hui, le « Folk Dance Ensemble Podillya » se compose de 50 danseurs et plus de 300 membres répartis dans les groupes d’enfants.
Dirigé par Monsieur Sergey Pedan, les membres du « Folk Dance Ensemble Podillya » sont des personnes dévouées aux traditions et au folklore, s’efforçant de présenter un spectacle où l’on retrouve la vie traditionnelle ukrainienne.

• « Folk Dance Ensemble Podillya ». Groupe de danse folklorique d'Ukraine: vidéo 1 sur Youtube
• « Folk Dance Ensemble Podillya ». Groupe de danse folklorique d'Ukraine: vidéo 2 sur Youtube

« La Saltarelle » de Wavre - Belgique
Née au lendemain des « Jeux de Jean et Alice » en 1987, jeu à caractère médiéval ayant lieu tous les cinq ans et évoquant la remise de la « Charte des Libertés et Franchises communales » en 1222, par Jean, Seigneur de Wavre et Alice, sa dame, « La Saltarelle » est un groupe de danses et musiques, anciennes et traditionnelles spécialisé dans l’étude et la représentation de danses pratiquées en Wallonie à différentes époques.
Un travail minutieux, de fréquentes répétitions et des collaborations fructueuses avec des chorégraphes renommés, tel Marc Malempré (historien, musicien et chorégraphe de danses wallonnes), lui ont permis de faire connaître ses compétences en Belgique et à l’étranger.
La réalisation des costumes se fait au sein du groupe même, pour coller à la réalité de l’époque choisie, tout cela à partir des documents d'époque et de la région.
« La Saltarelle » présente des suites de danses qui vont des danses populaires et nobles de la Renaissance à des danses wallonnes de différentes factures en passant par des danses du18e françaises ou anglaises.
En abordant les contredanses wallonnes, quoique répandues dans toute l’Europe occidentale, ces danses font partie de notre patrimoine et méritent d’être sauvées de l’oubli.
Ces danses, un peu techniques, du 18e siècle, se sont pratiquées dans les salons et bals bourgeois avant de devenir populaires.
Les danseurs sont accompagnés de musiciens jouant de l’accordéon diatonique, de la cornemuse, de la flûte, de la guitare, de la harpe et du violon, leurs musiques étant tout à fait remarquables.
Le but du groupe est de démontrer que « Tradition et Folklore » sont des notions qui peuvent rassembler.
« La Saltarelle » croit que la transmission de ces valeurs est importante. Transmission par les spectacles, par les ateliers qu’ils désirent ouvrir à tous ceux qui veulent mieux connaître nos racines, par la musique et la danse, par son « Festival International Macadanse » qui est une porte ouverte aux autres cultures.
« La Saltarelle » se met au service d’organisateurs de spectacles lors de manifestations à caractère historique comme l’« Ommegang » à Bruxelles mondialement connu, le « Festin de Lessines », les « Fêtes de Mariemont » (500e anniversaire de Marie de Hongrie), La « Joyeuse Entrée du Prince-Evêque Erard de la Marck », le « Cortège des Géants ».
Á leur palmarès, plusieurs festivals internationaux programmés en Belgique : Schoten, Oostrozebeke, Dendermonde, Saint-Ghislain, Marcinelle, Tournai mais aussi à l’étranger : Écosse, France, Hongrie, Pays-Bas et Portugal.
C’est dans la continuité de la découverte des groupes folkloriques wallons que le « Festival Mondial de Folklore de Jambes – Namur » reçoit « La Saltarelle », qui, nous présente une suite de danses wallonnes : Passe-pied de Vieux-Ville, Valse de Bastogne, Contredanse de Bastogne, Gaillarde, Ballotine, Maclotte d’Emeroule, Aredje d’Otrée, Troika de Bertrix, Allemande d’Erezée, Joyeuse, Guise et Maclotte Maurugru.

A« Frairie Royale des Masuis et Cotelis jambois » de Jambes - Belgique
Créée en 1960, la « Frairie Royale des Masuis et Cotelis Jambois », composée d’un groupe d’enfants et d’un groupe d’adultes, veille à ressusciter les traditions ancestrales de Jambes, par la musique et la danse.
Les costumes aux tons chatoyants sont ceux qui étaient portés au 18e siècle, les dimanches et jours de fête.
Ils furent réalisés d’après des tableaux et gravures exposées, à Namur, au Musée Groesbeeck de Croix à Namur.
Le répertoire est très varié et comprend la plupart des danses wallonnes traditionnelles : arèdjes, matelottes, mazurkas, passe-pieds, quadrilles, troïkas, valses,…
D’autres doivent être intégrées dans un contexte plus général, celui des croyances et coutumes de notre région. On notera, par exemple, que la polka noire était réputée maudite parce qu’elle provoquait, disait-ton, la maladie de la pomme de terre. Une danse particulière du groupe, le Branle de Mariembourg ou Danse du Bouquet revêt une grande importance historique : les archives rapportent en effet qu’elle fut exécutée devant Louis XIV et sa cour, après le siège de Namur en 1692.
Depuis sa création, le groupe a visité toute l’Europe : l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, l’Espagne, la France, l’Irlande, l’Italie, le Portugal avec son archipel des Açores et l’Ile de Madère, la Tchéquie, la Suède, la Suisse, avec ces dernières années la découverte de la Lituanie, la Lettonie et de la Pologne.
Sa réputation a traversé l'Atlantique grâce à plusieurs tournées aux États-Unis (Wisconsin, Louisiane et Caroline du Nord) ainsi qu’au Canada, plus précisément à Namur (Québec). Le continent africain n’a pas été oublié, avec la participation au « Festival de Louga » au Sénégal.
La « Frairie » assure de nombreuses prestations locales et régionales, sans oublier une participation régulière aux fêtes folkloriques flamandes.
En 2010, à l’occasion de son 50e anniversaire, la « Frairie » s’est vue décerner le titre de « Société Royale » par le Gouverneur de la Province de Namur, Denis Mathen.
L’ensemble est composé d’une quarantaine de danseurs et musiciens, sans oublier le groupe des juniors composé d’une vingtaine d’enfants.
Le 1er week-end de juillet 2019, la « Frairie » s’est rendue à Toulouse où elle a participé aux manifestations organisées dans le cadre de la fête traditionnelle du « Grand Fenetra ». Si, cet échange a pu se concrétiser, c’est grâce à la présence à Jambes, du groupe « Le Poutou de Toulouse » qui a été invité par le Festival Mondial de Folklore.
Tout comme ce « Festival », la « Frairie » s’active déjà à la préparation des festivités de son 60e anniversaire
qui aura lieu en 2020.

Archives vidéos 2019
• « GKUD Laza Nanč ić » de Vršac - Serbie: vidéo 1 sur Youtube
• « GKUD Laza Nanč ić » de Vršac - Serbie: vidéo 2 sur Youtube
• « Centro de Proyecciones Folklóricas Atenay Batista » de Ciudad David - Panama : vidéo sur Youtube
• « Folk Dance Ensemble Podillya ». Groupe de danse folklorique d'Ukraine: vidéo 1 sur Youtube
• « Folk Dance Ensemble Podillya ». Groupe de danse folklorique d'Ukraine: vidéo 2 sur Youtube
• « New Taipei City Art Group » de Taipei : vidéo 1 sur Youtube
• « New Taipei City Art Group » de Taipei : vidéo 2 sur Youtube
• « Le Poutou de Toulouse » de Toulouse - France : vidéo 1 sur Youtube
• « Le Poutou de Toulouse » de Toulouse - France : vidéo 2 sur Youtube
• Tarumbeta Africa un groupe culturel de Nairobi - Kenya: vidéo sur Youtube
• Frairie Royale des Masuis et Cotelis jambois » de Jambes - Belgique : vidéo 1 sur Youtube
• Frairie Royale des Masuis et Cotelis jambois » de Jambes - Belgique : vidéo 2 sur Youtube
• Frairie Royale des Masuis et Cotelis jambois » de Jambes - Belgique : vidéo 3 sur Youtube
• Frairie Royale des Masuis et Cotelis jambois » de Jambes - Belgique : vidéo 4 sur Youtube
• Jambes, Capitale du Folklore du Monde
• Lien vers album photos et vidéos: spectacle de lundi 19 août 2019 à Jambes, Capitale du Folklore du Monde