Simulation martienne MMDRS 90

écrit par admin
le 07/02/2010
Simulation martienne MMDRS 90

Rapport 4 MDRS 90 du 9 février 2010 à 13 h ( heure belge )
Un équipage belge en mission martienne en février

Journée plus calme en ce qui me concerne. Nous avons débuté le programme pédagogique de contacts avec les écoles. Nicky a établit 3 contacts puis ce fut mon tour avec l'école de mon ami Christophe Modave, instituteur à Suarlée (près de Namur).
Après un test en début de matinée, la communication fut établie sans problème à l'heure prévue, à 10 h 00', via Skype et tout se passa sans problème technique. Une belle réussite. Christophe avait, comme d'habitude, tout organisé comme un chef, dans la petite salle sympathique jouxtant l'école, que je connais bien pour y avoir donné des conférences et participé à diverses activités.
La salle était remplie d'élèves, de parents, et même présence de la télé locale, RTC, qui tourna également des images pour «Les Niouzz ».
Une bonne dizaine d'enfants est venu tour à tour me poser une question; ils étaient bien organisés et avaient manifestement bien répété.
Christophe en avait profité pour organiser une soirée « espace » avec une conférence de notre ami Etienne Lefèbvre, grand collectionneur de météorites et secrétaire de la Mars Society Belgium. Il a bien sûr axé son exposé sur les météorites martiennes qu'il avait apportées. Certainement qu'il a passionné son auditoire.
Ce contact fut très chaleureux et m'a beaucoup plu. D'entendre Christophe, les enfants et Etienne; tout cela a fait chaud au coeur et procuré une sensation de bien être de savoir qu'on n'est pas totalement isolés ici.
Vendredi ce sera au tour de l'école de mon petit filleul Pierre-Loup, à Stavelot. Chouette.
J'ai organisé le briefing organisant le planning de l'après-midi. Nicky, Nora, Arjan et Margaux sortiront en EVA géologique. Nancy et moi resterons à bord du module; nous avons du travail. Je dois de mon côté préparer mes prochaines sorties extra-véhiculaires : repérages sur les cartes etc...
Margaux et moi avons réparé vaille que vaille le VRP. Espérons qu'il tiendra le coup.
Il n'est plus très stable.
Comment s'organise donc la vie à bord du Hab ?
Chacun a une responsabilité. Nora s'occupe de gérer les repas et tout ce qui est « Life Support », c'est à dire les mesures d'hygiène etc... Ainsi lorsque nous remontons de l'étage inférieur, nous devons nous désinfecter les mains. Il est clair que l'hygiène est très précaire. Interdiction par exemple de jeter le papier dans la cuvette de la toilette mais bien dans la poubelle à côté ... On ne peut en principe pas non plus tirer la chasse plus de 5 fois par jour...

Nous sommes actuellement très rationnés en eau. Le tank externe est presque vide, et Mission Control nous averti qu'on ne savait pas venir nous ravitailler tant que la piste qui arrive au module n'est pas praticable avec une remorque. Nous avons donc décidé de ne plus prendre de douche jusqu'à ce que nous soyons approvisionnés. On se lavera un minimum.
C'est en fait les vaisselles qui usent le plus d'eau. Donc nous décidons également d'essuyer simplement nos assiettes et nos couverts avec de l'essuie tout et chacun conserve sa vaisselle dans sa chambre.

Il doit neiger peut-être demain; ce serait évidemment problématique car ça ne va pas arranger la piste. Mais qui sait si nous ne serons pas obligés de faire fondre de la neige ...
Nous sommes énervés par les mails incessants en provenance de Mission Control. On est véritablement inondés. On n'a pas de l'énergie à dépenser à tout lire et surtout à répondre à tout. De commun accord, nous décidons d'envoyer un message signalant que nous ne pouvons continuer comme ça et que nous désirons limiter à cinq le nombre de mails à recevoir par jour. On a autre chose à faire que de répondre à tous ces mails.
14 h 30
Bonne nouvelle : la réponse de Mission Control est tout a fait positive. Nous voilà soulagés.
Margaux a fait du pain, voilà qui améliore nettement nos repas. Les repas en effet posent problème car ce qu'on nous fait avaler est vraiment épouvantable. On doit alterner un jour cuisine et un jour non cuisine. Et faire à manger avec ce qu'on trouve dans les armoires relève du défit permanent. Margaux et Nora s'en tirent pourtant fort bien.
Chaque soir, nous devons remplir un questionnaire extrêmement précis et long, concernant ce que nous avons mangé durant la journée.
A partir de ceux ci des études seront réalisées par l'Université de Floride concenant nos performances et comportements.
L'équipe EVA est en train de se préparer. Je sortirai aussi un peu afin de prendre l'air. Le soleil est toujours bien là.
Tout comme lors de ma première mission, la notion du temps est tout à fait différente ici. La monotonie des jours y est pour beaucoup. Ce matin je pensais qu'on était mercredi ! Un de mes coéquipiers m'a dit la même chose.
N'oubliez pas que vous pouvez suivre nos aventures sur mon site internet : www.tania-astronaute.net
http://www.tania-astronaute.net

Sans oublier le site www.rtbf.be avec les billets de Natalie Massart.
Et aussi le site de nos amis martiens français de l'Association Planète Mars www.planete-mars.com qui publie mes rapports et photos (merci Alain !)
A partir de vendredi sans doute : reportages dans les journaux parlés de la RTBF (sur « La Première ») par Natalie Massart.
NA MANQUEZ PAS LES JOURNAUX TELEVISES DE VENDREDI ET DE SAMEDI sur la RTBF à 19 h 30' ! (quelqu'un peut-il enregistrer ? merci)
Il y aura une page dans « Le Soir » de samedi.
Il devrait aussi y avoir un article dans « La Meuse » et les autres journaux du groupe Sud Presse de samedi (un journaliste doit m'appeler vendredi).
Ce matin lors de mon contact avec l'école de Suralée, se trouvait dans la salle une équipe télé de RTC, et des images devraient passer dans un prochain JT des enfants « Les Niouzz ».
18 h 00
Je viens d'aller prendre l'air et ai marché à bonne distance du Hab, au Sud, Sud-Est. Je ne me lasse pas de ces fabuleux paysages. Je savais qu'il y avait des roches intéressantes de ce côté-là, de ma première mission ici il y a 7 ans. Je n'ai pas été déçu. L'érosion en effet est surprenante en effet par là et laisse apparaître de si beaux cailloux aux formes et couleurs souvent surprenantes.
Merci et grand bonjour depuis Mars !
Pierre-Emmanuel Paulis
Vice Commandant MDRS 90
Vice Président de la Mars Society Belgium
~~~~~~~~~~~~~~
Lundi 8 février 2010 à 19 h 15 heure belge
Quelle belle journée !
Le soleil nous accompagné lors de notre réveil et a de suite mis tout le mon de de très bonne humeur. Dèjà l'équipe de la RTBF est arrivée alors que nous terminions vite notre petit déjeuner... eh oui nous devions être prêts à 9 h 30 pour répondre à un appel téléphonique important : à l'heure pile prévue, notre téléphone satellite sonne : c'est ... Frank De Winne ! Le contact était prévu, la RTBF est arrivée juste à temps. Chacun d'entre nous pu lui parler quelques instants. En ce qui me concerne, Frank m'a interrogé sur notre programme scientifique. C'était la première fois que je lui parlais depuis son retour de ses 6 mois dans l'espace. Ce fut vraiment un grand honneur et une immense joie de recevoir son appel.
La journée sera donc consacrée aux tournages de la RTBF, et à démontrer nos expériences scientifiques.
Nancy commence avec son expérience solaire, qu'elle déploie sur la butte à côté du Hab.
Pendant ce temps, Margaux et moi installons le VRP sur un qwad, il nous fallait trouver un système pour le fixer solidement à l'arrière et avoir suffisamment de place pour s'asseoir en scaphandre. Heureusement nous pouvons compter sur l'aide de Philippe, le journaliste du Soir accompagnant l'équipe de la RTBF. Ensuite nous dînons et enfilons nos scaphandres, de manière à être prêts lorsque le reportage avec Nancy sera terminé. Quelle synchronisation ! Nous sortons du hab juste comme la RTBF avait fini avec Nancy.
Ca y est, c'est notre tour. Je retrouve avec tellement d'émotion la vie en scaphandre spatial, la dépressurisation du sas, le premier pas sur Mars ... Pour Margaux c'est évidemment la première fois.
Natalie Massart nous explique comment va se dérouler son reportage, le cameraman ce qu'il attend de nous.
Nous enfourchons nos qwads et c'est parti. Nous avions repéré le chemin le matin avec Philippe, et avions trouvé des endroits extraordinaires pour y déployer le robot dans un décor prodigieux pour la caméra. ET tout cela dans un soleil radieux qui arrivait même déjà à sêcher la boue par endroit et bien sûr aussi à faire fondre la neige. Vite quelques photos avant que la neige ne disparaisse.
Nous partons donc vers le Nord, Margaux et moi chacun sur un qwad (je pilote celui sur lequel est fixé le VRP); le troisième qwad est piloté par Philippe; le caméraman Sammy et Natalie Massart sont dans leur 4X4 de location.
Après environ 3 km, nous quittons donc la piste sur la droite, en fait en suivant le lit d'un petit ruisseau? Nous roulons dans l'eau et pénétrons dans le canyon ... quels décors ! Comment décrire ce qu'on voyait ? Ce dans quoi nous roulions ? Et on a pris d'autant plus de plaisir qu'on a dû le faire ... plusieurs fois en raison du tournage télé. On a dû refaire et refaire certains passages dans des défilés, carrément dans la rivière. C'était surréaliste de faire ça en scaphandre spatial ! Comment décrire de tels moments ? Après plusieurs centaines de mètres dans le lit de la rivière, l'étroit défilé s'élargit brusquement en une vaste plaine, avec à gauche une falaise abrute et accidentée de toute beauté. L'endroit idéal pour expérimenter le robot et surtout pour filmer la séquence.
C'était donc la seconde fois que nous nous rendions là de la journée. Petite anecdote : le matin, lors du repérage hors simulation (c'est à dire sans scaphandre), je me repérais sur la carte préparée par Alain Souchier (le concepteur du VRP) et ... patatra voilà que je laisse tomber mes papiers dans l'eau du ruisseau, alors que je les consultais, mon qwad arrêté dans le canyon. J'ai dû descendre de mon « cheval », patauger dans l'eau pour les récupéré. Sous les éclats de rire évidemment de Philippe et de Margaux qui n'ont pas manqué évidemment de prendre des photos de ma délicate situation ! Nous arrêtons nos véhicules au pied de la falaise choisie pour l'expérience, détachons le VRP et contournons quelques gros rochers à la recherche d'une pente pouvant être gravie sans trop de difficultés. L'ascension est néanmoins épuisante, surtout qu'il faut monter le matériel : non seulement le VRP mais également le petit coffre contenant le matériel radio, les barres anti-roulis etc... Je porte le VRP, Margaux le reste. C'est une véritable procession qui gravit labororieusement la falaise. Je respire de plus en plus fort dans mon casque, je transpire, on doit s'arrêter quelques instants. La caméra filme toute l'ascension, Philippe prend des dizaines de photos.
Mais pas de regret. Quelle vue de la haut ! Extraordinaire, magnifique. Margaux et moi sommes bouche bée. Mais il est temps de parachever le VRP.
Une fois prêt, nous nous approchons délicatement du bord du précipice et lentement laissons descendre le petit robot dans le vide.
Natalie Massart nous interviewe, par l'intermédiaire du talkie talkie accroché à nos scaphandres et de l'oreillette fixée autour de l'oreille, et qui me fait d'ailleurs souffrir.
Le test se déroule bien jusqu'au moment où je commence à remonter le VRP. Soudain ... la corde casse et le VRP, sous nos yeux catastrophés, rebondit quelques mètres plus bas avant de s'écraser contre un rocher ... Nous restons tous muets ... pourvu que les dégâts ne soient pas trop importants.
Pour le récupérer, une seule solution, y aller par le bas ...
Nous redescendons donc par où nous sommes venus, redémarrons nos qwads et les arrêtons au pied de la falaise. J'entreprends de gravir celle-ci et découvre le VRP mal en point mais réparable. Incroyable, c'est comme si la corde avait brûlé ! Je récupère les anti-roulis aussi, un peu plus haut. Margaux me photographie depuis le bas, au pied d'énormes rochers.
Plus le courage de refixer le VRP sur le qwad; hop on l'embarque dans la jeep des journalistes (qui, et c'est extraordinaire, avait pu nous accompagner carrément dans le lit de la rivière) et reprenons le chemin de notre maison martienne.
Quelle belle aventure. Inoubliable !
Nous rentrons lentement, nous imprégnons par tous nos sens de ce que nous sommes en train de vivre. Cela fait trois heures que nous sommes en scaphandre, j'ai mal à l'oreille, mal aux épaules qui supportent les lanières du sac à dos de survie.
En sortant du canyon, mes lunettes avec mes appliques solaires tombent de mon nez dans le fond du casque. Zut. Impossible de les remettre, je suis obligé de les confier au caméraman.
Le soleil couchant, de face, m'éblouit. Je ne voit presque rien avec cette lumière et les innombrables griffes dans la visière.
A notre retour, Nicky, Arjan et Nora étaient sortis à leur tour en scaphandres pour une recherche géologique.
Nancy était Capcom (Capsule Communicator) au Hab.
Une fantastique journée, remplies d'images et de sensations inoubliables.
Les journalistes nous quittent. Ils vont nous manquer. Nous sommes désormais complètement seuls et isoles. Nous n'aurons plus de visite avant l'arrivée du prochain équipage dans 10 jours ...
Pierre-Emmanuel
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
dimanche 7 février 2010 vers 18 h
L'après-midi fut bien chargée. Margaux et moi l'avons consacrée au montage du VRP d'Alain Souchier. Il s'est déroulé sans problème.
La neige s'est transformée en pluie. La couleur du paysage apparaît enfin.
Je décide de tester le VRP et pars en repérage aux alentours proches du Hab. Il me faut trouver un endroit où on ne risque pas de glisser. Les seuls endroits possibles sont ceux où il reste de la neige. Les dunes sont impraticables; ce sont des en fait des montagnes de boue. Je comprends maintenant à quel point l'érosion a pu façonner ces extraordinaires paysages.
Je trouve exactement l'endroit qu'il me faut devant le module. Je redescends chercher Margaux et à nous deux nous mettons en ˛uvre le VRP pour la première fois. Lentement je le fais descendre la dune, face au Hab. Margaux prend les photos. Manifestement, le VRP n'est pas bien équilibré.
A remédier donc demain matin.
Nora et Margaux préparent maintenant le repas du soir. Nicky fait la checklist technique du soir, Nancy écrit le rapport pour Mission Control. Arjan le premier rapport EVA (Extra Vehicular Activity); ma première sortie test du VRP est en effet considérée comme la première activité extra véhiculaire.
Je me sens fatigué aujourd'hui. Mais aussi en pleine forme. L'ambiance dans l'équipe est excellente. Chacun voit ce qu'il y a à faire et on peut compter sur tout le monde.
A demain
Pierre-Emmanuel
~~~~~~~~~~~~~~~~~
05 février 2010 à 18 h heure belge
Le soleil est pourtant toujours haut dans le ciel. Cela fait 8 heures que nous sommes en l'air, sous les ailes de l'avion défilent les étendues enneigées du Labrador. Nous avons laissé derrière nous les icebergs du sud du Groenland, aperçus entre de gros cumulonimbus.
C'est mon 33ème voyage vers les Etats-Unis et pourtant l'ambiance est différente. Nous sommes 6 à partir. 6 amis qui se préparent à une aventure particulière depuis plus de 3 mois. 6 passionnés d'espace, 6 passionnés de Mars.
A l'aéroport de Bruxelles, des caméras étaient braquées sur nous, des micros enregistraient nous conversations ...Plusieurs télévisions flamandes tenaient en effet à assister à notre départ. Aucun journaliste francophone...
Aucun ? Si ...à quelques rangées derrière nous a pris place une équipe de la RTBF menée par la journaliste Natalie Massart et un journaliste indépendant.

Que se passe-il-donc pour que notre voyage suscite autant d'enthousiasme ?

Nous sommes en route pour Mars ... ou plutôt vers le désert de l'Utah et la base martienne MDRS (Mars Desert Research Station).
Nous constituons le premier équipage entièrement belge de simulation martienne, MDRS 90.
Dans 2 heures nous nous poserons à Atlanta, puis direction Salt Lake City (nord de l'Utah), puis un troisième avion nous emmènera au sud du Colorado, à Grand Junction. Là nous passerons la nuit et demain nous prendrons palace à bord d'un véhicule 4X4 qui nous attend à l'hôtel. Nous traverserons les Rocheuses, la frontière de l'Utah pour atteindre Hanksville. Le dernier conatct avec la civilisation avant de nous enfermer 2 semaines à bord de la MDRS, isolée en plein désert, à 1500 mètres d'altitude.

Il s'agit de ma deuxième expérience de ce type, ayant déjà séjourné à bord de la MDRS en novembre 2002, inclus au sein de l'équipage international MDRS 7.Une expérience extraordinaire, fabuleuse. Il ne se passe pas un jour depuis 7 ans où je n'y pense pas. Il y a des images qui marquent à vie ... comme par exemple les chevauchées en quad dans le désert en scaphandre spatial au coucher du soleil... Je ne pensais pas revivre cela un jour. Je suis très impatient de revivre tout cela et je pense que je serai très ému de retrouver la MDRS et mon nom sur l'étiquette collée sur la porte de la chambre que j'occupais.

Je suis donc le vétéran de l'équipe et suis le Vice Commandant de cette nouvelle mission, laissant le rôle de Commandante à ma coéquipière Nancy Vermeulen, Présidente de la Mars Society Belgium.
Nul doute que mon expérience de ma première simulation nous sera fort utile.
Mes autres coéquipiers sont Nora Martiny, institutrice, ( Malmedy ), Margaux Hoang, étudiante, de (Sprimont), Nicky De Munster (Waregem), et Arjan van der Star ( Lanaken), enseignants. 3 Wallons, 3 Flamands. 3 femmes, 3 hommes. Une représentante de la Communauté Germanophone. Parfait pour une équipe belge non ?
Nous profitons des heures d'avion pour nous reposer, nous distraire mais aussi pour parfaire notre plan de mission. Je rejoins Natalie Massart et son cameraman afin peaufiner les projets de reportages pour les journaux télévisés.

23 h 00, heure belge.
C'est parti pour la seconde étape ...la traversée des Etats-Unis; direction Salt Lake City.
L'escale à Atlanta fut courte et bien occupées; on avait un peu peur avec le matériel délicat que nous transportons, d'inquiéter les services de sécurité. C'est fou comme les contrôles ont encore été renforcés depuis mon dernier voyage aux Etats-Unis, qui ne date pourtant que d' il y a 1 mois à peine. Nous nous sommes posés à Atlanta dans un épaix brouillard en nous n'avions que 2 heures devant nous.
Pour l'équipe de la RTBF, ce fut laborieux; un pied de caméra n'étant pas arrivé. Tant pis ... Natalie et ses équipiers, las de l'attendre se sont résignés et ont attrapé de justesse l'avion pour Salt Lake City. On a bien craint qu'ils ne le loupent. Nous étions déjà installés à bord quand ils sont arrivés tout essoufflés.
La porte du cockpit était ouverte ... l'occasion d'y jeter un coup d' oeil bien sûr. On risque de demander à une hôtesse si on peut faire une photo ? Requête acceptée et j'immortalise notre benjamine Margaux coiffée de la casquette du Commandant de Bord !

Nous commençons à ressentir la fatigue. Et pourtant le voyage est loin d'être terminé. 4 heures nous séparent de Salt Lake City. Il sera passé 5 h du matin en Belgique lorsque nous nous poserons à Grand Junction. Et dire qu'il faudra ... 6 mois de voyage aux courageux astronautes qui partiront vers Mars.
Je suis assis cette fois à côté de Nancy et nous en profitons pour parler de la mission, de toutes les tâches qui nous attendent, et bien sûr de la Mars Society Belgium que nous présidons. Tous cela en dégustant un plat de fruits de mer accompagné d'un délicieux vin blanc, à 11000 mètres d'altitude au-dessus du Kansas, éclairé par les rayons rasants du soleil couchant ...
Natalie Massart nous rejoint quelques minutes; elle est inquiète à propos du pied de la caméra resté en carafe à Atlanta. Il contient également les batteries de rechange pour la caméra ... Croisons les doigts que ce pied arrive avec le prochain avion.

06 février
19 h 15 heure de Mars
Ca y est nous sommes dans la base martienne
Il s'est évidemment passé beaucoup de choses aujourd'hui.
Impossible de tout relater maintenant, je suis très occupé par les tâches dont j'ai les responsabilités.
La grande nouvelle est que nous sommes sous la neige; il neigeait bien ce matin lorsque nous avons quitté Grand Junction. Et nous avons pris un peu de retard suite à un petit problème avec le véhicule de location : la jeep louée n'avait pas de plaque ! Je m'en suis aperçu alors qu'Arjan arrivait avec à l'hôtel pour nous embarquer tous.
Il a donc fallu retourner à l'agence de location et changer de véhicule.
Puis quelques courses à Grand Junction et direction Hanksville. 2 bonnes heures de route dans la neige, dans de merveilleux paysages.
Un journaliste du « Morgen » nous a rejoint également.
Nous étions donc 10 répartis dans 3 véhicules tout terrain à rejoindre la MDRS.
La piste à travers le désert fut épique : beaucoup de boue, de neige, de rivières à traverser. Tout était à sec lorsque je suis venu il y a 7 ans; maintenant les rivières sont bien remplies.
Nous étions tous éberlués par les paysages.
Enfin le Hab est apparu, l'équipage MDRS 89 nous attendait avec impatience. Au loin nous avons vu les membres guetter notre arrivée depuis le sommet d'une butte.
Mes camarades étaient très excités de voir apparaître enfin leur lieu d'habitation pour les 15 prochains jours. De mon point de vue j'étais plutôt ému de retrouver ce lieu que je n'aurais jamais pensé revoir un jour.
L'accueil fut très chaleureux.
Ce fut le début d'une intense activité pour chacun d'entre nous. En 2 heures nous devons tout apprendre à propos du fonctionnement de la MDRS.
Nicky et moi nous occupons de tout l'engineering; en tant que Vice Commandant, je dois connaître un maximum de choses. Et il y en a !
Le fonctionnement des générateurs, de la serre, du système électrique, des toilettes, comment approvisionner les tanks en eau potable, la régénération de l'eau, ce qu'il faut faire en cas de pannes, etc... etc... Les autres apprennent comment fonctionnent les qwads, comment enfiler les scaphandres etc...
Et tout cela sous les yeux attentifs de nos amis journalistes.
Puis il est temps des aux revoirs... l'équipage MDRS 89 reprend le chemin de la Terre. Nous sommes désormais seuls sur Mars. Mais pas le temps de nous en rendre vraiment compte. Il y a trop à faire.

Il est déjà 19 h lorsque nous avons un peu de temps pour nous installer, boire un coup, et ensuite nous tenons un rapide briefing afin d'organiser le soirée et la journée de demain. Je me rends compte que je n'ai même pas pris de photos en extérieur.
Chaque soirée sera bien occupée; nous devons rédiger des tas de rapports : rapports du Commandant pour le centre de contrôle, rapport médical, rapport technique, rapport pour les journalistes, rapports personnels ... sans oublier de remplir une fiche concernant notre alimentation : une étude réalisée par l'Université d' Hawaii.

Il est 21 h 30 et il faut encore préparer le repas.
Je quitte ici.

Ah oui, vous pouvez nous voir sur Mars grâce à des webcams : www.freemars.org/mdrscam

Pierre-Emmanuel Paulis
Vice Commandant mission de la simulation martienne MMDRS 90
Vice Président de la Mars Society Belgium.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Bonjour les amis
C'est la dernière ligne droite, que j'accueille avec soulagement ! Bientôt partis !
Il nous reste à peaufiner la conférence de presse qui se tiendra à l'Euro Space Center en présence du ministre Didier Reynders, 2 jours avant notre grand départ, à savoir mercredi prochain.
Margaux et moi sommes allés le week-end dernier en région parisienne, chercher le Véhicule de Reconnaissance des Parois (VRP) chez Alain Souchier. Dimanche matin, comme nous avions un peu de temps avant de nous rendre chez Jean-François Clervoy, Alain nous a emmené à La-Roche-Guyion, non loin de chez lui, dans la vallée de la Seine ... ce nom ne vous dit rien ? Etes-vous amateur de bande dessinée ? Alors vous connaissez sûrement l'album des aventures de Blake et Mortimer "Le Piège Diabolique" d'Edgar P. Jacobs. Nous sommes donc partis en repérage sur les traces de Jacobs, comparant avec passion les décors du village et les superbes cases de l'album.
Vous pourrez voir les photos de notre balade, avec Tania bien sûr, sur mon site internet.
Ensuite direction Saint-Germain-en-Laye, pour déjeuner chez mon ami astronaute Jean-François. Quel accueil, avec toute sa petite famille que je n'avais plus vue depuis quelques années. Sa femme Laurence avait préparé un succulent repas et même ... la galette des rois ! Devinez qui a eu la fêve ??
Mardi j'ai déjeuné avec Natalie Massart de la RTBF et un journaliste du Soir. Ils nous accompagnent donc les 4 premiers jours de notre mission. Plein de reportages seront au rendez-vous ... dans les journaux télévisés, parlés ... même un contact Skype en direct pendant un JT est envisagé.L'équipe RTBF revient le jeudi 11 en Belgique, le premier reportage pourrait donc déjà passer au JT du vendredi 12 fév.
Hier mercredi nous avons été reçus à l'Ambassade américaine à Bruxelles.
Réception en toute simplicité mais très cordiale et passionnante.
> Photo 003 :
l'équipage MDRS 90, Etienne et Koen (secrétaire et trésorier de la Mars Society Belgium) avec l'Ambassadeur américain.
Voilà, ce sont sans doute mes derniers mots depuis la Terre ...
La tension monte tout doucement même si maintenant le plus gros du travail est derrière nous.
Un week-end tranquille m'attend, ... j'ai besoin de repos. Et puis faire les valises ...
Ah oui encore un rdv avec une journaliste dimanche matin ...
Et puis le rush de la semaine prochaine.
A bientôt, depuis Mars !
Pierre-Emmanuel

~~~~~~~~~~~~~~~
~~~~~~~~~~~~~~~
~~~~~~~~~~~~~~~
~~~~~~~~~~~~~~~
Liens vers les reportages d'une équipe 100% belge en simulation sur Mars.
~~~~~~~~~~~~~~~
Rapport 13 MDRS 90, Jeudi 19 février, 18 h
Rapport 13 MDRS 90, Jeudi 19 février, 18 h
Notre dernière journée martienne se termine sous la neige.

~~~~~~~~~~~~~~~
Rapport 11 MDRS 90, Mercredi 17 février 2010, 19 h
VTM est arrivée sur Mars
~~~~~~~~~~~~~~~
Mardi 16 février 2010 , 18 h 40

Expériences pour l'Université de Floride à Cap Kennedy depuis Mars

~~~~~~~~~~~~~~~
Lundi 15 février 2010, 12 h

En mission sur Mars, les Belges visitent les arches de Moab

~~~~~~~~~~~~~~~
Rapport 8 MDRS 90, Samedi 13 février 2010, 11 h 30

Visite guidée de la capsule MDRS sur Mars avec Pierre-Emmanuel Paulis

~~~~~~~~~~~~~~~
Rapport 7 MDRS 90 du Jeudi 12 février 2010 à 18 h 30
Une semaine sur la planète Mars avec l'équipage de Pierre-Emmanuel Paulis
~~~~~~~~~~~~~~~
Rapport 6 – MDRS 90 du Jeudi 11 février 2010 a 18 h 40
Une équipe belge en simulation sur Mars
~~~~~~~~~~~~~~~
Rapport 5 – MDRS 90 du 10 février 2010. 19 h Belge
Un Belge peint une aquarelle sur Mars en scaphandre
~~~~~~~~~~~~~~~
Rapport 4 MDRS 90 du 9 février 2010 à 13 h ( heure belge )
05 février 2010 à 18 h heure belge
06 février 2010 à 19 h 15 heure de Mars
dimanche 7 février 2010 à 18 h
Lundi 8 février 2010 à 19 h 15 heure belge
Un équipage entièrement belge parti pour une mission de simulation martienne aux Etats-Unis, du 6 au 22 février 2010.
Simulation martienne MMDRS 90
~~~~~~~~~~~~~~~
Equipage composé de trois Flamands et de trois Wallons :
-Nancy VERMEULEN (Anvers),
-Nicky DE MUNSTER (Waregem),
-Arjan VAN DER STAR (Lanaken),
-Pierre-Emmanuel PAULIS ( Ferrières),
-Nora MARTINY (Malmedy),
-Margaux HOANG (Sprimont).
Un équipage belge en mission martienne en février
~~~~~~~~~~~~~~~

  • Simulation martienne MMDRS 90
  • Simulation martienne MMDRS 90
  • 003-equipage MDRS 90, Etienne et Koen, secretaire et tresorier de la Mars Society Belgium et Ambassadeur americain.
  • 1024
  • 1023
  • 1035
  • 1036
  • 1037
  • 7FF5
  • 7FF6
  • 03
  • La montre des astronautes belge sur Mars
2620 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.