Les Houffalois pour l’envoi de la Première ministre à la C.I.J. de La Haye ?

écrit par ReneDislaire
le 03/09/2020
Le brûlot réquisitoire pour conduire Mme Wilmès devant la Cour Internationale de Justice

Un inconnu, sur facebook, sous pseudonyme et sans image de profil, a mis Houffalize en état de choc à son réveil ce mardi 2 septembre 2020.
Extraits de son article :
"imposer un masque (bourré de bactéries) aux enfants (…) 
"CRIME CONTRE L'HUMANITÉ
"A une certaine époque on gazait les enfants.
"Aujourd'hui on leur impose de se gazer eux-même.
(sic) ( en respirant leur CO2 )
"8 heures de cours sous un masque c'est iINHUMAIN,
(sic) IINACCEPTABLE (sic), CRIMINEL."

Étant Houffalois, ce qui forcément peut nous suspecter de manque d’objectivité,
nous avons consulté quelques aréopages de grammairiens et littérateurs au niveau international, via des groupes facebook.
Une première réaction, médico-chimique. Drôle, même si le sujet est grave. Comment peut-on comparer des enfants gazés (par les nazis) à des enfants gazés par eux-mêmes aujourd’hui ?
Cela voudrait dire que les bactéries émettent des gaz. Non seulement elles n’en émettent pas, mais le covid se transmet par une propagation de virus, et les virus ne sont pas des bactéries (tout le monde commence quand même à le savoir). Et pas plus que les bactéries les virus n’émettent aucun gaz.
Il faut être dans le pays d’Ypres, écrit cet érudit français avec humour, pour écrire des prémices aussi erronées qu’...hilarantes.

Bref on ne voit pas bien la logique qui amènerait à conclure à un acte criminel un masque qui n’est pas contre un gaz, mais contre un virus. Car c'est bien le virus l'ennemi.
Et quant à faire allusion au CO2 comme gaz criminel, quelle est la particularité d’enfants en classe -pour autant qu’on puisse encore parler d’enfants- par rapport par exemple à des caissières de magasin ? Il n’est contesté par personne que les masques ont protégé beaucoup d’entre elles qui sans cela aurait été atteintes, et même en clusters, et nul n’a jamais envisagé la possibilité que ces masques aient provoqué une contamination à laquelle elles auraient échappé sans masque.  
Grave d’impliquer les autorités dans la responsabilité de crime contre l’Humanité sur base d’un non-sens scientifique.

Pour ce qui est de la grammaire, important pour analyser un texte, toutes les personnes consultées conviennent qu’on peut affirmer que son rédacteur exprime explicitement que l’auteur d’un crime en train d’être commis contre l’Humanité est le gouvernement belge, sujet sous-entendu d’un verbe à l’infinitif (imposer).  Oui, seul le gouvernement peut imposer le port du masque, et il l’a fait.

"On" impose aux enfants de se gazer eux-mêmes (après la réserve qu’il est impossible qu’il se gazassent). Le sujet dit impersonnel « on » est nécessairement le gouvernement, seul habilité de par la loi à imposer le port du masque.

Voici donc un millier et demi de Houffalois, fameux cluster, nourris d’une théorie imaginaire et erronée.
Ce qui est grave puisqu’elle pousse des mineurs d’âge à l’incivisme et au délit de désobéissance 
à des mesures sanitaires légales édictées par le gouvernement
qui a respecté notamment toutes les règles de contrôle parlementaire de notre démocratie.
Ce qui est encore plus grave est de dire que le gouvernement belge, et c’est la Première ministre, qui est à l’évidence pointée du doigt, commet un crime contre l’Humanité et, est-il répété, commet un acte criminel en imposant aux enfants de se gazer eux-mêmes.

Autres considérations, que tous les habitués membres de groupes et forums sur le net connaissent, c’est que l’emploi des mots en majuscules est proscrit (refusé par un administarteur-modérateur), non tant parce qu’il est une faute de français et nuit à la compréhensibilité, mais parce qu’il révèle l’état d’un individu égaré par un excès de passion, bref qui a perdu ses nerfs et recourt à des moyens non conventionnels pour imposer ses idées, moyens scripturaux du même type que, oralement, les vociférations du Führer des gazeurs d’enfants.
Il en est de même pour l’excès flagrant des fautes d’orthographe.

Pour le surplus, et c’est toujours une simple analyse objective de texte, il est discourtois sinon vulgaire de commencer un texte accusant la Première ministre de crime contre l’Humanité par:
« chacun pensera ce qu’il veut moi je m’en balance » et « c’est franchement dégueulasse ». Un parler que certains  qualifieront de barakî. Ce n’est en tout cas ni distingué ni courtois eu égard aux fonctions d’une Première ministre d’introduire par ces termes un réquisitoire pour la traduire par devant la Cour Internationale de Justice à La Haye entre d’ignobles tyrans génocidaires.

Mais qui se cache sous ce pseudonyme? Un Houffalois ? Un Biterrois?  Un homme ? Une femme ? Rien ne permet de l’identifier. 
Citer son nom est impossible pour le commun qui citerait ses propos. 

In fine, une opinion personnelle. Le populisme est bien en marche dans un pays voué à disparaître, si tant est qu’il existe encore.

René Dislaire  ©  Houffalize, le 3 septembre 2020

 

 Présentation: Tout peut-il être dit? Les mesures anticovid vont-elles conduire Madame Sophie Wilmès devant la Cour de Justice Internationale?

 

 

 

 

 

  • Le brûlot réquisitoire pour conduire Mme Wilmès devant la Cour Internationale de Justice
87 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire