Le mythique GR5…

écrit par francois.detry
le 09/05/2020
La ferme de Nomont

Le GR5 comme le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle : le rêve de tous randonneurs…quand l’âge de la retraite arrive, pourquoi pas ?

Des sentiers touristiques du TouringC de Belgique dont le réseau devait faire plus de 5000 km en Belgique et hors pays.

Quelques années se sont passées sans savoir le destin de ces balisages sauf quelques exceptions locales méconnues.

Durant l’été 1959 en Provence, deux liégeois ont découvert les marques blanches et rouges.
Ces deux liégeois étaient Lucien Cailloux et Alain Dawance. Leur lieu d’hébergement étant l’auberge de jeunesse le Regain géré par François Morénas.

L’idée géniale étant de prolonger le GR5 en Ardenne car il était déjà en chantier entre le Luxembourg et Nice.

Les premières balises furent mises dans la vallée de la Hoëgne, dont l’inauguration officielle eu lieu en 1899 par la Reine Marie-Henriette. Nos premiers baliseurs étaient Lucien Cailloux et Henri Léonard.

Les mouvements de jeunesse ayant été créés bien après les congés payés de 1936 à l’initiative du touring club de Belgique ont été source des premiers randonneurs et baliseurs.

Le premier tronçon partant du Théâtre de Verdure, château d’Angleu, amena quelques années plus tard les randonneurs à parcourir l’Ardenne.

Il existe une plaque commémorative du sentier GR5 à cet endroit de verdure.

Sur place existait au début du GR5 une auberge de jeunesse, lieu de rencontre de nombreux randonneurs issus des diverses associations de plein air.

Un itinéraire pédestre fut balisé à travers l’Ardenne belge en faisant étape dans les auberges de jeunesse et les maisons des amis de la nature.

Jean Pierre Englebert.

* Les photos sont fournies par le cercle d'histoire "Le Vieil Esneux" avec Philippe Hamoir.
 

 

  • La ferme de Nomont
  • La ferme de Nomont pour le logement des randonneurs de jadis
31 lectures
Portrait de francois.detry
francois.detry