9 juin 1815 : il y a 200 ans, Malmedy et Waimes devenaient prussiennes

écrit par francois.detry
le 08/06/2015
9 juin 1815 : il y a 200 ans, Malmedy et Waimes devenaient prussiennes

Le 9 juin 1815,alors même que la bataille de Waterloo (qui allait provoquer la chute définitive de Napoléon) n’avait pas encore eu lieu, se clôturait à Vienne le Congrès qui allait changer le cours de notre histoire.
Pour trouver un nouvel équilibre, les puissances coalisées contre la France allaient redessiner la carte de l’Europe, notamment par :
- la création des Pays Bas (réunissant la quasi-totalité des territoires composant actuellement le Benelux)
- l’extension du Royaume de Prusse qui s’empare notamment de la moitié orientale de l’ancienne Principauté abbatiale de Stavelot- Malmedy (correspondant +/- au canton actuel de Malmedy), ainsi que de la partie septentrionale de l’ancien Duché de Luxembourg (+/- le canton actuel de St Vith) et de la partie orientale de l’ancien Duché de Limbourg (+/- le canton actuel d’Eupen)
- la création du Territoire de Moresnet Neutre (correspondant +/- à la commune de La Calamine/Kelmis)
Notre région va ainsi vivre pendant plus d’un siècle sous l’appellation de « Wallonie prussienne » jusqu’au lendemain de la 1ère Guerre mondiale (Traité de Versailles en 1919).
Pour en apprendre plus sur cette période, le comité Malmedy-Waimes qui a organisé l’an dernier les commémorations du 100ème anniversaire de 14-18 a prévu 2 activités en septembre prochain :
- le WE des 12 et 13 septembre (Journées du Patrimoine), l’Office du tourisme « le Pays des Hautes Fagnes-Waimes » organise au départ du Signal de Botrange des promenades guidées à la découverte des anciennes bornes-frontières de 1815 (Pays-Bas-Prusse) et 1830 (Belgique-Prusse)
- le 17 septembre à 20 h, se tiendra au Malmundarium une conférence de M. Alain Colignon « De la Meuse à Malmedy, ou les appétits contrariés de la Prusse ».
D’autres activités sont encore susceptibles de s’ajouter à celles-ci.
Contact : Stany NOEL 0495/275315

2. Les conséquences de la 1ère défaite de Napoléon pour la région ....
Dans quelques jours, l'Europe et en particulier la Belgique commémoreront le 200ème anniversaire de la bataille de Waterloo, qui a eu lieu le 18 juin 1815.
Cette date occulte largement celle du 9 juin 1815, qui marque la clôture du Congrès de Vienne (initié le 18 septembre 1814, après la 1ère abdication de Napoléon). A Vienne, les nations victorieuses de la France redécoupent la carte européenne, notamment en créant un nouvel Etat, les Pays Bas, dont s'extraira la Belgique, à la révolution de 1830.
Le territoire des Pays-Bas en 1815 correspond à l'actuel Bénélux, cependant amputé de quelques terres. En effet, suite au Congrès, la Prusse annexe non seulement la Rhénanie-Westphalie, mais s'empare également:
– de la partie Est de l'ancienne Principauté abbatiale de Stavelot-Malmedy (correspondant +/- aux communes actuelles de Waimes et Malmedy),
– de la partie Est de l'ancien Duché de Limbourg, correspondant +/- aux communes actuelles de Eupen, Raeren et Lontzen,
– de la partie Nord de l'ancien Duché de Luxembourg (correspondant +/- aux communes actuelles de Amel, Büllingen, Burg Reuland, Bütgenbach et St Vith).
Enfin, la Prusse et les Pays Bas s'entendent pour cogérer le territoire de Moresnet Neutre /Neutral Moresnet (riche en minerais), qui préfigure l'actuelle commune de Kelmis/La Calamine.
Il subsiste de cette ancienne frontière de 1815 une seule borne, située sur le territoire de la commune de Waimes : la borne K(onigrijk) N(ederland) –W(aimes)- B(utgenbach), qui se trouve sur le plateau des Hautes Fagnes, le long de la Helle, à la limite avec la commune de Baelen, sur le site dit des « 3 Bornes » (à 1,7 km de la Baraque Michel et 2,8 km du Signal de Botrange).
A partir de 1815, 10.000 habitants wallons du Kreis de Malmedy vivront dans une Prusse germanophone et recevront même la visite, en 1853, du roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV qui affirmera être fier de posséder, aux marches de son royaume, " un petit pays où l’on parle français ". Les choses changent avec l’arrivée au pouvoir du chancelier Bismarck, qui réunifie l'Allemagne et y impose la langue allemande à partir de 1870. Pour défendre la culture romane, le "Club Wallon" est créé à Malmedy en 1897. Si son combat était avant tout d'ordre culturel, celui de l'abbé Bastin (de Faymonville) sera également politique. Son leitmotiv : détacher la Wallonie malmédienne de la Prusse pour l'intégrer à la Belgique. Le Traité de Versailles, signé à la fin de la 1ère guerre, en 1919, permettra de concrétiser cet objectif.

3. Résumé de l'histoire de la région de 1815 à 1945
1815 : Congrès de Vienne- création des Pays Bas (réunissant la quasi-totalité des territoires composant actuellement le Benelux)
- extension du Royaume de Prusse qui s’empare notamment de la moitié orientale de l’ancienne Principauté abbatiale de Stavelot- Malmedy (correspondant +/- au canton actuel de Malmedy), ainsi que de la partie septentrionale de l’ancien Duché de Luxembourg (+/- le canton actuel de St Vith) et de la partie orientale de l’ancien Duché de Limbourg (+/- le canton actuel d’Eupen)
- création du Territoire de Moresnet Neutre (correspondant +/- à la commune de La Calamine/Kelmis)
1830 : Révolution belge – naissance de la Belgique, qui se sépare des Pays-Bas ; la région reste prussienne.
1919 : Traité de Versailles
- en « compensation » des dommages subis pendant la 1ère guerre, la Belgique reçoit les Cantons de l'Est (et Moresnet-Neutre) sous réserve d'une consultation de la population concernée visant à confirmer l'adhésion des populations locales à leur nouvelle patrie. Craignant que les résultats de celle-ci ne soient pas favorables à la Belgique, la délégation belge à Versailles réussit à en adapter les modalités comme suit : « ...., des registres seront ouverts par l'autorité belge à Eupen et à Malmedy et les habitants desdits territoires auront la faculté d'y exprimer par écrit leur désir de voir tout ou partie de ces territoires maintenus sous la souveraineté allemande .» (art. 34)
- organisée par le général Baltia, nommé « Haut Commissaire royal pour les Cantons de l'Est » , cette « consultation » aura lieu en 1920. Les opposants furent « découragés » d'y participer, de sorte que seules 271 personnes, parmi lesquels 202 fonctionnaires allemands encore en poste, osèrent y apposer leur signature. Malgré les protestations de l'Allemagne (et les critiques dans la presse internationale), le résultat fut entériné. En 1925, le régime transitoire de Baltia s'achève.
- grand vainqueur des élections dans les cantons de l'est en 1926, le parti catholique se divise entre pro-belges et pro-allemands; ceux-ci créent le Christliche Volkspartei, qui obtient à lui seul 52 % des voix aux élections suivantes, en 1929. En 1934, son leader (originaire de la région malmédienne) est expulsé « dans son pays d'origine » (en Allemagne) et le parti est dissous.
- Il est en quelque sorte remplacé par le « Heimattreuefront »,front de la fidélité à la patrie (allemande), qui prône l'abstention : en 1939, 45,8 % de la population suivra cette consigne.
1939 : 2ème guerre mondiale
- 10 mai 1940 : invasion de la Belgique par les troupes du IIIème Reich
- 18 mai : ordonnance de Hitler : les territoires des Cantons de l'Est et celui de Moresnet-Neutre) redeviennent allemands, sans la moindre réaction de l'Etat belge.
- 28 mai : capitulation de l'armée belge
- 29 mai : les 10 (anciennes) communes de Baelen et Membach, Henri-Chapelle et Welkenraedt, Gemmenich, Hombourg, Montzen, Plombières et Sippenaken, ainsi que Beho sont également annexées au IIIème Reich (en 1941, des franges de communes limitrophes des territoires annexés subiront le même sort)
- le 1er juin 1940, une frontière d'Etat sépare la Belgique, occupée militairement, de ces entités annexées au IIIème Reich
- le 21 septembre 1941, la nationalité allemande est imposée aux habitants des Cantons de l'Est ; les citoyens des autres entités annexées deviennent allemands sous réserve de probation.
1944-45 : Fin de la guerre
- l'épuration : Les auditeurs militaires ayant à traiter de l’incivisme présumé dans les Cantons de l’Est ne jugent pas en fonction de la situation d’annexion, mais en fonction des critères des lois et arrêtés belges en matière d’incivisme dans la situation d’occupation militaire : alors que dans les 10 communes et dans les franges de communes (annexées au même titre que les cantons d’Eupen, de Malmedy et de Saint-Vith et la commune de Neu-Moresnet), le nombre de poursuites envers de présumés inciviques est de l’ordre de la moyenne de la Belgique occupée, dans les Cantons de l’Est, la situation est tout autre. Elle traduit la volonté particulière de l’Etat belge à sévir:
- 15.623 dossiers d’incivisme sont ouverts dans les Cantons de l’Est pour une population globale d’environ 63.000 habitants, toutes catégories d’âges confondues. 80,6% de ces dossiers seront classés et 9,3% feront l’objet d’un non-lieu ;
- en deux séances, le Conseil de Guerre de Liège prononce 14 peines de mort, 4 détentions à perpétuité et 3 condamnations à 20 ans de détention à l’encontre d’habitants des Cantons
- entre le 1er janvier et le 15 février 1946, sur 18.000 personnes déchues du droit de vote pour l’ensemble du pays, 7.281 sont des citoyens des Cantons de l’Est ;
- 1.218 habitants des Cantons de l’Est sont déchus de la nationalité belge ;
- la circulaire du 18 juin 1946, Affaires provinciales et communales, 2ème section N°2753, crée, expressément pour les Cantons de l’Est, les certificats de civisme A et B, ainsi que l’attestation d’état civique repris ci-après sous la mention certificat de civisme.
Pour saluer le retour au bercail des habitants des Cantons de l'Est, la Belgique leur ouvre les portes de ses prisons !
Véritables pièges à la vie sociale, et conséquemment à la réinsertion des habitants des Cantons de l’Est dans le système belge, toutes les mesures prises à l’encontre particulière de citoyens des Cantons de l’Est vont jusqu’à jeter le trouble dans les consciences mêmes des citoyens qui se sont opposés au régime nazi.

Stany NOEL

© François DETRY
Lien vers les reportages 2015 de François DETRY

  • 9 juin 1815 : il y a 200 ans, Malmedy et Waimes devenaient prussiennes
  • 9 juin 1815 : il y a 200 ans, Malmedy et Waimes devenaient prussiennes
  • Croquis de la borne K.N.W.B.
1325 lectures
Portrait de francois.detry
francois.detry