« Un Geluck peut en cacher un autre », à la « Belgian Gallery », à Namur, jusqu'au 27 Mars

écrit par YvesCalbert
le 06/03/2021

Lorsque l’on cite le nom de Geluck, l’on pense, évidemment, au « Chat » de Philippe Geluck, mais la « Belgian Gallery », sise Place d’Armes, à Namur, nous révèle, jusqu’au samedi 27 mars, qu’ « Un Geluck peut en cacher un autre », son frère, Jean-Christophe étant, également, peintre, mais dans un style radicalement différent.

Exposant en solo depuis 2013, il poursuivit ses études à l’ « ENSAV » (« École Nationale Supérieure des Arts Visuels ») – La Cambre, avant d’entammer une carrière de graphiste-affichiste de plus de 50 ans, au sein de la société  « Geluck-Suykens & Partners » qu’il dirige.

A l’occasion de sa première exposition en solo, à l’ « Espace B » de Glabais, en janvier 2013, il confiait à Magaly Swaelens, notre collègue de l’ « Avenir » : « Je ne peux m’empêcher de dessiner. J’adore les embouteillages, car je peux sortir mon carnet et croquer. Tout ce que je vois devient source d’inspiration. Je distingue des sourires dans les troncs d’arbre ou dans les pavés, je décèle des visages dans les rainures d’un matériau ou les moulures d’un meuble… Bref, rien ne m’échappe visuellement. »

Outre la qualité de ses 18 oeuvres (à vendre de 800 à 3.000€), qui nous sont présentées à Namur, l’originalité de cette exposition est de dévoiler ses premiers dessins, alors qu’âgé de 7 ans, il croquait son petit frère Philippe, qui venait de naître, tous deux ayant bénéficié de parents ouverts à l’art, leur maman ayant été soprano et leur papa caricaturiste. Juste retour des choses, l’on découvre, également, un portrait de Jean-Christophe au travail, peint par Philippe.

Doit-on encore présenter ce dernier – fait« Officier de la Légion d’Honneur », à l’Ambassade de France, en 2017, alors que son nom est porté par une école, à Herseaux, depuis 2009, de même que, bien plus haut dans le ciel, par l’astéroïde 181627, depuis 2006 -, toujours actif dans la bande dessinée, le 23è tome des son héros étant sorti de presse le 14 octobre 2020, sous le titre « Le Chat est parmi nous » (Ed. « Casterman »/cartonné/48 p./22,6 x 30,5 cm/11€95) ?

Parmi ses projets, lui qui notons l’édification, rue royale, à Bruxelles, de son « Chat Cartoon Museum », d’une superfice de plus de 3.000 m2. Auparavant, vingt « Chat » monumentaux, de 2m à 2m70 de hauteur, sculptés en situations humoristiques, seront exposés, en 2021, sur les Champs-Elysées de Paris, un événement qui était, à l’origine, programmé d’avril à juin 2020.

Soulignons ces paroles de Philippe Geluck : « Je crois que ‘Le Chat’ tire son succès de ce qu’il est sympathique et gros, un bon gros. Ce côté nounours plaît aux enfants, même si ce n’est pas à eux que je m’adresse. Il est aussi insolent et ne ménage parfois pas le lecteur. Il a tendance à exprimer ce que les gens n’arrivent pas toujours à formuler. Il est gros et lourd, mais aussi drôle et léger. J’aime cet oxymore du gros léger ».

Diplômé de l’ « INSAS » (« Institut Supérieur Arts de la Scène »), en 1975, ce brillant artiste polyvalent fonda, un an plus tard, le« Théâtre Hypocrite ». A la « RTBF », en 1978, il anime « 1, 2, 3, j’ai vu ». Animateur à la télévision, Comédien sur scène, il devient même acteur de cinéma, en 1983, aux côtés de Fanny Ardand, dans un film d’André Delvaux, « Benvenuta » (Bel.-Fra.-Ita/105′).

Plus tard, il revient à la télévision, animant, pour la « RTBF », « Lollipop »,« Malvira », « Docteur G » et, avec Jacques Mercier, « Le Jeu des Dictionnaires ». Pour son émission « Un peu de tout », en 1991, il reçut le« Prix de l’Emission la plus drôle », à la « Rose d’Or de Montreux », alors que, sur « France 2 », il fut l’un des chroniqueurs de « Vivement Dimanche », sur le divan de Michel Drucker, épaulant, également, Laurent Ruquier, de 2000 à 2007, dans « On a tout essayé », qu’il rejoint, en radio, sur « Europe 1 », dans « On va s’gêner ».

Alors qu’il était toujours étudiant, ses premiers dessins humoristiques furent publiés, dès 1971, dans « L’Oeuf », un mensuel destiné au corps médical. En 1980, il illustre le carton de remerciements, suite à son mariage avec Dany , qu’il avait rencontré sur le tournage d’un court-métrage intitulé « Le Coq mouillé » : « J’ai dessiné une Madame Chat tout sourire, et à l’intérieur, on voyait Monsieur Chat qui était monté dessus, ce qui n’a pas plus à deux vielles tantes, à l’époque ! C’est comme ça que tout a commencé ! Plus tard quand ‘Le Soir’ m’a demandé d’inventer un personnage, je me suis souvenu du carton. La bestiole est devenue mon interprète, comme un acteur pour qui j’écris des sketches ! En fait, c’est un autre moi-même. À travers lui, je me libère. Je joue parfois avec le feu, mais c’est le rôle de l’humoriste ! ». Le mardi 22 mars 1983, dans « Le Soir », « Le Chat » venait d’être révelé au grand public !…

Pour l’anecdote, Philippe Geluck aime relater que « Le Chat » a été dessiné, pour la 1ère fois, le 03 mars 1983, vers 22h30, au moment même où un maître absolu de la BD, « Hergé » (Georges Remi/°Etterbeek-1907) rendait son dernier souffle… Le père de « Tintin » nous quittait lorsque « Le Chat » naissait…

… Et à la « Belgian Gallery« , nous retrouvons « Le Chat », en scuptures, de toutes tailles, aussi bien qu’en acryliques sur toiles ou sérigraphies, parfois avec l’incrustration de moules, pour « Hommage à Broodhaerts » ou d’une boîte métallique compressée, pour « Rendons à César », faisant référence à l’histoire de l’art, de Piet Mondrian à César Baldaccini, en passant par Jackson Pollock, Roy Lichtenstein et Keith Haring…

Bien sûr « Le Chat » n’oublie pas ses collègues de la bande dessinée belge, tels« Tintin » ou « Lucky Luke« , la plupart des sérigraphies de Philippe Geluck étant mises en vente à 1.700€ l’unité.

… Notons même une acrylique sur toile, de 120 x 150 cm, intitulée « Textes », porteuse de nombreuses citations telles que « Est-ce parce que les Anglais cuisinent si mal qu’ils ont laissé brûler Jeanne d’Arc »  ; « Un glaçon, c’est de l’eau qui a appris à nager »  ; « Même un film rigolo, à la fin on est triste… parce qu’il est fini »  ; ou encore « Si tu bois un laxatif cul-sec, il ne le restra pas lontemps »  !

« Notre Société a été fondée en 2006, par Pierre Babut Du Mares et moi-même. Trois ans plus tard, nous ouvrions la présente Galerie, Yves Brigode nous ayant rejoint pour en assurer la gestion », nous confie – porteur d’un masque bucal à l’effigie du « Chat » – François Golenvaux, arrière petit-fils de Fernand Golenvaux (1866-1931), ancien bourgmestre de Namur (1924-1931), sachant qu’en 2017, la « Belgian Gallery »  fut à l’initiative, avec la Ville de Namur, de la création, à la Citadelle, d’un « Festival d’Art Contemporain ».

Et François Golenvaux de poursuivre :« Excepté en 2020, son édition ayant été annulée,‘Antica Namur’ accueillera, comme chaque année, la ‘Belgian Gallery’, à ‘Namur Expo’, du samedi 13 au dimanche 21 novembre 2021. »

« Par ailleurs, nous serons présents à ‘Eurantica’, à ‘Bruxelles-Expo’, de même qu’à ‘Art-Paris’, au ‘Grand Palais’, du jeudi 09 jusqu’au dimanche 12 septembre… »

… Mais nul besoin de nous déplacer dans la« Ville Lumière », ni d’attendre novembre, pour découvrir les oeuvres proposées à la vente par la « Belgian Gallery », qui nous attend en plein centre du Vieux-Namur, accueillant jusqu’au samedi 27 mars, une intéressante sélection d’oeuvres de Jean-Christophe et Philippe Geluck, pratiqement toutes réalisées en 2020, une bien triste année, durant laquelle tous les Salons d’Art furent annulés.

Une belle occasion d’en apprendre avantage sur la famille Geluck et de retrouver notre joie de vivre, à la vue désopilante des sérigraphies, toiles et sculptures de Philippe, le cadet de la fraterie, dont les oeuvres ne pourraient , assurément, qu’égayer nos intérieurs…

Entrée libre, tous les samedis, de 10h à 12h et, en semaine, jusqu’a 18h, uniquement sur rendez-vous. Contacts : 0486/82.52.10 et pb@belgiangallery.com, pour Pierre Babut Du Mares, ou 0486/25.95.25 et fg@belgiangallery.com, pour François Golenvaux. Site web (avec visite virtuelle) : http://www.belgiangallery.com. Vente en ligne : http://www.belgiangallery.com/en/sales.php.

Yves Calbert.

 

 

 

Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert