En ligne, à la Maison, "Le Mois du Doc", j'usqu'au 30 Novembre

écrit par YvesCalbert
le 06/11/2020

Nous voici en novembre, en plein second confinement culturel. Les cinémas étant fermés, la "Fédération Wallonie-Bruxelles" ("FWB") a décidé d'adapter son "Mois du Doc", nous permettant de découvrir, à la maison, près de 60 documentaires belges qui devaient nous être proposés en salles...

 

Pour découvrir les titres des films, accessibles en TV ("RTBF" & "Arte"), en Vidéo à la Demande ("Sooner" & "Auvio") et en projections virtuelles, rendons-nous sur le site web : https://www.moisdudoc.be/, où les bandes annonces de chaque film sont disponbles.

 

A noter que ce catalogue va encore s'étoffer dans les prochains jours, avec l'ajout de plusieurs films qui faisaient partie de la programmation initiale de cette édition.

 

Lisons ce qu'en dit Bénédicte Linard, Ministre de la Culture et des Médias de la FWB« Je me réjouis sincèrement que, malgré les circonstances, le 'Mois du Doc' rebondisse rapidement pour permettre aux spectateurs de découvrir les meilleurs documentaires de création de la 'FWB' à la TV et en VOD.La tradition du documentaire est fortement ancrée en 'FWB', et ses qualités sont reconnues à l’international. Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin de ces films qui ont le pouvoir de décrypter notre quotidien, de le mettre en perspective, de déclencher une prise de conscience, de nous secouer ou de mettre la société en mouvement. » 

 

Quelques films disponibles :

 

"L'irrésistible Ascension de Moïse Katumbi" (Thierry Michel/2013/80')

 

Synopsis : "Richissime homme d’affaires de la province africaine la plus riche en minerais précieux, Moïse Katumbi est non seulement le gouverneur de cette région mais aussi le président du célèbre club de football 'le Tout puissant Mazembe'. Médias, sport, look, politique et affaires, tel est le cocktail proposé par ce nouveau Messie africain au nom prédestiné Moïse. Il est le symbole de ce nouveau leadership à la conquête du pouvoir par les urnes et les élections, de cette démocratie basée sur le business et le populisme. Frère ennemi et rival du Président de la République Joseph Kabila, Moïse sera-t-il un jour le Président élu ?..."

 

"Bons Baisers de la Colonie" (Nathalie Borgers/2011/74')

 

Synopsis : "En 1926, Suzanne naît de l'union entre un administrateur territorial belge et une femme rwandaise. A l'époque, ces unions sont sanctionnées par le pouvoir colonial. A l'âge de 4 ans, son père embarque Suzanne vers la Belgique pour qu'elle y reçoive une éducation européenne. Elle est ce qu'on appelle alors 'une mulâtresse sauvée d'un destin nègre'..." 

 

"Le Thé ou l’Électricité" (Jérôme Le Maire/2011/100'/film lauréat, en 2013, du "Magritte du meilleur Documentaire")

 

Synopsis : "  'Le Thé ou l’Électricité' est l’histoire épique de l’arrivée de l’électricité dans un petit village isolé et enclavé au cœur du Haut Atlas marocain. Durant plus de trois années, saison après saison le réalisateur dévoile patiemment les contours de la toile qui se refermera inexorablement sur les habitants d’Ifri. Sous nos yeux se dessine l'image d’une modernité impitoyable à laquelle ce petit village va être relié..."

"Ni Juge, ni soumise" (Yves Hinant & Jean Libon/Bel.-Fra./2017/100'/film lauréat, en 2019, du "César" et du "Magritte du meilleur Documentaire")

Synopsis : "A Bruxelles, la juge Anne Gruwez au cours d'enquêtes criminelles, d’auditions, de visites de scènes de crime..."

"Un film follement original et émouvant" Antoine le Fur/"L'Express")

 

"La Terre amoureuse" (Manu Bonmariage/2012/73')

 

 

Synopsis : "En Ardennes, l’agriculture va encore plus mal qu'ailleurs. Les fermes où l’homme, la femme et la famille travaillent ensemble sont de moins en moins nombreuses. Mais la terre est comme la femme quand elle est amoureuse, elle veut être ensemencée. Comment vivre alors cette passion quand la femme ou la terre s'en vont ? Et comment garder la maîtrise du jeu quand la finance s'en fout? Le credo du paysan n'est plus ce qu'il était ?..."

"Manu" (Emmanuelle Bonmariage/2018/92')

Synopsis : "Le jour où Manu Bonmariage, cinéaste du 'réel', a décidé d’appeler sa deuxième fille par le même prénom que lui, ‘Emmanuelle’, était-ce pour la postérité ? Manu Bonmariage, qui n’a eu de cesse de déshabiller la société, se retrouve aujourd’hui, à 76 ans, nu face à ses doutes, ses films et la caméra de sa fille Emmanuelle..." 

"Ce film, profond et multiple, portrait de cinéaste, est le théâtre d’une relation père/fille complexe mais vivante, pleine d’amour et de contradictions"  (© "Cinévox")

"Nouvelle Orléans, Laboratoire de l'Amérique" (Alexandra Kandy Longuet/2017/52')

Synopsis : "Plus de dix ans après le passage de l'ouragan Katrina, le plus meurtrier de l'histoire des Etats-Unis, la Nouvelle-Orléans est en reconstruction. En situation d'urgence, la Ville devient  le laboratoire d'un capitalisme du désastre sans précédent, symbole d'un pays où les écarts n'ont de cesse de se creuser..."

"Ya Me Voy" (Sebastien de Buyl/2016/62')

Synopsis : "Salinas, petit village de pêcheurs isolé sur la côte mexicaine, où vit un esprit qui erre parmis les vivants, contemple le va et vient des vents et des gens. Une voix lointaine entonne une mélodie. Une poésie de la vie d’une communauté de pêcheurs et leurs deuils..."

Ainsi, tout en restant bien au chaud, dans nos foyers, nous pouvons voyager, avec des cinéastes belges, au Congo, aux Etats-Unis, au Maroc, au Mexique,... , voir dans nos Ardennes, ou découvrir différentes personnalités, telle la juge bruxelloise Anne Gruwez, le film la présentant, "Ni Juge, ni soumise", ayant reçu les "César" et "Magritte du meilleur Documentaire".

Yves Calbert.

 

 

 

Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert