Houffalize, ses artistes

Feu Jean Kobs, illustre poete houffalois, vraisemblablement ici dans son presbytere a Dinez La coccinelle, image emblematique de Houiffalize La feuille de chene a des lobes, comme les oreilles hure

Micro-poèmes d’humour
Dictée des Balfroid
L’orthographe de Raeymaekers
Et vas-y Nénesse !
• 2
Son portait croqué
Par l’échevin Borlon
C’est un pied au Panthéon
• 3
Slogan bien connu
Houffalise j’énergize
Contrepèterie
• 4
De Louis XIV :
Il n’y a plus de peintre
Jean Pochet parti *
• 5
Jean Kobs de Dinez
Immense poète
Aucune rue à son nom. Snif.
• 6
Patrimoine mondial
Ex-juge de paix et Commune
Deux fameux râteaux *
• 7
Truite de l’oued -
Cetturu – recette beurette
Au bon beurre de ferme
• 8
Bath ce chêne punk
Une épingle de nourrice
À chacun des lobes *
• 9
Ville de Houffalize
C’est au sang des coccinelles
Que j’écris ton nom
• 10
Grappe de corbeaux -
Les gratte-ciel houffalois
Chaque cinq-à-sept
• 11
Profusion d’étoiles -
Ville des Balfroid
Et des couchés de soleil
• 12
Hôtel du Commerce
Une hure crâne au salon
Oeuvre d’un faussaire ? *
• 13
Je vais taire le nom
D’un sculpteur tant sourd
Qu’il croit jouer de la trompe
* 14
Halte familiale
Alléchés par l’odeur fine
D’une friterie

Note : Il y a (en général) au moins un jeu de mots, allusion humoristique, dans chaque strophe.
Exemples :
4 - Allusion à « il n’y a plus de Pyrénées » (entre autres clins d’œil).
6 - Rien à voir avec le jardinage, cela va de soi, ni avec une cale de soupirant.
8 - Les feuilles des chênes en Ardenne ont des lobes, comme les oreilles. Et bien sûr les punks ont des boucles d’oreille extravagantes.
12 - Faux cerf : fastoche.

René Dislaire mis en ligne le 16.06.2016

Du même auteur, même registre:
mars, avril, mai, juin 2016
Brexit : micro-poèmes d’humeur, haikus d’humour 26.06.2016
L’euro de foot : noms de dieux (micro-poèmes d’humour)
pésie gay-friendly _La_tuerie d’Orlando
haïkus, poèmes sur la reprise cycliste de printemps
La Maison bleue de San Francisco et le Festival de Wight - nostalgie
Poèmes "classiques", mars, avril 2016
Il est fichtrement temps de parler des arbres
Poème hommage à Maurice Carême (4 strophes de 7 vers de 5 pieds - juin 2016)
Printemps d’Ardenne, poème en pyramide, 6 tercets de 1 à 6 pieds – mars 2016
Le jardin de ma mère = années 50 = 16 quatrains en alexandrins – mars 2016