BD : "Les Femmes en blanc", à l'Honneur dans le "Journal Spirou"

écrit par YvesCalbert
le 09/05/2020

En cette bien triste période de crise sanitaire, nous sommes tous conscients de ce que nous devons au  dévouement du personnel de soins, aussi nommé « blouses blanches », la « Commission Santé » de la  « Chambre » venant, par ailleurs, de voter, en Belgique, à l’unanimité, l’octroi d’un fonds « blouses blanches »,  destiné à prendre en compte les conditions d’hospitalisation pour les patients, les conditions de travail pour les prestataires de soins, ainsi que des moyens supplémentaires pour les prestataires de soins à domicile.

De ces « blouses blanches » aux « Femmes en blancs », il n’y a qu’un pas, et le « Journal Spirou » le franchira ce mercredi 13 mai, avec la publication d’un numéro intitulé « Des applaudissements pour les Femmes en blanc », en clin d’oeil à ce mouvement solidaire d’applaudissements, survenant tous les jours, à 20h, tant en  Belgique qu’en France.

Saluons cette initiative de la rédaction du « Journal Spirou », désireux de saluer le travail exceptionnel de nos  personnels soignants, la couverture musclée, signée Philippe Bercovici, ne pouvant que nous inciter à découvrir le contenu du N° 4283 de ce bien connu hebdomadaire des « Editions Dupuis », créé à Marcinelle, en avril 1938, par Jean Dupuis.

Différentes bandes dessinées figurent au sommaire, dont, bien sûr, « Les Femmes en blanc », de Raoul Cauvin  Antoing/1938,… la même année que le « Journal Spirou »), au scénario, et Philippe Bercovici  Nice/1963), aux dessins, un duo dont le premier album fut édité en janvier 1986, leur prochain tome, le N° 42, intitulé « La Radio de la Méduse » (Ed. « Dupuis »/cartonné/48 p./300 x 218 mm/recommandé dès 9 ans/10€95), devant être  disponible le 10 juillet 2020.

Synopsis « Rien ne va plus à l’hôpital et c’est à croire que Raoul Cauvin et Philippe Bercovici se sont donnés le mot pour achever patients et professionnels en tranches de rire toujours aussi drôles et caustiques. Les gags de ce 42è tome s’enchaînent encore comme pour conjurer le mal dans la bonne humeur malgré les restructurations des services et les reconversions du personnel. Quand certains ont déjà rejoint les services de psychiatrie, d’autres rêvent de prendre leur retraite… »

Paradoxe de l’année 2020 : c’est qu'alors que le personnel soignant n’a jamais autant été applaudi que, de la  volonté de l’éditeur, la série « Les Femmes en blanc » vivra, à cette occasion, son ultime aventure

Une motivation de plus pour acheter le N° 4283 du « Journal Spirou », histoire, aussi, de profiter d’un peu d’humour en cette douloureuse période, et ce au prix fort abordable de 2€70.

Et si, en parcourant cet hebdomadaire, nous saluerons le dévouement du personnel soignant et des autres personnels employés dans nos hôpitaux, n’oublions pas de saluer, également la volonté des responsables,  scénaristes et dessinateurs du « Journal Spirou » qui n’a pas interrompu sa publication durant le confinement, bien qu’il ait dû faire face à de nombreuses embûches : un imprimeur fermant temporairement, un changement de routeur, une pénurie de photograveurs,…

A l’image du roseau de la fable « Le Chêne et le Roseau » (1668), de Jean de la Fontaine (1621-1695), chaque semaine, depuis la mi-mars, la rédaction du « Journal Spirou », collectionnant les tuiles, a plié mais pas rompu, afin que ses lecteurs puissent retrouver leur« bulle d’évasion » en bandes dessinées.  

Ayant étudié en lithographie publicitaire, à l’ « Institut Saint-Luc », à Tournai, notons que si Raoul Cauvin éprouva quelques difficultés à être repris par le 2è rédacteur en chef (1955-1968), Yvan Delporte (1928-2007), parmi les  scénaristes du « Journal Spirou », il en devint celui que l’on nomme « Monsieur soixante millions d’Albums ».

Epaulé par différents desinateurs, il est aussi à l’origine des célèbres « Tuniques bleues », dont le premier album fut édité, par « Dupuis », en janvier 1972, le 63è tome l’ayant été en octobre 2019. Parmi ses autres séries, toutes  éditées par « Dupuis »  notons « Sammy » (40 albums), « Cédric » (33), «  Pierre Tombal » (32) « L’Agent 212 » (29), « Les Psy » (22) et « Les Paparazzi » (10).

Fait « Chevalier des Arts et des Lettres », soulignons qu’il fut le lauréat, en 1976, du « Prix du meilleur Scénariste étranger », au « Festival d’Angoulème », remportant, à Bruxelles, en 1972, 1975 et 1977, 3 « Prix Saint-Michel du meilleur scénariste humoristique », ainsi qu’en 2008, le « Grand-Prix Saint-Michel pour l’ensemble de son oeuvre ».

Notons enfin que, depuis le 3 décembre 2014« Les Femmes en blanc » décorent un mur, à Woluwé-Saint-Lambert, sur la Promenade de l’Alma, à la Place de la Vècquée.

Il ne nous reste plus qu’à attendre ce mercredi 13 mai pour pouvoir nous procurer un exemplaire de ce numéro particulier du « Journal Spirou », participant ainsi à l’hommage que nous nous devons de rendre au personnel  soignant, tout en nous réservant d’agréables cases d’humour, bien utiles en cette période troublée

Yves Calbert.

30 lectures
Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert