Echos de la 51è "Foire du Livre de Bruxelles", du 06 au 16 Mai

écrit par YvesCalbert
le 24/05/2021

Dans un contexte culturel incertain, l’équipe de la "Foire du Livre de Bruxelles" et ses nombreux partenaires ont imaginé un Festival sous forme de grand laboratoire expérimental. Ce projet a été repensé à de nombreuses reprises au fil des mois

Avant la tenue de cette édition particulière, Marie Noble, la nouvelle commissaire générale de la "Foire du Livre" déclarait : "Il est urgent de prendre du temps, de ne pas se précipiter et de réfléchir collectivement sur la manière dont on peut se réinventer pour 2021."

L’objectif a été atteint, ayant permis de développer et renforcer le trait d’union entre le livre, les lecteur.trice.s, les auteur.trice.s, les éditeur.trice.s et les libraires. Et ce, afin de soutenir la promotion de la lecture auprès du grand public.

Bien sûr cela ne nous a pas rendu l'ambiance particulière propre à "Tour &Taxis", ses conférences, séances de dédicaces, expositions, remises de Prix, émissions radio en direct, rencontres improvisées, ..., mais ce contact particulier de l'édition 2021 fut apprécié par nombre de lecteurs.trices et auteur.e.s., certain.e.s appréciant même davantage l'intimté de ces rencontres.

L'organisation nous communique son bilan : "La 'Foiredu Livre', en 2021, ce sont près de 150 vidéos et animations, 50.000 vues sur nos différentes plateformes, plus de 25.000 visiteurs uniques sur notre site internet, pendant 11 jours, venus d’Autriche, du Brésil, du Canada, de Corée du Sud, d'Espagne, des Etats-Unis, de Finlande, de France, d’Italie, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, de Suisse et de Belgique. Au total, ce sont plus de 200.000 pages vues sur notre site, qui offrait non seulement un riche programme d’activités en ligne, mais aussi des interviews et des 'podcasts' sur le tout nouveau média de la 'Foire du Livre', créé à cette occasion."

"Ce fut une programmation éclectique aux croisements des disciplines. Nous avons été touché.e.s par l'intérêt du public pour nos différents formats : 'Facebook Lives', 'Insta'Lives', performances de rues, 'podcasts', 'Youtube', vidéos, sans oublier les partenariats avec d’autres opérateurs culturels et influenceurs littéraires. On notera particulièrement les formats insolites et croisés comme la lecture dessinée, sur les vitrines du 'Cabaret Mademoiselle', de Léonie Bischoff ; la balade furtive d’Alain Damasio, autour du Palais de Justice, ainsi que sa rencontre avec Erri De Luca ; la promenade BD dans le cimetière de Laeken, avec des auteurs suisses et belges ; la rencontre entre mots et maux de Joy Sorman et Gringe ; la 'battle de foot-BD' en direct ; les lectures de contes, abordant les questions du genre et de la sexualité, par deux 'drag-queens', dans l'église protestante de Bruxelles ; ou encore la 'Murder Party' en ligne, avec cinq dignes représentants du polar belge."

"Bruxelles a été un beau terrain de jeu et de joutes littéraires. De 'Belgitude', il a d’ailleurs été beaucoup question cette année ! Les rencontres les plus suivies ont été marquées par des autrices et auteurs de chez nous comme avec l’indétrônable Amélie Nothomb, le psychologue méditatif Ilios Kotsou, les jeunes époux Lize Spit et Thomas Gunzig (un mariage symbolique entre les littératures belges, famande et francophone/ndlr), la comédienne Véronique Gallo, d’incroyables illustrateur.trice.s, comme Anne Crahay et Loïc Gaume pour 'Colorie, c’est du Belge !' ; la rencontre autour du livre d’art du sculpteur Jephan de Villiers ; l'échange entre Christine Aventin et Lola Lafon ou encore avec le plus belge des auteurs français : Eric-Emmanuel Schmitt ; sans oublier la rencontre entre Adeline Dieudonné et Victoire Tuaillon, au sein d'un ancien club échangiste, l' 'Hectolitre'."

Revenant à Lize Spit et Thomas Gunzig, dans le cadre de la 2è édition du "Flirt flamand" de la "Foire du Livre", soulignons le propos de Marie Noble, regrettant que les écrits de cet auteur francophone ne soit pas encoe traduit dans la langue de Vondel "Il y a un travail à faire pour que nos communautés puissent échanger plus et apprendre à se connaître", cet événement médiatique ayant été organisé par l'institution publique flamande "Literatuur Vlaanderen" et l'asbl "Foire du Livre de Bruxelles", encourageant, ainsi, la coopération multilingue, nécessaire pour rapprocher nos deux littératures.

A noter le propos de Thomas Gunzig : "La Flandre, c'est mon grand mystère et pourtant, je sens cette incroyable force de la littérature flamande qui palpite juste à côté de moi."

La Bande Dessinée ne fut évidemment pas oubliée, grâce à de nombreux auteur.e.s, dont Juanjo Guardino, qui, le dimanche 16 mai, à 14h30 fut le guide de son exposition "Secrets d'Atelier d'un Maestro" (ouverte jusqu'au dimanche 30 mai), au "Musée de la Bande Dessinée" ("CBBD"), sis dans un majesueux édifice Art déco, dû à Victor Horta (1861-1947), avant d'y enregistrer une rencontre sur son parcours multiforme, ses techniques et ses succès.

Par ailleurs, il fut question d'une aventure belgo-suisse, qui posa ses premiers jalons avec succès. Ainsi, voici ce qu'en dit Olivier Babel, du "Livre suisse" : "Nous nous sommes promenés sur les chemins des Alpes, avec Laurence Boissier, sur les pistes de Finlande avec Alain Freudiger, dans les travées de Vladivostok, chères à Elisa Shua Dusapin. C'était un bel avant-goût, une première étape de notre vertigineuse mise à l’honneur, qui culminera lors de la 'Foire du Livre' de 2022, les Belges et les Suisses ayant de nombreux points communs."

Et les organisateurs de nous confier : "Cette édition a aussi permis une ouverture à l’Europe avec des projets tels que les rendez-vous quotidiens avec des auteur.trice.s de l’ 'European Union Prize for Literature' et le projet 'BD - Liberté !', soutenu par la 'Représentation de la Commission européenne en Belgique', qui a réuni pas moins de 18 bédéistes pour une fresque commune de plus de 7 mètres de long sur la thématique 'Le nouveau Futur en Europe'. Durant près de 3h30, dans la magnifique cour du Vaux-Hall, ils se sont inspirés de mots clefs, illustrant les valeurs humanistes et européennes. Les auteur.trice.s se sont, ainsi, livré.e.s pour un moment de partage exceptionnel. L’émotion était palpable et les retrouvailles touchantes."

"Même enthousiasme du côté des librairies, les lecteurs ayant pu rencontrer, dans leurs locaux, les auteur.trice.s en chair et en os, pour des séances de dédicaces, ce partenariat inédit avec les libraires ouvrant de nouvelles perspectives pour les prochaines éditions de la 'Foire du Livre'."

"Un son de cloche également très positif du côté de 'Librel' (réseau de 50 librairies, à Bruxelles et en Wallonie/ ndlr), qui, ayant observé un belle augmentation du trafic sur leur site, se réjouit de poursuivre la collaboration avec la 'Foire du Livre'."

Prenons connaissance d'avis de libraires :

*** pour "Librel" : "Renouer ce lien si précieux à travers le plus bel objet au monde, se vouloir le trait d’union entre tous les acteurs et actrices du monde littéraire et leurs publics toujours plus variés. Parce que le livre représente la complexité, l’absurdité et la diversité du 'Plat Pays', il peut unir et rassembler les milles facettes de l’éclectisme belge."

*** pour Didier Peeters, de la "Librairie La Licorne" : "Une organisation compliquée avec les normes sanitaires, mais des auteurs très heureux de revenir en librairie."

*** pour Quentin Delvoy, de la "Librairie Brüsel" : "C’était super, les gens étaient heureux de retrouver les auteurs et les auteurs étaient heureux de retrouver leur public. C’était un pari risqué mais réussi. Rendez-vous est pris pour l’année prochaine."

*** pour Bernard Rummens, de la "Librairie UOPC" : "Bonne initiative et belle visibilité du livre et des auteurs, même sans grands rassemblements. Cela permet aux libraires d’échanger et de dialoguer avec le public en fonction des rencontres déjà diffusées, de rendre visible des auteurs moins connus, mais aussi de générer du trafic dans différentes librairies. Une belle proposition de la 'Foire du Livre', qui s’est aussi répercutée sur le site de 'Librel'.

L'organisation évoque, également, l'avenir de sa "Foire du Livre" : "Cette édition nous a permis de tester de nouveaux formats, de s’essayer sur de nouvelles plateformes et d’apprendre, finalement, un nouveau métier. Ce grand laboratoire a montré un bel engouement pour les performances littéraires et transdisciplinaires, ainsi que les formats 'live' participatifs et une réelle plus-value dans ce maillage de partenariats avec des lieux culturels et/ou insolites bruxellois. Pour les prochaines éditions, nous nous inspirerons de ces expériences pour proposer des projets hybrides capables de toucher aussi bien les férus de littérature que le grand public."

"Cette édition a également été une rampe de lancement pour le 'Média de la Foire', un projet, totalement innovant, initié par la 'Foire du Livre' et 7 de nos partenaires,100% en ligne, gratuit et à l’année, qui ne se cantonne pas à une zone de confort, notamment à travers ces différents formats : des cartes blanches, de grands entretiens, des lectures, des 'podcasts', des questions de sociétés, pour attirer et satisfaire la curiosité de tous les lecteur. trice.s. Nous l’avons vécu comme le lancement d’une fusée : un grand tremblement au démarrage. Une fois en orbite, ce média va permettre d'éditorialiser les contenus enregistrés pendant la 'Foire du Livre', de les faire vivre au fil des mois."

"Sans le soutien indéfectible des pouvoirs publics, des médias, des sponsors, de la 'KBR', des partenaires culturels et surtout des libraires, des éditeurs et des auteur.trice.s, qui ont cru en nous jusqu’au bout, cette édition n’aurait pas pu voir le jour. Nous n’avons qu’une hâte : retrouver notre public et les maisons d'édition dès l’année prochaine..."

... Et les orgaisateurs de lancer un appel : "D’ici là, nous renouvelons notre appel à un soutien. Le "Fonds des Amis de la Foire" a été lancé pour développer les projets sociétaux et éducatifs que la 'Foire du Livre' porte à l’année, avec Caroline Lamarche et Simon Casterman comme parrains, sachant que, grâce à la 'Fondation Roi Baudouin', les dons, à partir de 40 € par an, bénéficient d’une réduction d’impôt. Soutenez-nous : IBAN: BE10. 0000.0000.0404, avec la communication structurée : 623/3625/20031."

Longue vie, donc, à la "Foire du Livre de Bruxelles", espérant pouvoir la retrouver à "Tour & Taxis"en 2022, tout en maintenant tous les excellents contacts qu'elle a initiés entre le jeudi 06 et le dimanche 16 mai 2021, Marie Noble ayant déclaré : "Le volet virtuel de la 'Foire du Livre' a dépassé toutes nos espérances."

Yves Calbert.

 

Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert