Bilan du 25è "Namur en MAI" et Carte blanche Photos à Murielle Lecocq

écrit par YvesCalbert
le 22/05/2021

Quelle joie d'avoir retrouvé "Namur en Mai", après une année d'abstinenceQuelle tristesse de n'avoir pu profiter de l'habituelle animation colorée des rues du Vieux Namur, de n'avoir pas pu offrir les spectacles gratuits à la vue de tous, sans "murailles", les confinant à un triste maximum de 50 spectateurs, l'essentiel étant, néanmoins, pour les artistes et leurs équipes, que l'événement ait pu se dérouler !

Saluons, à cette occasion, l'opiniatreté de l'organisateur, Samuel Chapell, qui a réussi, par ailleurs, à convaincre les autorités fédérales de pouvoir organiser, à Namur, le mercredi 12 mai, sous le contrôle de la Fédération Wallonie-Bruxelles, un spectacle-test en plein air, quant à lui ouvert à 500 spectateurs, ayant dû se soumettre à deux tests salivaires, à huit jours d'écart, des personnes positives pouvant être présentes dans le public, ce qui demeure la différence essentielle avec un autre spectacle-test préalablement organisé à Spa.

A l'image de ce qui s'est passé dans cette célèbre Ville thermale ou encore au "KVS" ("Koninklijke Vlaamse Schouwburg" ou "Théâtre royal flamand"), aucune contamination n'a été révélée.

Samuel Chappel et tous les organisateurs d'événements demandent donc aux autorités fédérales de procéder à une accélération significative dans le déconfinement de cette Culture, dont nous avons tous tellement besoin, comme l'ont très bien compris Maxime Prévot, Bourgmestre de Namur, ayant la Culture dans ses attributions, et Bénédicte Linard, Ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui paya même de sa personne en participant directement, le vendredi 14 mai, à l'un des spectacles proposés sur la Place Maurice Servais. Pour eux deux, l'organisation de "Namur en Mai" était une priorité, n'en déplaise à certaines personnalités politiques fédérales...

... Pour preuve, ce gouvernement fédéral a décidé d'incompréhensibles protocoles pour cet été. A savoir des jauges toujours bien trop réduites et des distances entre les "bulles" maintenues à un mètre et demi, ainsi que l'interdiction de la poursuite de toute activité culturelle après minuit, ces décisions ayant donc été prises à l'encontre de la conclusion de l'étude de "Namur en Mai " et d'autres études scientifiques réalisées en Belgique et à l'étranger, celle réalisée à Namur ayant été menée en collaboration avec "DNAlytics" et l'Université de Liège.

A l'inverse, Samuel Chappel, particulièrement ému pendant (sept salves d'applaudissements nourris l'ayant interrompu dans ses propos) et après son discours d'introduction au spectacle-test namurois, vient d'écrire : "Nous avons maintenant la preuve de ce que nous avançons depuis des mois : la Culture est entièrement sûre. Nous demandons au gouvernement fédéral de mettre à jour les décisions sur base de critères scientifiques et objectifs de cette étude. Une distance réduite entre les bulles, une jauge plus importante, à l'instar de ce qui est proposé dans d'autres secteurs et domaines d'activités."

Lors de la conférence de presse, du mercredi 12 mai, au "Delta", l'épidémiologiste Yves Coppieters rappella  l’importance que possède la Culture sur nos santés“Certains le disent déjà depuis plusieurs semaines... Il est temps et plus que temps de rouvrir la Culture.

De son côté, sur "twitter", son collègue Marius Gilbert affirme qu’ "il est parfaitement possible, dès maintenant, d’organiser des événements culturels sûrs, qui ne compromettent pas le déconfinement en cours."

Ceci devrait devenir une priorité fédérale, d'autant que les statistiques quotidiennes liées à ce maudit virus et à ses variantes sont en chute libre. Libérons donc la Culture, injustement fermée depuis des mois, saluant qu'enfin les salles de cinéma seront à nouveau accessibles dès le tant attendu mercredi 09 juin, de même que le seront d'autres lieux de Culture et les salles intérieures de l' "HoReCa", l'autre grande victime d'un beaucoup trop long confinement...

Pour en revenir à "Namur en Mai" - un "Festival des Arts forains" créé, en 1996, par Jean-Félix et Natalie Tirtiaux -, l'équipe organisatrice de l'asbl "NEM" a tenu à remercier tous ceux qui ont pemis la réussite de l'édition 2021 en ces termes : "Merci à vous, public, pour votre soutien, pour votre entrain à l'annonce d'une édition adaptée, pour vos encouragements malgré une situation exceptionnelle. Merci aux artistes, merci à toutes les équipes qui ont travaillé sur le projet aussi ambitieux que nécessaire. Merci à la Ville de Namur et à tous nos fidèles partenaires. Les yeux aussi fatigués que remplis de paillettes d'un week-end hors du commun, l'équipe de 'Namur en Mai' n'a qu'un seul mot à vous dire : merci."

"Cette édition avait définitivement des allures de magie et de bonheur retrouvé, malgré un goût de trop peu. Nous avons déjà hâte de vous retrouver en plus grand nombre (et en grandes pompes!), du jeudi 26 jusqu'au samedi  28 mai 2022, pour une inoubliable 26è édition de 'Namur en Mai'."

Soulignons, enfin, que cet été, Samuel Chappel et son asbl "Pastoo" reviendront à Namur, afin de nous proposer un nouvel événement culturel, "Explorarium", une promenade encadrée, entrecoupée de haltes pour assister à des concerts des spectacles de rue, sur les hauteurs de la Citadelle, désormais accessible par le tout nouveau téléphérique, inauguré le samedi 08 mai; reliant la Place Maurice Servais à l'Esplanade.

Voici ce qu'il nous en dit : "Nous proposerons à notre public d’être un touriste dans son propre pays et de se rendre compte de ses richesses. Des guides et des comédiens raconteront des anecdotes, tout au long d’un parcours de trois ou quatre kilomètres. Il y a aura quatre ou cinq arrêts, pour découvrir des spectacles et de nouvelles formes artistiques. Comme nous voulons être dans une dynamique de surprises, de partage d’émotions et de lâcher prise, le programme précis ne sera pas nécessairement dévoilé, l'objectif primordial étant de permettre à la Culture d’exister à nouveau, tout en mettant en valeur notre territoire et notre patrimoine."

Entrepreneur culturel des plus actifsSamuel Chappel nous fixe rendez-vous, également, du vendredi 09 jusqu'au dimanche 11 juillet, dans le Parc d'Enghien, pour vivre la 14è édition - quelque peu allégée, restrictions sanitaires obligent de "LaSemo" (“La Graine”, en esperanto), un événement créé, en 2008, à Hotton, avant d'être déplacé, en 2013, sur son site actuel, étant le seul, en Belgiqueà posséder un bilan carbone positif, « LaSemo » - réputé aussi bien pour ses spectacles d'art de la rue que pour la diversité de ses ambiances musicales - compensant la totalité de ses émissions de dioxyde de carbone (CO2), par la plantation d’arbres à Madagascar et en Belgique

Yves Calbert.

 

  • "
Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert