Le musée vir[us]tuel de la Ville d’Eaux 1) « L’enfer » de Remacle le Loup (1708-1746)

Musee de la Ville d'Eaux L enfer de Remacle le Loup (1708-1746)

C’est une pièce époustouflante que nous proposons à votre curiosité pour commencer cette série. Il s’agit d’un très grand dessin de Remacle le Loup. Voir pièce jointe.
Cet artiste spadois a réalisé notamment les illustrations des quatre premiers volumes des « Délices du Pays de Liège » sorte de luxueux guide touristique édité en 1743.

Le dessin dont je vous parle - un lavis de grande dimension - est intitulé « L’enfer ». Comme son nom l’indique, c’est une vision du royaume du diable mais une vision très théâtrale, très imaginative et un rien naïve. Squelettes, animaux fantastiques et monstres peuplent cette œuvre réalisée à l’encre de Chine tandis que la scène principale se déroule dans un fastueux temple antique. Des scènes secondaires et une foule de détails plus curieux les uns que les autres se livrent au regard du spectateur attentif.
Nous sommes très loin des vues conventionnelles et paisibles qui caractérisent le style de Remacle le Loup. Alors pourquoi cette mise en scène sinistre ? Le dessinateur n’a laissé aucune explication, cependant deux éléments peuvent nous aider à comprendre cette lubie d’artiste. Premièrement, le Loup était un grand voyageur. Très jeune, il parcourt la France, l’Italie et les bords du Rhin. Ses pérégrinations le conduiront aussi à Lucerne, en Suisse, et là, dans le célèbre Pont des Moulins, il pourra admirer la « danse des Morts » peinte un siècle plus tôt. Cette danse macabre a plus que certainement inspiré le bandeau qui se trouve au bas de l’œuvre de Remacle le Loup.
Autre élément explicatif, le dessinateur mourra à 38 ans. C’est relativement jeune même si, au 18e siècle, l’espérance de vie était plus réduite qu’aujourd’hui. Ce dessin est-il alors prémonitoire ? Remacle le Loup était-il de santé fragile ? Ou alors est-ce une commande, une œuvre expiatoire ? Jusqu’à ce jour, nous n’avons aucune réponse à ces questions. Mais qui sait, l’information dort peut-être dans une liasse d’archives attendant qu’un chercheur futé la déniche enfin et ôte à cette œuvre sa part de mystère.

Détails de l’œuvre :
Dimensions : 77,5 x 60 cm (hors cadre)
Epoque : 2e quart du 18e siècle
Technique : lavis à l’encre de Chine
N° d’inventaire : Y0006c
Bibliographie : Barzin, Georges, La Danse de la Mort de Remacle Leloup, in Les Bobelins, n° 3, janvier 1948, pp. 165 à 168.

Pour aller plus loin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Remacle_Le_Loup

Infos : www.spavillaroyale.be

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

© François DETRY
Lien vers tous les reportages de François DETRY