Le Musée Juif de Belgique présente 'Ellis Island', du 30 avril au 29 août 2021

écrit par VandenHende
le 02/04/2021

Une exposition de groupe avec des œuvres d'Armando Andrade Tudela, Marianne Berenhaut, Heidi Bucher, Miriam Cahn, Latifa Echakhch, Sigalit Landau, Alina Szapocznikow, Naama Tsabar et Lawrence Weiner

 En prélude à la grande rétrospective du photographe français Mathieu Pernot, le Musée Juif de Belgique présente à partir du 30 avril, dans son Project Space, l’exposition Ellis Island.

Organisée par Eloi Boucher en collaboration avec le Musée Juif de Belgique, cette exposition réunit 9 artistes contemporains qui abordent les thèmes de l'exil et de la migration, reflétant leurs visions du monde en tant que lieu de dispersion, d'enfermement et d'errance.

Le titre de l'exposition fait référence à l'île du même nom, située en face de Manhattan, dans l'État de New York. Elle a été la principale porte d'entrée pour nombre de communautés arrivées sur le sol américain entre 1892 et 1924. Près de seize millions d’immigrants – majoritairement originaires d’Europe, mais aussi du Moyen-Orient – y sont passées en transit. Ils ont été amenés à y subir une série d’examens médicaux et psychologiques, mais aussi à y changer d’identité.

Georges Perec, écrivain d’origine juive polonaise, nous offre une description minutieuse de ce « non-lieu » dans un texte éponyme écrit en 1979. Il décrit Ellis Island comme un lieu utopique où on s’oublie, où le corps et l’identité se transforment, un lieu où on laisse aussi place aux rêves et à l’espoir d’un monde meilleur.

L'exposition Ellis Island n’est pas le thème, ni l’illustration d’une rhétorique. Ce n’est pas l’adaptation formelle d’un roman mais plutôt un motif, une formule, une unité syntaxique qui a la capacité de révéler une mémoire et de déclencher l’imagination à travers des œuvres d’artistes du 20e et 21e siècles.

Les œuvres elles-mêmes sont extrêmement diverses. Les molles ‘Poupées-Poubelles’ de l'artiste belge Marianne Berenhaut, réalisées dans les années 1970 à partir de déchets entassés dans des bas, contrastent fortement avec la guitare électrique détruite de Naama Tsabar. Les dessins où l'horreur côtoie la beauté de l'artiste polonaise Alina Szapocznikow tranchent avec les peintures murales de Lawrence Weiner dans la cour du musée. La série de nuages suspendus de Latifa Echakhch présente aux visiteurs des fragments d'histoire, des objets presque dérisoires, mais aussi les souvenirs d'enfance de l'artiste.

Le MUSÉE JUIF DE BELGIQUE, un musée d'art et d'histoire

Situé dans un quartier culturel dynamique et multidisciplinaire au centre de Bruxelles (Sablon), le Musée Juif de Belgique (MJB) jette un regard neuf sur l'histoire et la culture juives à travers des expositions et des activités qui visent à partager, découvrir et rendre accessible à un large public.

L'histoire du musée naît au début des années 1980, avec la collecte d'objets et de documents relatifs à l'histoire des communautés juives de Belgique. Aujourd'hui, le MJB se situe au carrefour de l'art et de la culture, s’érigeant en espace de tradition, d'ouverture et de débat. Le musée travaille sur une vision d’avenir dans le respect du passé, avec des valeurs d'ouverture, d'audace et de modernité, tout en construisant progressivement le visage du nouveau musée

Musée Juif de Belgique - Project Space

Rue des Minimes 21

1000 Bruxelles

 

 

10 lectures
Portrait de VandenHende
Van den Hende"