Le musée vir[us]tuel de la Ville d'eaux - n ° 22 Une sauvegarde de 1674

écrit par francois.detry
le 29/04/2020
Sauvegarde 1674  ( photo MC Schils )

De la fin du 16e au milieu du 18e siècle, les sauvegardes furent des documents officiels quémandés par les édilités communales de Spa aux principaux souverains d’Europe qui interdisaient à leurs troupes d’entrer dans le bourg et d’y commettre les déprédations habituelles d’une époque où les armées n’avaient pas de solde et se payaient sur l’habitant. Dans la seconde édition des « Amusemens de Spa » de Jean-Philippe de Limbourg, on trouve la description de cette sauvegarde : « Il y avoit ci-devant, au coin de l’ancienne Maison de ville, un assemblage d’Ecussons, disposés en forme de Croix ; en haut, c’étoient les Armes Impériales ; au bas celles d’Angleterre ; au milieu celles de Bavière ; & aux deux côtés celles de France & d’Espagne ; avec la date de l’an 1674 ». Reprenons dans l’ordre ces différents blasons. En tête, on reconnaît l’aigle bicéphale du Saint-Empire germanique avec, en son centre, l’écu des Habsbourg. A gauche, dans la partie centrale, sont reproduites les armoiries de la Maison d’Espagne entourées du collier de la Toison d’or, tandis qu’à droite on distingue le très reconnaissable écu fleurdelisé de la France. Au centre, il s’agit des armes de Maximilien Henri de Bavière qui régna sur la Principauté de Liège de 1650 à 1688. Les princes-évêques avaient une double fonction, temporelle et spirituelle, symbolisée ( ici, comme au fronton du palais des princes-évêques à Liège ) par la crosse et l’épée croisées derrière l’écu. Le registre inférieur est occupé par les armoiries d’Angleterre entourées de la célèbre devise d’Edouard III « Honni soit qui mal y pense », devenue celle de l’ordre de la Jarretière.

Dans nos anciens livres d’histoire, le 17ème était appelé « le siècle des malheurs » car entre les conflits qui opposèrent quasi continuellement l’Espagne et la France, les questions religieuses toujours délicates et différentes calamités dont les épidémies de peste et de choléra, la population de nos contrées survivait tant bien que mal. Les habitants de Theux travaillaient le fer, ceux de Stavelot-Malmedy tannaient le cuir et les Verviétois fabriquaient des draps mais, à Spa, l’économie locale était tributaire de la réussite de la saison quand les bobelins de vingt nations différentes s’y rassemblaient chaque été. Aussi, lorsqu’une horde de soldats était dans les parages, souvent accompagnés de femmes, d’enfants, de charretiers et de valets qui doublaient quasiment le contingent, il fallait tout mettre en œuvre pour les dissuader d’entrer dans le bourg ou de le rançonner. C’est pourquoi le Magistrat de Spa ( comparable à notre Collège communal ) déployait des moyens importants pour obtenir cette faveur exceptionnelle accordée au bourg par les principaux belligérants pour tenter d’assurer une neutralité constante, ce qui fut loin d’être le cas.

Une fois la sauvegarde obtenue, encore fallait-il la « valoriser » : soit on était averti de l’arrivée de troupes et un délégué de la ville allait à leur rencontre, muni d’une copie de la sauvegarde adéquate, soit elles étaient affichées aux quatre coins du ban. La pièce présentée aujourd’hui n’est pas une sauvegarde originale, le plus souvent un parchemin accompagné d’un sceau imposant, mais il s’agit d’un condensé, de la matérialisation de plusieurs sauvegardes distinctes. Ces affichages ont heureusement disparu. De nos jours, ils sont remplacés par des panneaux d’une tout autre nature… ceux indiquant les différents jumelages qui associent notre ville d’eaux à Cabourg, La Garde, Gabicce Mare et Eguisheim.

Détails de « Une sauvegarde de 1674 »

Dimensions : hauteur : 97,2 cm / largeur : 67,2 cm

Epoque : 1674

Technique : tôle peinte

N° d’inventaire : K0011

Photographies : P. Charlier (2020)

-----------------------------------------------------------------------------

Bibliographie :

- Body, Albin, Les sauvegardes accordées au Bourg de Spa, in Spa, histoire et bibliographie, t. II, éd. anastaltique, 1981.

- Limbourg, Jean-Philippe de, Les Amusemens de Spa, seconde édition, t. I, 1782. Notes manuscrites de Jean Toussaint

--------------------------------------------------------------------------

Le Musée de la Ville d’eaux vous propose aussi :

- Revue : « Histoire et Archéologie spadoises » ( 48 p. ) / 3 parutions / année  / 15 €

http://www.spavillaroyale.be/spip.php?article125

- Prochaine exposition temporaire « Destination Spa. Les plaisirs de la villégiature à la Belle Epoque »

http://www.spavillaroyale.be/spip.php?article448

---------------------------------------------------------------------------

© Musées de la Ville d’eaux

  • Sauvegarde 1674  ( photo MC Schils )
40 lectures
Portrait de francois.detry
francois.detry