Le 35è "FIFF", à Namur, Bruxelles et Moustier-sur-Sambre

écrit par YvesCalbert
le 28/09/2020

Tel le roseau de la fable de Jean de la Fontaine (1621-1695), à Namur, le « FIFF » (« Festival International du Film Francophone ») a dû plier, acceptant certaines exigences, consécutives à la crise sanitaire, mais il a résisté, nous proposant sa 35è édition, du vendredi 02, à 09h30, jusqu’au vendredi 09, avec la programmation de la Soirée de Clôture, dans les 3 salles du Festival, le « Caméo 1 », le « Caméo 2 » et « Le Delta ».

… Et oui, cette année pas de remise des « Bayards » au « Théâtre Royal », ni de châpiteau, ni d’orchestre, ni de Galas, ni d’invités non européens, ni de différents Jurys,… mais l’essentiel est préservé, malgré la suppression de pluieurs salles, le cinéma francophone sera bien à l’affiche, à Namur, pendant 8 jours, afin, comme le dit et l’écrit la déléguée générale du « FIFF », Nicole Gillet,« pour partager le cinéma en vrai, en grand, enfin »  !

Ce Cinéma du « FIFF », nous le partagerons, aussi, en décentralisation, à :

– Moustier-sur-Sambre, au « Centre Culturel », le mercredi 07, à 20h, avec :

*** « Slalom » (Charlène Favier/ Fra.-Bel./fiction/2020/92’/avec Jérémie Renier/film lauréat, en 2020, du « Prix d’Ornano-Valenti » au « Festival du Cinéma américain de Deauville »)

– Bruxelles, avec :

*** « Une vie Démente » (Ann Sirot & Raphaël Balboni/Bel./fiction/2020/86’/en première mondiale, à Namur, en Ouverture du 35è « FIFF »), au « Palace », le samedi 3, à 21h ;

*** « Collective » (« Collectiv »/Alexander Nanau/Roumanie-Lux./documentaire/2019/101′), au « Palais des Beaux-Arts » (« Bozar »), le dimanche 04, à 15h ;

*** « China Dream » (Hugo Brilmaker & Thomas Licata/2020/75’/en première mondiale, à Namur), au « Kinograph », le dimanche 4, à 19h.

A Namur, au programme de la compétition officielle :

*** « 1982 » (Oualid Mouaness/Liban-USA-Norvège-Qatar/fiction/2019/100′)

Synopsis : « En 1982 pendant l’invasion du Liban, dans une école privée en périphérie de Beyrouth, Wissam, onze ans, tente de confesser son amour à l’une de ses camarades de classe. Au même moment, ses professeurs, qui partagent un différend politique, essayent de masquer leurs craintes… »

*** « Adieu les Cons » (Albert Dupontel/Fra./fiction/2020/87’/avec Virginie Efira, Albert Dupontel & Bouli Lanners)

Synopsis : « Lorsque Suze Trappet apprend à 43 ans qu’elle est sérieusement malade, elle décide de partir à la recherche de l’enfant qu’elle a été forcée d’abandonner quand elle avait 15 ans. Sa quête administrative va lui faire croiser JB, quinquagénaire en plein burn out, et M. Blin, archiviste aveugle d’un enthousiasme impressionnant. À eux trois, ils se lancent dans une quête aussi spectaculaire qu’improbable… »

*** « Collective » (« Colectiv »/Alexander Nanau/Roumanie-Lux./documentaire/2019/101′)

Synopsis : « Le film fait suite à une enquête menée par des journalistes du journal ‘Gazeta Sporturilo’ sur la corruption des soins de santé à la suite de l’incendie de la discothèque ‘Collectiv’… »

*** « Heidi en Chine » (François Yang/Suisse-Fra./documentaire/2020/82′)

Synopsis : « En 1946, Heidi est confiée par son père à une famille suisse. Il ne reviendra jamais la chercher. Aujourd’hui, François Yang interroge sa mère sur son passé. En découle un voyage en Chine en quête d’une reconstitution mémorielle. Au contact de ses frères et sœur, Heidi mesure l’ampleur du drame vécu par sa famille restée en Chine, persécutée par le Parti Communiste… »

*** « Josep » (Aurel/Fra.-Esp.-Bel./animation/2019/75’/avec la voix de Sergi Lopez/« Prix de la Fondation Gan à la Diffusion », en 2019, au « Festival du Film d’Animation d’Annecy »)

Synopsis :  » Février 1939. Submergé par le flot de Républicains fuyant la dictature franquiste, le gouvernement français les parque dans des camps. Deux hommes séparés par les barbelés vont se lier d’amitié. L’un est gendarme, l’autre est dessinateur. De Barcelone à New York, l’histoire vraie de Josep Bartolí, combattant antifranquiste et artiste d’exception… »

*** « La Déesse des Mouches à Feu » (Anaïs Barbeau-Lavalette/Canada/  /2020/106′)

Synopsis : « Catherine, une adolescente, aux prises avec le divorce de ses parents pas toujours parfaits. En pleine crise existentielle, Catherine se tourne vers la fête et la drogue… »

*** « La Nuit des Rois » (Philippe Lacôte/Fra.-Côte d’Ivoire-Canada/fiction/2020/102′)

Synopsis : « Dans la ‘Maca’ d’Abidjan, l’une des prisons les plus surpeuplées d’Afrique de l’Ouest. Vieillissant et malade, ‘Barbe Noire’ est un caïd de plus en plus contesté. Pour conserver son pouvoir, il renoue avec le rituel de ‘Roman’ qui consiste à obliger un prisonnier à raconter des histoires durant toute une nuit… »

*** « La troisième Guerre » (Giovanni Aloi/Fra./fiction/2020/89′)

Synopsis : « Dans les rues de Paris, trois militaires de l’opération ‘Sentinelle’ font leur patrouille. Aux aguets, ils attendent un danger imminent mais invisible. Face à l’inaction, la frustration les gagne, en particulier Léo qui est en proie aux doutes. Et le jour où une manifestation de casseurs dérape, il dérape aussi… »

*** « Petit Samedi » (Paloma Sermon-Daï/Bel./documentaire/2020/72′)

Synopsis : « Damien Samedi a 43 ans. Quand il était enfant, dans son village wallon en bord de Meuse, on l’appelait le ‘Petit Samedi’. Pour sa mère Ysma, Damien est toujours son gamin, celui qu’elle n’a jamais abandonné lorsqu’il est tombé dans la drogue. Un fils qui a, malgré tout, cherché à protéger sa mère. Un homme qui tente de se libérer de ses addictions et qui fait face à son histoire pour s’en sortir… »

*** « Si le Vent tombe » (Nora Martirosyan/Fra.-Bel.-Arménie/fiction/2020/100′)

Synopsis : « Alain, un auditeur international, vient expertiser l’aéroport d’une petite république auto-proclamée du Caucase afin de donner le feu vert à sa réouverture. Edgar, un garçon du coin se livre à un étrange commerce autour de l’aéroport. Au contact de l’enfant et des habitants, Alain découvre cette terre isolée et risque tout pour permettre au pays de s’ouvrir… »

*** « Slalom » (Charlène Favier/Fra.-Bel./fiction/2020/92’/avec Jérémie Renier/film lauréat, en 2020, du « Prix d’Ornano-Valenti » au « Festival du Cinéma américain de Deauville »)

Synopsis : « Lyz, 15 ans, vient d’intégrer une prestigieuse section ski-études du lycée de Bourg-Saint-Maurice. Fred, ex-champion et désormais entraîneur, décide de tout miser sur sa nouvelle recrue. Galvanisée par son soutien, Lyz s’investit à corps perdu, physiquement et émotionnellement. Elle enchaîne les succès mais bascule rapidement sous l’emprise absolue de Fred… »

*** « Une Vie démente » (Ann Sirot & Raphaël Balboni/Bel./fiction/2020/86’/1ère mondiale, en Ouverture du 35è « FIFF »)

Synopsis : « Alex, 34 ans, est le fils de Suzanne, une soixantenaire élégante et charismatique, directrice d’un centre d’art contemporain à Bruxelles. Mais petit à petit, Suzanne se met à faire de sacrées conneries. Un jour, chez le neurologue, Alex comprend pourquoi : elle a contracté une maladie neurodégénérative fatale qui affecte son comportement, la démence sémantique. Suzanne vole des voitures, coupe les cheveux de ses voisins dans leur sommeil, fabrique ses propres billets de banque pour aller s’acheter des clopes… » « 

*** « Vaurien » (Peter Dourountzis/Fra./fiction/2020/95′)

Le Palmarès sera proclamé le vendredi 09, à 17h, au « Caméo 2 », avant la Soirée de Clôture, programmée dans les trois salles du Festival, celle du « Delta », à 21h15, étant ouverte à tous, sur réservations. Au programme : « Un Triomphe » (Emmanuel Courcol/Fra./fiction/2020/106’/avec Kad Merad), ce film étant projeté en présence de son réalisateur.

Synopsis : « Un acteur en galère accepte pour boucler ses fins de mois d’animer un atelier théâtre en prison. Surpris par les talents de comédien des détenus, il se met en tête de monter avec eux une pièce sur la scène d’un vrai théâtre. Commence alors une formidable aventure humaine. Inspiré d’une histoire vraie… »

Pour ce qui concerne les courts-métrages, 4 séances sont programmées au « Delta », les samedi 03 et dimanche 04, à 14h et 17h, avec 21 films, réunis en une seule compétition, coproduits par dix pays de 4 continents  (Canada,  Qatar, Egypte, France, Maroc, Pologne, Portugal, RD du Congo, Sénégal et Suisse), ce « week-end du court » se terminant, au « Delta », le dimanche 04, à 20h30, par une Soirée de Clôture. Celle-ci incluera la remise du « Bayard du meilleur Court-Métrage » et autres Prix, le Jury du court étant exclusivement belge. Quatre courts-métrages de la « Belge Collection », seront projetés, visant à promouvoir de jeunes acteurs.trices belges auprès du grand public et des professionnel.le.s.

La Flandre n’est pas oubliée, nous présentant, au« Caméo 1 », le jeudi 08, à 13h, 5 courts-métrages, alors qu’à 21h, nous aurons un long-métrage flamand, incluant une séquence tournée dans les souterrains de la Citadelle  de Namur, « Yummy » (Lars Damoiseaux/Bel./2019/88′), qui, par ailleurs consitue une« carte blanche » offerte au  « BIFFF » (« Brussels Internatiomal Fantastic Film Festival »), qui, cette année a dû être annulé.

Comme chaque année, un « Focus Cinéma belge », nous attedra, avec 4 longs-métrages :

*** « Filles de Joie » (Frédéric Fonteyne & Anne Paulicevich/Bel.-Fra./fiction/2020/90′)
*** « Jumbo » (Zoé Wittock/Fra.-Bel.-Lux./fiction/2020/93′)
*** « Pompéi » (Anna Falguères & John Shank/Bel.-Fra.-Canada/fiction/2019/88′)
*** « Sans frapper » (Alexe Poukine/Bel.-Fra./documentaire/2019/85′)

Au « Caméo 4 », 5 documentaires belges seront projetés hors compétition :

*** « Ailleurs, partout » (Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter/2020/63′), mardi 06
*** « Chance » (Effi & Amir/2020/75′), lundi 05
*** « China Dream » (Hugo Brilmaker & Thomas Licata/2020/75’/en première mondiale), samedi 03
*** « Ma Voix t’accompagnera » (Bruno Tracq/2020/84′), mercredi 07
*** « Naître d’une autre » (Cathie Dambet/2020/65’/en première mondiale), dimanche 04

Comme chaque année, nous aurons une séance, ouverte à tous, en audiodescription, principalement destinée aux  personnes aveugles et malvoyantes. Ainsi, au « Delta », le mercredi 07, nous aurons « La bonne Epouse » (Martin Provost/Fra.-Bel./fiction/2020/109’/avec Juliette Binoche, Noémie Lvovsky & Yolande Moreau).

Synopsis : « Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter : c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck dans son école ménagère. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. Est-ce le retour de son premier amour ou le vent de liberté de mai 68 ? Et si la bonne épouse devenait une femme libre ?… »

Le samedi 03, à 10h, au « Caméo 4 », séance spéciale « parents non admis », offrant à nos enfants, de 06 à 12 ans, la projection d’ « Himalaya, l’Enfance d’un Chef » (Eric Valli/Fra.-UK-Suisse/1999/108′), ce film étant  accessible aux sourds et malentendants (inscriptions via centresourdnamur@gmail.com), une animation étant  donnée par les comédiens Christophe Challe et Vincent Pagé. A l’issue de la séance, les enfants inviteront les parents à partager leur expérience à travers une animation, alors que, pendant la projection, les parents auront été invités à participer à un atelier parental.

Synopsis : « Dans le Nord-ouest de l’Himalaya, le chef d’un petit village perché en haut des montagnes ne veut pas que Karma conduise la caravane des yaks. La raison : il l’accuse d’être responsable de la mort de son fils. Karma et le chef du village prennent la route chacun de leur côté… »

Prolongeant notre propos concernant les familles, notons, le dimanche 04, une originalité, joignant le Cinéma à la nature. Dès 09h (réservations via communication325@@solidaris.be), au départ de la Place d’Armes, organisation d’une balade nature, avec « Natagora », sur le site de la Citadelle, suivie d’ateliers créatifs et ludiques, cette activité étant gratuite, précédant la projection d’un film d’animation au « Caméo », à 14h15. Au choix, dans la salle 1 : « Calamity » (Rémi Chayé/Fra.-Dan./2020/84′) ou, dans la salle 4 « La Chouettte en Toque » (Arnaud  Demuynck, Pascale Hecquet, Frits Standaert, Célia Tisserant& Célia Tocco/Fra.-Bel./2020/51′).

N’hésitons pas de nous rendre au « Musée des Arts décoratifs », les samedi 03 & dimanche 04, de 14 à 15h et le  jeudi 08, de 19 à 20h, afin de découvrir les décors et prendre connaissance d’anecdotes étonantes, en rapport avec des films qui furent tournés dans l’ « Hôtel de Groesbeeck-de Croix » (bâtiment du XVIIè siècle, rénové en 1751), tels « Les Visiteurs 3-La Révolution », « La folle Histoire de Max et Léon » & « Le jeune Karl Marx », en n’oubliant pas que c’est en étant invités au « FIFF » que des réalisateurs ont pris connaissance de ce lieu de tournage, où ils furent d’ailleurs reçus, durant plusieurs années, par le Bourgmestre de Namur.

Si le traditionnel chapiteau ne sera pas installé sur la Place d’Armes, pour raisons sanitaires, ce lieu, décoré en collaboration avec la « Ressourcerie namuroise » et  le « SalonRECUPère », nous attendra, avec, à 17h30, une projection quotidienne gratuite, sur grand écran.

Sur cette même Place d’Armes, dans le cadre du tout nouveau « FIFF’OFF », le « KIKK Festival » (prévu du jeudi 05 jusqu’au dimanche 08 novembre, lui aussi sous une forme réduite, édition 9.5) sera mis gratuitement à l’honneur, pour la première année au « FIFF », de 17h30 à 18h30 :

– le dimanche 04, avec des films d’artistes explorant les nouvelles mythologies de l’Afriquecontemporaine, mêlant  technologie et réappropriation des déchets plastiques.

– le mardi 06, pour des créations numériques d’artistes de la « Fédération Wallonie-Bruxelles », dans des  payasages fictifs empreints de mystère.

– le jeudi 08, nous irons, au Québec, avec 4 projections d’artistes majeurs sur la scène internationale.

Enfin, n’oublions pas une autre nouveauté, une séance exceptionnelle, à la base nautique « The Flow », à hauteur de l’île Vas–t’y–Frotte, avec un écran géant flottant, à Jambes-Namur, « Home » (Yann Arthus-Bertrand/Fra./ documentaire/2009/120’/film nommé, en 2010, pour le« César du meilleur documentaire)

Synopsis: « En 200 000 ans d’existence, l’homme a rompu l’équilibre sur lequel la Terre vivait depuis 4 milliards d’années. Réchauffement climatique, épuisement des ressources, extinction des espèces : l’homme a mis en péril sa propre demeure. Mais il est trop tard pour être pessimiste : il reste à peine dix ans à l’humanité pour inverser la tendance, prendre conscience de son exploitation démesurée des richesses de la Terre, et changer son mode de consommation… »

… Et si vous voulez découvrir davantage l’oeuvre de ce réalisateur, découvrez ses photographiesdans les jardins du Beffroiet à la « Salle Saint-Georges », à Mons, jusqu’au dimanche 25 octobre.

Prix par séance (pas de pass, cette année) : 6€ (1€25, pour les « Art. 27 »). Séance « parents non admis »: 5€.  Billetterie en ligne: http://www.fiff.be/billetterie. Site web: http://www.fiff.be.

Yves Calbert.

Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert