Remise du "Prix de la Fondation Auschwitz-Mémoire d'Auschwitz", à Namur

écrit par YvesCalbert
le 24/09/2022

Après deux années d’absence, consécutives à la pandémie, ce mercredi 21 septembre, le « Prix de la Fondation Auschwitz », décerné par la Députation provinciale, fut remis, au Palais provincial de Namur – par le gouverneur, Denis Mathen, et le député-président, Jean-Marc Van Espen – à trois étudiants, représentant dix élèves de la 6è année en infographie, année académique 2021-2022, de l’ « Institut Technique de la Communauté Française Félicien Rops », sis dans la capitale wallonne, en présence de différents représentants d’associations patriotiques : Pierre Bastin, trésorier de la « Ligue Royale Vétérans R.L.III-Namur » ; Danielle Bidart, membre de cette association ; Didier Cellière, président de l’ « Interfédérale Patriotique Namuroise » ; Léon De Turck, président de la « Fédération nationale des Combattants de Belgique » ; et Chantal De Turck-Pauwels, secrétaire de cette association.

Soulignant que ce « Prix de la Fondation Auschwitz » bénéficiait du total soutien de la Province, le gouverneur prit la parole : « Depuis le 03 septembre 2019, des suites de la pandémie, nous n’avions plus eu l’occasion de nous rencontrer. C’est avec joie que nous vous accueillons aujourd’hui, ayant constaté qu’il y a une évolution quant aux travaux présentés par les étudiants, désormais moins littéraires, mais davantage picturaux, comme c’est le cas, ici, pour les lauréats de ce ‘Prix 2021-2022 de la Fondation Auschwitz’. »

Il poursuivit : « Ce devoir de mémoire est important pour le futur. Des inquiétudes existent en ce qui concerne la progession de l’extrême droite, en Italie, à l’approche de leurs prochaines élections, sans oublier celle du ‘Vlaams Belang’, à nos portes. La triste pièce qui débuta dans les années ’30 pourrait-elle se rejouer de nos jours ? Nous devons arriver à nous en sortir. Durant les récentes ‘Fêtes de Wallonie’, tous les orateurs nous ont interpellé quant à la nécessité de nous projeter dans l’avenir, étant conscients que les prochaines années ne seront pas des plus faciles. »

Le président de l’asbl « Fondation Auschwitz-Mémoire d’Auschwitz », ancien détenu de ce funeste camp de concentation, Henri Goldberg, prit ensuite la parole : « Chaque année, sauf en 2020 et 2021, notre association organise un concours d’expression citoyenne, intitulé « Exprime toi »,  destiné aux élèves des deux dernières années de l’enseignement secondaire supérieur et à tous les réseaux d’enseignement, le thème choisi pour l’année académique écoulée ayant été : « Résistances-Occupations ».

« Moi qui ai eu la chance de pouvoir revenir d’Auschwitz, j’ai le sentiment de revivre ce que nous avons connu dans les années ’30. En moi, cela me révolte. Regardez la Suède, pays traditionnellement de gauche, désormais alerté par l’extrémisme. Je tiens, bien sûr, à remercier la Province, qui, soutenant ce concours, diplôme et chèque à l’appui, organise, régulièrement, pour nos réthoriciens provinciaux, des voyages d’études, de 5 à 6 jours, à Auschwitz. Puisse le message délivré par les élèves de l’ ‘ITCF Félicien Rops’ contribuer à alerter les autres jeunes des dangers de l’extrémisme ! »

Ce fut au tour du député-président de prendre la parole : « Auschwitz est l’image de la cruauté, de l’horreur, des centaines de milliers de personnes qui ne sont pas revenus des camps. Comment la folie d’un seul homme a-t-elle pu amenéer des hommes à commettre de telles atrocités ? Pourquoi tant d’années durent-elles s’écouler, avant de prendre conscience, afin que des décisions soient, enfin, prises ? ‘Plus jamais cela’, avait-on dit à l’époque. Hors, depuis 1945, les droits de l’homme ont été bafoués à de nombreuses reprises : les Khmers rouges, au Cambodge, nous concernant plus directement, le génocide du Rwanda, et, aujourd’hui, en Europe, en Ukraine, où – celles-ci étant tant de fois évoquées que nous ne pouvons les ignorer – des tortures sont, une fois encore, pratiquées. »

« Comment des hommes peuvent-ils encore, ainsi, jouer avec la vie d’autres hommes, sans regrets, sans compassion ? Ce message s’adresse aux jeunes de nos écoles, afin qu’ils puissent revendiquer un monde meilleur, prenant garde des risques de dérapages quotidiens, au sein d’un monde qui bouge, afin que nous ne nous ne devrions pas nous retrouver dans la situation vécue dans les années ’30, qui amenèrent un dictateur au pouvoir. Tous les jours, je me pose la question : comment cela a-t-il pu arriver ? C’est tout à fait dans ce cadre qu’oeuvre la ‘Fondation Auschwitz-Mémoire d’Auschwitz’. Bonne continuation pour l’action que vous mener. Quant à vous, les jeunes, soyez attentifs autour de vous, en alarmant, en particulier, d’autres jeunes, qui pourraient être tentés d’écouter l’un ou l’autre extrémistes. »

Ayant rencontré les deux professeurs de la « ITCF Félicien Rops » – Didier Laloux, enseignant l’infographie, et Marie-Annick Lallemand, enseignant la structuration de l’image -, qui furent à l’origine de la présentation de ce projet au concours, ils nous confièrent :  » Au départ nous avions demandé à une vingtaine d’élèves de travailler à un projet personnel en rapport avec le thème ‘Résistances-Occupations’, chacun ayant pu travailler sur sa propre vision, quant aux camps, aux libertés individuelles, au racisme, …« 

« Nous avons retenu les travaux picturaux de dix d’entre eux et avons finalisé leurs projets en les rassemblant en un tryptique carré, choisissant nous-mêmes un code couleurs uniforme, le noir et le rouge, en référence au code couleurs qu’utilisait le parti nazi durant la Seconde Guerre mondiale. Si nous avons déjà exposé ces trois posters géants à deux reprises, à la « Galerie du Beffroi » et dans notre Institution, nous réfléchissons à réaliser des panneaux qui pourraient être présentés en diférents lieux. »

Si sept des lauréat.e.s – Noé Dontaine, Sarah Dossogne, Emeric Michel, Omina Ourkiya, Elisabelle Parmentier, Emelie Schrooten et Madyson Stricelle – étaient excusé.e.s, venant d’entammer d’autres études dans différentes Hautes Ecoles, ils.elles étaient fort bien représenté.e.s, au Palais provincial, par trois d’entre eux.elles – qui viennent d’entammer une 7è année d’études à l’ « ITCF Félicien Rops » -, Malik Asif, Anaïs Boland et Xavier Niemegeers. Ce dernier tint à souligner : « Grâce ce travail, j’ai fort évolué, ayant pris conscience de cette problématique, que nous avons, maintenant, à relayer via les réseaux sociaux« .

Au préalable, Anaïs nous avait confié :« Chacun.e a travaillé durant trois semaines, pour réaliser son projet personnel, passant de ses premiers dessins sur papiers à un travail plus approfondi sur ordinateur. Ayant remis nos travaux à nos professeurs, ils prirent une semaine à reprendre nos dix travaux sur trois grandes affiches, faisant évoluer les couleurs que nous avions choisies. Ainsi, mon choix s’était porté sur le jaune et le vert, les couleurs de l’étoile de David, que les Juifs durent porter sur leurs vêtements, mais j’avoue que le rouge et le noir font mieux passer nos messages. »

Relevons, enfin, que la directrice de l’ « ITCH Félicien Rops », Sylvie Dachelet – qui tint, au micro, à féliciter tant ses dix élèves, dipômés en juin 2022, que leurs deux professeurs -, nous confia, en présence du gouverneur : « Ce serait tellement bien que la Province puisse affréter un autocar pour leur pemettre de se rendre à Auschwitz, la pandémie ayant empêché tout voyage d’études pendant ces deux dernières années. »

En vue d’une éventuelle future participation à ce concours citoyen « Exprime toi », signalons que les étudiants peuvent aussi bien présenter un travail littéraire (dissertation, poème, …) qu’un travail créatif (animation de rues, chanson, film, maquette, musique, peinture, photogaphie, pièce de théâtre, …). Site web : https://auschwitz.be/.

Pour tout renseignement concernant l’ « ITCF Félicien Rops », qui assure, dans une excellente ambiance, de nombreuses formations, tant professionnelles que techniques, telles que les arts plastiques, l’assistance médicale, la décoration, la photographie (plusieurs photos illustrant cet article ont été réalisées par Bastien Lansbergen, étudiant en 7è année, section "technicien photos"), la pubicité, le tourisme, …, n’hésitez pas à consulter leur site web : https://www.felicienrops.be/.

Yves Calbert.

Portrait de YvesCalbert
Yves Calbert