Les Longs-Métrages, hors Compétitions, du 36è "FIFF", à Namur, du 01 jusu'au 08 Octobre

écrit par YvesCalbert
le 26/09/2021

- Au sein de la programmation du 36è "FIFF" ("Festival International du Film Francophone"), tout francophones que nous sommes, permettez-nous d’abord d’évoquez son : 

** « Cap sur la Flandre » :

*** « Red Sandra » (Jan Verheyen & Lien Willaert/Bel.-P.B./fiction//2020/107′)

Synopsis « William et Olga sont confrontés à un diagnostic inattendu. Leur fille unique Sandra (6 ans) souffre de leucodystrophie métachromatique, une maladie musculaire rare. Il lui reste environ un an à vivre. Le monde de la famille s’écroule. Le père refuse de perdre espoir et se jette corps et âme dans un combat contre l’industrie pharmaceutique … »

A noter que 5 courts-métrages flamands sont également programmés :

** « Beau Monde » (Hans Vannetelbosch/Bel./fiction/2020/27′)

** « Echo » (Kato De Boeck/Bel./fiction/2021/10′)

** « Howling » (Laura Van Haecke/Bel./fiction/2020/19′)

** « Stéphanie » (Leonardo Van Dijl/Bel./2020/14′)

** « Versailles » (Hyun Lories/Bel./2020/20′)

- Soulignons la carte blanche offerte à un autre Festival namurois, bisannuel, dont le thème est le handicapbien loin des clichés usuels :

** « The Extraordinary Film Festival » (« TEFF »), dont la 6è édition se déroulera au « Delta »du mercredi 10 jusqu’au dimanche 14 novembre :

*** « La Disgrâce » (Didier Cros/Fra./documentaire/2018/66’/film lauréat, en 2019 du « Prix du Public »  du  « TEFF »)

Synopsis : « Des hommes et des femmes que l’on regarde avec difficulté, qui ont été photographiés, à Paris, aux célèbres « Studio Harcourt ». Nos semblables, mais des personnes que l’on observe du coin de l’oeil, faute d’avoir le courage de les regarder en face. Didier Cros leur donne la parole. Qu’est-ce que la singularité la plus dérangeante peut dire de notre humanité commune ? … »

Critique d’un internaute, Piotr Aakoun « Je resterai bouleversé d’émotion à vie par ce que ce film nous a transmis. Il nous donne la possibilité de faire un pas vers ces êtres au visage différent, que celui-ci ait été brulé vif, aspergé au vitriol, qu’il soit atteint de neurofibromatose ou ait encore été perforé par une balle au 'Bataclan', … »

- Toujours au niveau des films documentaires, précédent le « Mois du Doc »organisé du 01 jusqu’au 30 novembre, par la « FWB » (« Fédération Wallonie-Bruxelles »), nous découvrons la section : :

** Place au Doc belge :

*** « Alpes » (Naël Khleifi/Bel./2021/65′)

Synopsis : « Au coeur des Alpes, dans le secret de la nuit glaciale, des femmes et des hommes vont au secours des migrants qui traversent la frontière italo-française. Solidaires, ils s’organisent dans l’illégalité pour échapper aux contrôles de police et à la répression qui sévit sur ces chemins de montagne et portent secours à ceux qui tentent d’entrer en France au péril de leur vie … »

*** « En Mis Zapatos » (Pedro Morato/Bel./2021/62′)

Synopsis : « Paco Mora est un danseur de flamenco espagnol bien connu qui consacre sa vie à prendre soin de sa mère Carmen, atteinte de la maladie d’Alzheimer. Parallèlement, Paco organise une pièce de théâtre et une danse pour que sa mère puisse aussi être danseuse … »

*** « Les Mots de la Fin » (Gaëlle Hardy & Agnès Lejeune/Bel./2021/72′)

Synopsis : « Un cabinet de consultation, dans un hôpital public, en Belgique. Un médecin y reçoit des patients : des hommes et des femmes, souvent accompagnés d’un proche. La plupart sont gravement malades, et ils le savent. Ils sont venus pour parler de leur fin de vie … »

*** « Les Prières de Delphine » (Rosine Mbakam/Bel.-Cameroun/2021/91′)

Synopsis : « Le portrait de Delphine, une jeune camerounaise qui après la mort de sa mère et la démission de son père de ses responsabilités parentales, subit un viol à l’âge de 13 ans. Elle sombre dans la prostitution pour subvenir à ses besoins et celui de sa fille … »

*** « Quand on a que l’Enfance » (Alain Bertrand/Bel./2021/51′)

Synopsis « De nombreux enfants n’ont pas la chance de vivre dans leurs familles, que ce soit pour des raisons sociologiques, économiques ou autres (alcool, prostitution, drogue, violence, inceste…), et se retrouvent pour des périodes plus ou moins longues placés dans des centres d’accueil … Le portrait, sans jugement, d’un service résidentiel général, basé à Bois de Villers, qui accueille une vingtaine d’enfants … »

- N’oublions évidemment pas une sélection de fictions et de documentaires« 5 étoiles », présentée, à Namuren toute exclusivité, au sein de la section :

** Les Pépites :

*** « Alors on danse » (Michèle Laroque/Fra./fiction/2021/105’/avec Michèle Laroque, Thierry Lhermitte  &  Patrick Timsit)

Synopsis : « Sandra découvre, après 30 ans de mariage, que Paul la trompe avec sa meilleure amie. Elle le quitte sur le champ et n’a d’autre choix que de retourner dans la maison de son enfance, où vit toujours sa sœur Danie … »

*** « Animal » (Cyril Dion/Fra./documentaire/2020/120′)

Synopsis : « Bella et Vipulan ont 16 ans, une génération persuadée que leur avenir est menacé. Changement climatique, 6è extinction de masse des espèces … L’être humain a cru qu’il pouvait se séparer de la nature, mais il est la nature. Il est, lui aussi, un ‘Animal’ …  Alors ils décident de remonter à la source du problème : notre relation au monde vivant … »

*** « Eiffel » (Martin Bourboulonel/All./fiction/2020/108′)

Synopsis : « Venant tout juste de terminer sa collaboration sur la Statue de la LibertéGustave Eiffel est au sommet de sa carrière. Le gouvernement français veut qu’il crée quelque chose de spectaculaire pour l’Exposition Universelle" de 1889, à Paris, mais Eiffel ne s’intéresse qu’au projet de métropolitain … »

*** « La Fracture » (Catherine Corsini/Fra./fiction/2021/98’/film de Clôture)

Synopsis « Raf et Julie, un couple au bord de la rupture, se retrouvent dans un service d’urgences proche de l’asphyxie, le soir d’une manifestation parisienne des Gilets Jaunes. Leur rencontre avec Yann, un manifestant blessé et en colère, va faire voler en éclats les certitudes et les préjugés de chacun … »

*** « Gogo » (Pascal Plisson/Fra./documentaire/2019/83′)

Synopsis « À 94 ans, Gogo intègre l’école de son village et devient la plus vieille écolière du monde. Mère de trois enfants, sage-femme depuis 75 ans, elle partage aujourd’hui les bancs de l’école avec des maîtresses et des élèves qu’elle a fait naître. Encouragée par ses 54 arrière-petits-enfants et l’école tout entière, la doyenne des écolières se lance un défi : réussir son examen de fin de primaire et prouver qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre ! … »

*** « Les Intranquilles » (Joachim Lafosse/Fra.-Bel.-Lux./fiction/2021/118′/film d’Ouverture)

Synopsis : « Leila et Damien s’aiment profondément. Malgré sa bipolarité, il tente de poursuivre sa vie avec elle, sachant qu’il ne pourra peut-être jamais lui offrir ce qu’elle désire… »

*** « Jane par Charlotte » (Charlotte Gainsbourg/Fra./documentaire/2021/90′/avec Jane Birkin Charlotte Gainsbourg)

Synopsis « Charlotte Gainsbourg a commencé à filmer sa mère, Jane Birkin, pour la regarder comme elle ne l’avait jamais fait. La pudeur de l’une face à l’autre n’avait jamais permis un tel rapprochement. Mais par l’entremise de la caméra, la glace se brise pour faire émerger un échange inédit … »

*** « Même les Souris vont au Paradis » (Jan Bubeníček & Denisa Grimmová/Fra.-R. Tch.-Pol.-Slovaquie/ animation/86′)

Synopsis « Après un malencontreux accident, une jeune souris au caractère bien trempé et un renardeau plutôt renfermé se retrouvent au paradis des animaux. Dans ce monde nouveau, ils doivent se débarrasser de leurs instincts naturels et suivre tout un parcours vers une vie nouvelle … »

- Quelques séances spéciales en prime :

** avec la présencesur scène, d’une chanteuse, d’un danseur et d’un pianiste, en l’honneur du « CAV&MA »  (« Centre d’Art Vocal et de Musique Ancienne »), qui, le vendredi 03 septembre 2021, inaugurait, au sein d’un  « Grand Manège » restauré, son « Namur Concert Hall », ainsi que ses salles de cours de danse et de musique :

*** « Les Indes galantes » (Philippe Béziat/Fra./documentaire/2020/108′)

Synopsis : « C’est une première pour 30 danseurs de hip-hop, krump, break, voguing … Une première pour le metteur en scène, Clément Cogitore, pour la chorégraphe, Bintou Dembélé, et pour l’ ‘Opéra de Paris’. En faisant dialoguer danse urbaine et chant lyrique, ils réinventent ensemble le chef-d’œuvre baroque de Jean-Philippe Rameau, nous emmenant des répétitions aux représentations publiques … »

** en audiodescription, en partenariat avec « Les Amis des Aveugles et des Malvoyants » :

*** « Adieu les Cons » (Albert Dupontel/Fra./fiction/2020/87’/avec Virginie Efira & Albert Dupontel/film lauréat, en 2021, de 7 « César »)

Synopsis : « Lorsque Suze Trappet apprend, à 43 ans, qu’elle est sérieusement malade, elle décide de partir à la recherche de l’enfant qu’elle a été forcée d’abandonner quand elle avait 15 ans. Sa quête administrative va lui faire croiser un quinquagénaire en plein ‘burn out’ et un aveugle d’un enthousiasme impressionnant. À eux trois, ils se lancent dans une quête aussi spectaculaire qu’improbable … »

** en séance spéciale des « parents non admis », un ancien film à succès :

*** « Bébert et l’Omnibus » (Yves Robert {1920-2002}//Fra./1963/100'/avec Jean Lefebvre, Pierre Mondy, Michel Serrault et Jean Lefebvre)

Synopsis « Bébert, c’est l’enfant terrible… mais irrésistible ! Ce jour-là, à l’occasion de courses en famille à Paris, Tièno – son frère aîné – croyait pouvoir tranquillement courir les filles et Bébert avait très envie d’un feu de bengale. Les deux garnements autorisés à rentrer par le dernier train, quel n’est pas l’affolement du jeune homme quand arrivé à destination, il se rend compte que son petit frère manque à l’appel … »

- à l’occasion de la "Journée du Cinéma belge", le mardi 05, dans deux salles du « Caméo », nous aurons la "Soirée de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la RTBF", avec, en présence de l’équipe du film, la projectionen avant-première, des deux premiers épisodes d’une série belge :

*** « Pandore » (Anne CoesensSavina Dellicour et Vania Leturcq/Bel./2021/104′)

Synopsis « Bruxelles, à deux mois des élections. La campagne qui bat son plein est perturbée par une enquête de corruption. Survient alors une agression tragique qui va provoquer la collision de quatre personnages : une juge d’instruction, un politicien, une activiste et une journaliste. Chacun, dans cette affaire, défendra sa propre vérité … »

- en bref :

Comme nous l’avons écrit dans notre précédent article, le « FIFF » comptera, à nouveau, cette annéetrois compétitions officielles, celles des longs-métrages, des courts-métrages et des premières oeuvres de fiction, les projections étant programmées dans la grande salle du « Delta » et dans deux salles du « Caméo », voire dans une 3è salle, pour quelques séances, le « FIFF » tenant à soutenir les salles de cinéma et les distributeurs, en ne réservant, en permanence, que ces deux salles.

Ce sera, aussi, la seconde année, en différents lieux originaux, du « FIFF Off » – dont une projection sur la Meuse, ainsi qu’un ciné-cyclo (les festivaliers devant pédaler, afin d’alimenter la projection de courts métrages documentaires) – et le retour du chapiteau, sur la Place d’Armes, dont l’entréedès 17h30, ne se fera que sur présentation de son « Covid Safe Ticket » et de sa carte d’identité.

Comme chaque année, un riche programme de « FIFF Campus » attendra les enfants et les jeunes, alors que les professionnels profiteront de leur programme « FIFF Pro », fort de diverses rencontres, de son « Forum de Namur », de sa « Journée du Cinéma belge », de sa « Leçon de Scénario » et de sa « Génération Talents », qui vise à faire se rencontrer de jeunes acteurs et de jeunes réalisateurs

N’oublions pas que nos voix comptent pour l’attribution de trois Prix du Public : « du meilleur Long-Métrage de Fiction »« du meilleur Documentaire belge » et « du meilleur Court-Métrage ».

Prix par séance 6€ (1€25, pour les « Art. 27 »). Tarifs dégressifs : 25€, pour l’achat de 5 places, et 40€, pour l’achat de 10 places). Programme complet et Billeterie en ligne : http://www.fiff.be/billetterie. Billeteries sur place : de 09h à 2130 (dès 14h, le vendredi 01 octobre), sous le chapiteau et au « CoworKaffe by ØLII »face au « Caméo ».  Contacts : info@billeterie.be 081/24. 12.36Obligation sanitaire : port d’un masque bucal dans les salles. Site web : http://www.fiff.be.

Notons la création d’une carte « Tente ta Chance » , qui nous permet d’accéder à toutes les séances du Festival  (excepté celle de la « Soirée FWB-RTBF »), s’il reste des sièges, après l’accès des détenteurs de tickets. Non nominative, elle peut être obtenue à l’achat de 5 ou 10 places.

N’hésitons donc pas du vendredi 01 jusqu’au vendredi 08 octobre de « partager le cinéma en vrai, en grand ».

Yves Calbert.

Portrait de YvesCalbert
Yves Calbert