Sapin de Noël ou meccano électronique?

écrit par ReneDislaire
le 11/01/2013
Sapin de NOEL ou meccano electronique

A la mi-novembre, nous avons mis sur le site web un article intitulé : « L'islam menace nos sapins de Noël? » Jamais le compteur de nos lecteurs n’a tourné aussi vite (lien ci-dessous).
L’affaire de la Grand-Place
La commune de Bruxelles avait pris la décision de ne plus dresser un grand sapin de Noël au milieu de la Grand-Place. Celui-ci devait être remplacé par une œuvre d’art, évoquant un sapin certes si on a un peu d’imagination, et doté de la parole, a-t-on pu dire ironiquement. Un meccano électronique.
Une pétition s’ensuivit : de gens bienpensants s’indignaient de l’abandon d’une tradition.
Cette pétition a très vite dérivé en islamophobie : "c’est sous la pression des musulmans que la ville de Bruxelles avait pris cette décision, les musulmans étant opposés au principe du sapin de Noël"(noter quand même que le sapin de Noël le plus cher du monde -830 millions d'euros- était cet hiver aux Etats Arabes Unis).
La presse française notamment, friande d’ «affaires », a eu les yeux braqués sur celle-ci.
La violence xénophobe des opposants a eu comme conséquence que le Collège de la ville de Bruxelles a maintenu son projet de sapin sans épines : on ne plie pas sous l’effet d’une pétition aux termes excessifs invitant à la haine.
Il se chuchotait quand même que la décision de la Ville, qui a déjà banni le mot « Noël » du vocabulaire des festivités de décembre, appelées désormais « Plaisirs d’hiver », provenait davantage d’un réflexe anti-catho des autorités communales, notamment du bourgmestre, auteur de la fameuse oraison funèbre : « Jean-Paul II est mort ? Champagne pour tout le monde ! »
Notre article concluait : L'islam menace nos sapins de Noël. Vrai? C'est plutôt la Loge. Faux?

Le sapin de Noël condamné, quid pour l’Ardenne ?
Il est un fait que si le lieu le plus symbolique de la Belgique ne peut plus accueillir un sapin de Noël au nom de la laïcité, pour faire plaisir aux musulmans ou par crainte de ceux-ci, on pourrait appréhender des conséquences dommageables dans certains milieux.
La vente des sapins de Noël constitue un revenu important pour bien des « horticulteurs » de l’Ardenne, région la plus propice à la pousse de sapins de qualité. Pour les planteurs et aussi les transporteurs, les revendeurs…
Quid si d’autres communes emboîtaient le pas pour toutes leurs rues, et si les institutions, le palais royal, les banques, les entreprises, les homes, les petits et grands magasins se mettaient à rejeter de la même manière le sapin devenu figure emblématique de l’inacceptable, une atteinte à la paix justement au moment de Noël ?

Débriefing
Le bourgmestre de Bruxelles a pu faire une évaluation positive de son initiative. Selon lui, les commerçants de la Grand-Place et des alentours ont constaté un chiffre d’affaires en légère hausse par rapport à l’an dernier. "La raison est que le sapin artificiel a attiré beaucoup de monde."
Bien sûr qu’en soulevant une polémique raciste, on a sensibilisé beaucoup de curieux.
Tant qu’à rompre la tradition d’un sapin naturel et à vouloir du changement, peut-être que si on avait mis en cage deux éléphantes à la veille de leur euthanasie au milieu de la Grand-Place, il y aurait eu encore plus de monde.
Plus sérieusement, le constat de ce que la crise n’a pas eu de conséquence négative sur les affaires commerciales dans le centre des villes de l’est de l’Europe a pu se faire un peu partout : ce ne serait donc pas le sapin meccano qui a boosté la vente de foie gras.

On va replanter…
La structure électronique pourrait avoir vécu.
Il a fallu la démonter avant le Nouvel an, par crainte de l’avènement d’un dangereux folklore de fêtards s’improvisant alpinistes. Fêter la fin de l’année en se retrouvant dans la nécrologie le 31 décembre, c’est quand même un peu triste. Wallonie-Bruxelles-Tourisme avait raison d’annoncer que « sur la Grand-Place le passage à 2013 se fera autour d’un sapin pas comme les autres » !
Que cet atomium cubique ait été implanté dans l’illégalité et le soit demeuré jusqu’au bout (la Ville de Bruxelles a été verbalisée par la Région), est tout aussi cocasse.
La surprise des musulmans de s’entendre dire en novembre qu’ils étaient responsables d’une atteinte à nos traditions y est peut-être aussi pour quelque chose.
Bref, en 2013, c’est à nouveau un vrai sapin, roi des forêts, avec boules et guirlandes, qui passera les deux réveillons des fêtes sur la Grand-Place.
Allez les écureuils ardennais, on peut replanter !

René Dislaire © Houffalize,

Du même auteur, sujet en rapport
Liens:

2012 L'islam menace nos sapins de Noël?
2013 Sapin de Noël ou meccano électronique?
2017 L'église au milieu du village et du Petit Robert
2017 Sonnet - retourne dans ton bled, c'est Noël

  • Sapin de NOEL ou meccano electronique
1158 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire