Le onzième anniversaire du "Musée Hergé", à Louvain-la-Neuve

écrit par YvesCalbert
le 20/05/2020

 « A force de croire en ses rêves, l’homme en fait une réalité », écrivit « Hergé »  (Georges Remy/1907-1983). Fany  et Nick Rodwell en rêvaient depuis de longues années. Il y ont cru… et, ce vendredi 22 mai 2020 – « Hergé » étant né un 22 mai – il y aura onze ans que le « Musée Hergé » reçoit des visiteurs venus du monde entier, au sein d’un  espace de 3.660 m2, édifié sous la conduite de l’architecte français Christian de Portzamparc.

A noter que ce dernier reçut, en 2010, pour l’édification du « Musée Hergé », le « Belgian Building Award », pour l’édification du « Musée Hergé », ayant, au préalable, été le lauréat, en 1993, du « Grand-Prix de l’Architecture », du Ministère français de la Culture, et en 1994, du « Pritzker Architecture Prize », aux Etats-Unis.

Ce brillant architecte déclara : « En regardant le ‘Musée Hergé’, ce que l’on voit d’abord, c’est un intérieur coloré, onirique. Ce monde intérieur, comme dessiné en volumes et qui apparaît dans de grandes baies vitrées, est l’espace d’accueil. On pense, peut-être, aux cases  de la bande dessinée, qui nous font entrer dans un monde sans fin… Le  ‘Musée Hergé’, c’est l’histoire d’une rencontre. Et l’admiration est toujours là… » 

La fin du confinement tombe donc donc bien à propos, afin que chacun puisse, à cette occasion, (re)découvrir ce  superbe musée, qui, dédié à l’oeuvre de ce maître de la ligne claire qu’était « Hergé », a profité de sa longue fermeture, pour raisons sanitaires, pour bénéficier d’un rafraîchissement de ses peintures et de ses sols, lui redonnant, ainsi, toute sa splendeur…

Afin de nous rassurer, la directrice du « Musée Hergé », Anne Eyberge, nous informe qu’une série de dispositions, clairement expliquées, nous permettront de circuler encore plus agréablement dans les salles, en parfaite sécurité et dans le respect d’une distanciation d’1m50 entre les visiteurs, qui pourront profiter du lieu sans avoir à se croiser.

Nombre de documents d’archives, affiches, maquettes, objets divers, photographies, …, sans oublier, bien sûr, une petite centaine de planches originales, signées « Hergé », nous attendent tout au long d’un parcours scénographié  par l’auteur-dessinateur néerlandais Joost Swarte, créateur, en 1977, de l’expression « ligne claire », lauréat, en 1981, à Bruxelles, du « Prix St.-Michel du meilleur Artiste étranger », et, en 2008, du "Communication  Arts Award", aux Etats-Unis.

Evoquant des récompenses, notons que le « Musée Hergé », lui-même, s’est vu attribué, en 2015, un cinquième  « Soleil » (l’équivalent des« étoiles »  offertes aux restaurants), octroyé par le « Commissariat Général du Tourisme de la Région Wallonne ».

Si le restaurant du musée, « Le Petit Vingtième », doit attendre une décision fédérale afin de pouvoir à nouveau nous accueillir, nous nous devons d’admirer, à l’extérieur, l’oeuvre sculptée parTom Frantzen, inaugurée le 22 mai 2019, à l’occasion du 10è anniversaire du « Musée Hergé », ce sculpteur étant diplômé, en section de « Sculptures  monumentales », de l’« Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et des Arts Visuels de la Cambre ».

A cette occasion, il nous avait confié : « Dans mes sculptures de personnages, je veux avant tout exprimer leur personnalité et leur caractère… Pour ce qui est de la sculpture d’ ‘Hergé’, j’ai créé un socle en béton qui définit son espace. Au milieu de ce cercle, l’auteur est assis sur une pile de livres qui représente son oeuvvre. Il forme un tout avec elle. Il tient sa planche à dessin devant lui. De prime à bord, le visiteur a l’impression d’être dessiné par  ‘Hergé’. Celui-ci observre le monde d’un regard amusé…»

 « … (Son) chat, qui vient de s’installer sur ses épaules, peut observer l’évolution du dessin. Sur un livre qui a glissé hors de la pile, un petit ‘Tintin’ soulève ‘Milou’, pour qu’il puisse voir, lui aussi. Il y a une convergence vers le dessin et le visiteur de quatre regards vers le dessin et le visiteur en accordera encore un cinquième… »

« … J’ai utilsé des éléments du monde d‘ ‘Hergé’ pour créer son univers personnel… Pour se défouler, il a fait de lui un portrait carricatural, représentant ‘Tintin’ sous les traits d’un despote tyrannique. Sur ce dessin, le chat, installé contre sa nuque, observe son travail. J’ai pris tous ces protagonistes pour créer unescène plus positive dans laquelle ‘Hergé’ est détendu et heureux… » 

Pour ceux qui n’ont pas encore eu la chance de visiter le « Musée Hergé », voici les thèmes des huit salles à découvrir :

- « Le Parcours d’une Vie » (les premières oeuvres du Maître, cetaines datant d’avant « Tintin »)  ;

- « Créations multiples » (un focus sur sa production d’affiches publicitaires) ;

- « Une Famille de Papier » (portraits des personnages créés par« Hergé », peuplant notre imaginaire) ;

- « Hergé et le 9e Art » (l’oeuvre d’ « Hergé », du 9e art, la BD, au 7e art, le cinéma) ;

- « Hergé et la Science » (du laboratoire du Professeur « Triphon Tournesol » à la fusée lunaire) ;

- « Rêves de Voyages » (des méharées africaines à l’Amazonie et aux Palais orientaux) ;

- « Studios Hergé » (où« Hergé » fut davantage un guide qu’un dirigeant d’entreprise) ;

- « La Gloire d’Hergé » (avec trois tableaux signés Andy Warhol).

… Et, pour célébrer sa réouverture et son onzième anniversaire, l’équipe du « Musée Hergé » nous propose  plusieurs activités : :
• une nouvelle et surprenante exposition temporaire, qui nous sera présentée dans l’ « Atrium », à partir du 1er juin.
• à cette occasion, un « quiz », en lien avec le thème de cette exposition, sera offert aux visiteurs pour agrémenter leur visite.
• de nouveaux films documentaires seront diffusés dans plusieurs endroits du musée.

Notons encore que le dimanche 07 juin, l’asbl « Arts & Publics » mettra à l’honneur le « Musée Hergé », cette  association étant à l’origine de l’action de la gratuité dans les musées, chaque 1er dimanche du mois.

Concernant cette action, Anne Eyberge, la directrice du musée, nous confie : «  Les premiers dimanches du mois, l’entrée étant gratuite, nous comptons entre 1.500 et 3.000 visiteurs en une seule journée, des animations étant prévues, avec clowns et autres, … des enfants sortant avec ‘des étoiles dans les yeux’ … »

… Et, « Cerise sur le gâteau », pour tous, chaque dimanche de juin, l’accès au « Musée Hergé » sera gratuit.

Ouverture : du mardi au vendredi, de 10h30 à 17h30, les samedis, dimanches et jours fériés (sauf les 1er janvier et 25 décembre), de 10h30 à 18h. Prix d’entrée : 12€ (7€, pour les étudiants, les seniors {à partir de 65 ans} & les membres de familles nombreuses / 5€, de 07 à 14 ans, pour les étudiants de Louvain-la-Neuve & les « Amis du  Musée L » / 1€25, pour les « Art. 27 » / 0€, jusqu’à 6 ans inclus & pour tous, les premiers dimanches du mois, ainsi que tous les dimanches de juin 2020. Audioguides : 0€ (5€, les 1ers dimanches du mois). Groupes : non autorisés, actuellement. Sites web :  http://www.museherge.com & http://www.tintin.com. 

Soulignons que le « Musée Hergé » s’est doté d’une application audioguide téléchargeable sur un smartphone, cette application étant disponible en français, néerlandais, anglais, allemand, espagnol et chinois.

Yves Calbert.

 

21 lectures
Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert