Houffalize - Cartes postales - Belle époque et années folles

écrit par ReneDislaire
le 18/11/2017
1904. Destinataire Gouvy. Cachet de la poste: Houffalize. Remarquer: timbre a 1 c.: ne pas distribuer le dimanche. Rien au recto.

Houffalize Cartes postales Belle époque et années folles
Hommes et femmes: orthographe discordante

Dans notre échantillon de cartes postales, nous constatons que les femmes ont une meilleure orthographe que les hommes. Meilleures élèves en français, de pair avec un désintérêt des hommes pour la langue écrite ? Exercice du secrétariat du foyer ? Charge du suivi quotidien de la scolarité des enfants ? Important loisir consacré à la lecture ? Chacun interprétera.
*
Les femmes : péchés véniels
Je conte sur toi…
Il m’a écris

La perle : J’ai obtenu mon diplôme de champs et déclamation.
*
Les hommes : le pire
Des fautes d’orthographe, mais plus encore !
Nous n’avons que quelques écrits d’hommes, mais on trouve plusieurs cas de corrélation entre une orthographe approximative et des idées assez radicales.
Ainsi. Avec dix-neuf fautes en trois lignes.
Tres chere Francine, j’espere que tu n’a pas rencontre des polonais en passant aux arcades.
Un peu xénophobe le monsieur, qui écrit cela à sa fiancée ou épouse à Liège, quand on sait qu’on est en 1922, lorsque les entreprises liégeoises faisaient appel à des travailleurs polonais pour pallier le manque de main-d’œuvre dans la Cité ardente.
J’était toute a fait mal loge s’était du cafe san chicoree. Recois mille chosse cannaille de celui qui t’adore ton bien aime Arsene
Ah ! le râleur !
*
Les pics de la fréquentation touristique
La Belle époque s’étend en France et en Belgique de la fin du XIXe siècle à la guerre de 1914 : progrès technologiques, économiques, sociaux, politiques.
Pic de cartes postales de 1902 à 2007, et s’affaissant jusque 1912.
Bien sûr qu’on ne doit pas s’attendre à en trouver de 1990 ! Mais ce qui est surprenant, c’est que nous constatons des « bonnes nouvelles » adressées par des vacanciers jusqu’en 1918, armistice inclus..
Houffalize, un îlot tellement distant des tirs de Verdun et des gaz de la Lys ?

Les années folles en France commencent trois ou quatre ans après l’armistice et s’achèvent avec le krach de 1929.
Les années folles, c’est entre autres la radio, donc la culture de masse : les fiestas parisiennes, Mistinguett, Maurice Chevalier, les opérettes, rumbas et mazurkas.
À Houffalize, la fréquentation touristique sera significative jusqu’en 1932 environ, en décalage en trois ans avec la grande dépression économique de 1929. Mais le pic se situe de de 1922 à 1925.
Après 1932 les épistoliers se feront plus rares, mais bien présents, jusqu’en 1944.
Rien n’est à remarquer de spécial à partir de 1936, année des « congés payés ». Parce que les "ouvriers" étaient moins faiseurs d'écritures? Nous nous référons toujours à notre méthodologie : peut-être ici le manque d’intérêt des brocanteurs pour des cartes postales relativement récentes y est-il aussi pour quelque chose. Autrement dit, une autre méthodologie pourrait-elle contrarier notre perception.
*
Où vont les cartes ?
Quelques remarques intéressantes. Surtout au début du siècle.
Un tiers des cartes ont leurs destinataires à Bruxelles et Liège.
Un tiers dans un rayon proche, en majorité dans le Sud-Luxembourg et à Spa.
Dans le cas de Spa, des villégiateurs qui s’échangent des salutations ?
Dans le cas du Sud-Luxembourg, des Houffalois, donc des non touristes, qui écrivent à de la famille récemment émigrée vers les pôles industriels de Athus-Halanzy ? Ces derniers furent nombreux.
D'autres sont manifestement des "touristes d'un jour", à Houffalize pour affaires ou excursionnistes.
Un tiers vers la France : des gens visiblement d’un haut statut social dispersés en Normandie, Provence, Paris… partout sauf bien sûr en Alsace-Lorraine qui, rappelons-le, étaient intégrée à l’empire allemand, le Deuxième Reich, de 1871 à 1918.
À noter aussi que certaines cartes de Houffalize sont envoyées vers des « voisins » vraisemblablement par des touristes rentrés chez eux, qui les avaient ramenées d’un séjour de Houffalize. Par exemple de Wavre à Bruxelles.
Et sans qu’il y soit fait allusion à Houffalize.
*
La guerre n'a frappé Houffalize qu’une fois celle-ci libérée
À relever qu’à Houffalize la période qu’on appelle communément « la guerre » n’eut que des effets négatifs relativement bénins : Occupation, certes, de 1940 à fin 1944, mais qui était en fait le sort conventionnel des vaincus hors des champs de bataille.
N’en déplaise au vocabulaire, c’est après la Libération que Houffalize subit les affres de la guerre, l’Offensive, ses morts et ses ruines : Noël 1944 et janvier 1945.
La page d’un certain tourisme s’est alors à jamais tournée.

*
René Dislaire © Houffalize, le 18 novembre 2017
*
Légende article 3 :
1904. Destinataire Gouvy.
Cachet de la poste : Houffalize. Remarquer : timbre a 1 c. : « ne pas distribuer le dimanche ». Rien au recto, si non signature d’homme, "de ministre".
1909. Destinataire : Paris. Cachet de la poste : Houffalize.
1904. Destinataire : Witry (Fauvillers). Cachet de la poste : Mellier. Timbre : 5 c.: distribuable le dimanche mais, en plus, écriture au recto :
« Je vous ècrie c’est qu’ elque mots Pour vous Dire que Jirais vous voir Jeudi le 20. Je suit en retard J’ai mal au bras et Je suit restée une Semaine sant travaillée. Maintenand sa vas mieux et Je ne saurais pas partire avant les Nose. Tout a vous Joseph M… » (note : ce nombre de fautes est exceptionnel ; l’intérêt est de montrer une carte achetée à Houffalize, oblitérée à Mellier à destination d’une adresse à Witry.
30 nov. 1918. Destinataire : Côte d'Or. Manifestement envoi de Houffalize sous enveloppe. La veille de réjouissances, trois semaines après l’armistice.
L’après-guerre de 14-18 fut en Belgique comme en France, mais surtout en France, une liesse invraisemblable, au regard du nombre de morts. C’était ainsi après toute guerre victorieuse. La France fêtait, en outre, une vengeance après sa défaite de 1970 et la récupération de l’Alsace-Lorraine.
À noter que ces quatre cartes sont écrites à l’encre.

Du même auteur :
Articles sur « l’envers des cartes postales » de Houffalize, première partie du XXe siècle.
* 1. Houffalize : l’envers des cartes postales - (2017)
* 2. Houffalize – Cartes postales – Rédaction et contenu – vocabulaire, orthographe et style
* 3. Belle époque et années folles

  • 1904. Destinataire Gouvy. Cachet de la poste: Houffalize. Remarquer: timbre a 1 c.: ne pas distribuer le dimanche. Rien au recto.
  • 1904. Destinatire: Witry (Fauvillers). Cachet de la poste: Mellier. Timbre: 5 c.: distribuable le dimanche mais, en plus, ecriture au recto.
  • 1909. Destinataire: Paris. Cachet de la poste: Houffalize.
  • 30 nov. 1918. Manifestement envoi de Houffalize sous enveloppe. Destinataire: Cote d'Or. La veille de rejouissances.
581 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire