André-Paul Duchateau (1925-2020) a rejoint le paradis des auteurs de BD

écrit par YvesCalbert
le 28/08/2020

Né à Tournai, le 08 mai 1925André-Paul Duchâteau est décédé à Uccle, ce mercredi 26 août 2020, à l’âge de 95 ans.

Cinquième rédacteur en chef (1976-1979) du « Journal de Tintin » (1946-1949), ce réputé scénariste belge avait créé, avec le dessinateur français « Tibet » (Gilbert Gascard/1931-2010), le personnage de « Ric Hochet »publié, dès 1958, dans les pages du « Journal de Tintin », sous titré « Le journal des Jeunes de 7 à 77 ans » (1946-1988).

A l’époque, Ric Hochet, vendeur à la criée de journeaux, rejoignait le « Commissaire Bourdon », créé en 1955, au sein d’une rubrique illustrée, du nom de « Relevez le Gant ».

Devenu journaliste pour le quotidien fictif « La Rafale »Ric Hochet devint un héros de bande dessinée, toujours avec le Commissaire Bourdon, dont le premier album« Traquenard au Havre », fut édité par « Lombard », en 1963, suivi jusqu’en 2010, par 77 autres tomes, le dermier étant « A la Poursuite du Griffon d’0r », ces 78 albums totalisant quinze millions d’exemplaires vendus, avec une traduction dans sept langues.

Pour « Tibet », il écrivit, aussi les scénarios de deux autres séries :

- « Chick Bill »  (série de 70 tomes/1970-2010), 9 scénarios d’André-Paul Duchâteau (1968-1977, entre les 26e et 43e tomes édités par « Lombard »), pour ce western humoristique.

- « Le Club des ‘Peur de Rien’ »  (série de 18 tomes/1966-2014), 3 scénarios d’André-Paul Duchâteau (chez 3 éditeurs « Lombard », « Panpan » et « Plotch Splaf »).

A noter que c’est « Tibet », qui l’avait rencontré, au début des années ’50, à la rédaction du « Journal de Mickey », qui l’avait amené à la bande dessinée, lui qui était, alors, écrivainses romans et nouvelles étant vendus jusqu’aux États-Unisoù il était publié dans l’ « Ellery Queen Mystery Magazine », ayant écrit son premier polar« Meurtre pour Meutre », alors qu’il n’avait que… 16 ans.

Ayant collaboré avec « Tibet », durant près de 60 ans (« Il faut une immense amitié pour être capable de travailler une soixantaine d’années avec quelqu’un, sans jamais se disputer », déclara-t-il), ayant été aux commandes de différentes collections, tant au « Lombard » qu’au sein d’autres maisons d’édition, compilant ses souvenirs, il écrivit, en 2002 : « 7 à 77 ans, Souvenirs d’un Scénariste » (Editions « Memor »), évoquant son parcours dans et en dehors du « 9e Art »

Notons qu’en 1955, toujours, il s’était Installé à Léopoldville (actuelle Kinshasa), au Congo belge, dirigeant alors « L’Avenir » (à ne pas assimiler au quotidien namurois) et « Actualités Africaines », notons, pour l’anecdote, qu’il fut le patron, pendant une courte période, d’un jeune journalistevenant de terminer son service militaire, un certain… Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Za Banga (1930-1997), plus connu sous le nom de Mobutu Sese Seko ou Joseh Désiré-Mobutu.

Ayant imaginé une trentaine d’enquêtes radiophoniques, diffusées sur « Radio-Luxembourg », il créa des  scénarios pour des émissions télévisées.

Sous différents noms de plumes (D. Aisin, Cap (en duo, avec Christian Denayeur), André JeanAndré NôMichaël NôMichel Vasseur & André Voisin), il rédigea plusieurs centaines de nouvelles, pour « Mystère-Magazine »« Fiction »« 813 », …), 

Particulièrement actif, il fut, également, responsable éditorial chez « Rossel »directeur littéraire des « Editions du Lombard » et responsable de la collection « B.Détectives »  des « Editions Claude Lefrancq ».

En 1974, son polar « De 5 à 7 avec la Mort » remporte le « Grand-Prix de Littérature policière ». Côté BD, il est le lauréat, à Bruxelles, en 2003, du « Prix Saint-Michel du meilleur Scénario », pour le tome 1 de « Terreur », et, en 2010, du « Grand Prix Saint-Michel pour l’Ensemble de son Oeuvre ».

En BD, encore, on le vit collaborer avec avec le dessinateur anderlechtois William Vance (1935-2018), pour les tomes 4 à 7 de « Bruce J. Hawker » édités, entre 1987 et 1996, par « Lombard », puis « Le Lombard ».

Chez ce même éditeurdont le nom évolua en 1989, passant des « Editions du Lombard » à « Le Lombard »il scénarisa, de 1983 à 2000, les 12 tomes de « Hans », dessinés par deux auteurs polonais, d'abord Grzegorz Rosiński, puis, dès le tome 7en solo, « Kas » (Zbigniew Kasprzak), le tome 6 étant dessiné en duo.

Aux Editions « Novedi », puis « Glénat », de 1981 à 1999, il scénarisa les 8 tomes de la série « Pharaon »dessinée par l’Etterbeekois Daniel Hulet (1945-2011).

Comme avec « Tibet », il scénarise trois séries, en collaboration avec le dessinateur ixellois Christian Denayer :

- « Les Casseurs », 21 tomes, de 1977 à 1994 (« Editions du Lombard », puis « Le Lombard »).

- « Alain Chevalier », 17 tomes, de 1973 à 1986 (« Rossel », puis « Lombard »).

- « Yalek », 18 tomes, de 1972 à 2011 (« Rossel », puis « Hibou »« Fleurus »« Novedi » & « Hachette », les dessins étant repris par Jacques Géron (1950-1993), dès le tome 9, le tome 18 étant le seul édité après son décès).

Auteur de nombreux romans policiers, il se devait d’adapter en scénarios de BD, des romans de l’auteur britannique Arthur Conan Doyle (1859-1930), grâce à une série tout naturellement nommée « Sherlock Holmes ». Avec des dessins, successivement, de Guy Clair (1956-2013), « Stibane » (Luc Van Linthout), Bruno Di Sano Benoît Bonte, il scénarisa les 9 tomes de la série, de 1990 à 1997, dans la « Collection B.Détectives » des « Editions Claude Lefrancq ».

A l’occasion, il rédigea, aussi, l’un ou l’autre scénarios, pour un seul ou quelques albums d’autres séries, comme pour celle de « Jean Valhardi », créee par le scénariste-dessinateur gedinnois « Jijé » (Joseph Gillain/1914-1980), éditée par « Dupuis », dès 1980, André-Paul Duchâteau scénarisant le tome 10, édité en 1984, les dessins étant de René Follet (1931-2020).

Voici donc énuméré un impressionant nombre de bandes dessinées qui bénéficiairent du talent littéraire d’André-Paul Duchâteau, qui fut l’un des des piliers du « Journal de Tintin »  et des « Editions du Lombard » (qui devinrent « Le Lombard »).

Yves Calbert.

 

Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert