"Photo / Brut BXL", 8 Expositions en 4 Lieux de Bruxelles et Ixelles, jusqu'au 19 Mars 2023

écrit par YvesCalbert
le 29/11/2022

 

A Bruxelles, la "Centrale for Contemporary Art" présente "Photo / Brut 1", quelques 200 clichés historiques de la collection de photographies brutes du cinéaste et producteur français Bruno Decharme - collectionneur et fondateur, à Paris, de "abcd / Art Bruts" -, précédemment présentée, en 2019, aux "Rencontres d'Arles", et reprise, en 2021, par l' 'American Folk Art Museum", à New York. 

 

"Photo / Brut 1", à la "Centrale for Contemporary Art" © Collection Bruno Decharme

 

Parmi les photographies exposées notons une dizaine d'autoportraits de Tomasz Machcinski (1942-2022), issus de pas moins de dix-sept mille autoportraits qu'il réalisa, sous les traits de personnalités des arts, de l’histoire, de la politique et de la religion, de Sainte Teresa de Calcutta(Anjezë Gonxhe Bojaxhiu/1910-1997/lauréate, en 1979, du "Prix Nobel de la Paix') au dictateur Wojciech Jaruzelski (1923-2014).

 

"Quantum army ranks" (Dirk Martens) © Collection Bruno Decharme

 

Accueillis par une installation vidéo de l'artiste espagnol Angel Vergara (°Mieres/ 1958), domicilié à Bruxelles, depuis plus de 30 ans, nous déambulons, ensuite, dans un labyrinthique d'échafaudages, présentant les potographies, cet accrochage ayant été réalisé par la critique d'art Tania Nasielski, détentrice d'un "Master" de la "London University" et d’un diplôme d'études supérieures universitaires décerné par l’ "Université Paris VIII". 

 

A noter que c'est la commissaire, Carine Fol, directrice artistique de la "Centrale", auteure d’une thèse de doctorat, "De l’Art des Fous à l’Art sans Marges" (Ed. "Skira"), qui a opéré le choix des photographies exposées.

 

A Bruxelles et à Ixelles, 4 lieux nous proposent 8 expositions de photographies brute et d'art brut. Ainsi, au "Museum" du "Botanique", nous découvrons plus de 200 autres photographies, contemporaines, de cette même collection de Bruno Decharme, présentées sous le titre "Photo / Brut 2", les clichés présentés ici étant retouchés, parfois par de la peinture ou encore par des collages.

 

"Photo / Brut 2", au "Museum" du "Botanique" © Collection Bruno Decharme

 

A noter que, toujours au "Botanique", dans la "Galerie", deux expositions vont se succéder. Jusqu'au dimanche 15 janvier 2023, nous avons "Kitsch Catch, l'Âge d'Or franco belge", une collection de Barnabé Mons - archiviste pop, chanteur de rock, commissaire d'expositions & sociologue de l'étrange -, déclinant affiches originales, documents de presse, photographies, reportages et vidéos datant des années 1940 à 1990, exploant l’univers insolite du catch franco-belge, masques, paillettes et pseudonymes improbables s’invitant au programme d’une découverte surprenante.

 

"Kitsch Catch, l'Âge d'Or franco belge", à la "Galerie" du "Botanique" © Collection Barnabé Mons

 

Du jeudi 26 janvier jusqu'au dimanche 05 mars 2023, ce sera au tour de Katherine Longly d'exposer à la "Galerie" du "Botanique", sous le titre : "To tell my real Intentions, I want to eat haze like a Hermit". En prenant comme point de départ son histoire personnellle, l'artiste questionne ses enjeux dans le contexte paticulier de la société japonaise, où la pression exercée sur les corps semble plus intense qu'ailleurs. Sous l'angle de leur choix, à l'aide d'un appareil photographique jetable, des personnesont illustré elles-mêmes leur relation avec la nourriture.

 

De son côté le "Musée Art et Marges", nous propose, également, plusieurs expositions :

 

Jusqu'au dimanche 19 mars 2023, au rez-de-chaussée, nous découvrons nombre d'oeuvres de Jean-Marie Massou, décédé le 28 mai 2020, à l’âge de 70 ans, dans la forêt de Marminiac, village de moins de 400 habitants, sis dans le Lot. Sa mère le préserva de l'asile, lui permettant de vivre au fond de cette forêt, où il attendait les extraterrestres, creusant, à la force de ses mains, nombre de galeries, pratiquant le chant, le collage et la sculpture sur pierre bleue, ... une œuvre sauvage, comme lui, dont la tombe est décorée e l'une de ses pierres sculptées.

 

« En fait, à chaque galerie, puits ou gouffre, Jean-Marie Massou considérait qu’il remettait à jour un passage, une ouverture vers un monde meilleur, parfois mystique, mystérieux ou carrément extraterrestre. Ses grottes, creusées de ses mains, sont des créations titanesques. Il recherchait et rêvait d’un monde sans violence. La nature lui offrait cette opportunité », déclara son protecteur, maire de Marminiac de 1995 à 2020, André Bargues, présent à Bruxelles, lors de la visite de presse de ce mercredi 23 novembre, ajoutant : "Il m’expliquait que tant qu’il pouvait creuser dans la terre, c’est qu’il y avait eu un passage. »

 

Au "Musée Art et Marges", nombre de vidéos, nous le montrent au travail, sa voix, enregistrée, nous parvenant, une quinzaine de ses enregistreurs à cassettes, des cassettes magétiques, décorées de sa main, une grotte reconstituée, des pierres sculptées, des photographies, ...., nous étant présentées, nous restituant cet homme sauvage, au sens noble et pur du terme, originaire de Montereau-Fault-Yonne, en Seine-et-Marne.

 

Abris de J.-M. Massou, au cœur des bois de Marminiac © Photo / J.-L.G./"DDM"

 

A l'étage deux expositions vont se succéder, l'une, intitulée "Si tu n'viens pas, j'te scalpe, étant accessible jusqu'au dimanche 15 janvier 2023, la seconde, "Partenaires particuliers", lui succédant du jeudi 26 janvier jusqu'au dimanche 19 mars 2023, toutes deux ayant pour commissaires Anne-Françoise Rouche, directrice du "La 'S' grand Atelier", et le photographe Vincen Beeckman (°1975), qui déclara : « La photographie est un alibi pour rencontrer de nouvelles personnes, créer une dynamique », ce qu'il nous prouve intensément au sein de l'actuelle expostion, coproduite par "La 'S' grand Atelier", à Vielsam, sa directrice, présente à Bruxelles, nous ayant confié : « On ne cache pas le handicap mais on met d’abord en avant l’artiste. Les œuvres en miroir de leurs créateurs font apparaître une image plurielle du corps : le corps de soi maltraité, le corps à deux dans la relation érotisée et le corps fantomatique. »

 

Nous nous devons de saluer son travail, elle qui mit deux ans à concrétiser le superbe projet de cette Ardennaise, qui réussit, ici, un tour de force, en programmant dans la capitale européenne autant d'expositions, nous confiant, en toute simplicité : "Notre Centre d’Art brut et contemporain, sis à Vielsam, étant reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles, il m'a été demandé de mener à bien ce projet." Assurément, une bien belle réussite.

 

Voici bien le but de ces expositions, mettant en valeur ces créateurs et l'art brut, terme créé, en 1945, par l'artiste français Jean Dubuffet (1901-1985), lors de son périple en Suisse, où il visita plusieurs hôpitaux psychiatriques.

 

Un 4è lieu, moins connu - sis au N° 26 de la rue de la Cuve, à Ixelles, à proximité de la place Flagey -, nous est proposé, la "Tiny Gallery", un petit musée de la photographie amateur, qui nous propose, jusqu'au dimanche 19 mars 2023, de découvrir son exposition "Spontaneous, Amateur Photography 1860-1930".

 

Au sein de cette galerie, à plus d'un siècle de distance, avec une sélection de types Tinto, de cyanotypes et d'albumines, nous entrons dans l'intimité de ces inconnus, nous révélant, parfois, des moments cocasses et magiques.

 

Portrait de YvesCalbert
Yves Calbert