La passion a gagné Vaux-sur-Sûre

écrit par ReneDislaire
le 16/05/2011
A la brasserie "La Trouffette".

Affluence à Vaux-sur-Sûre ce week-end des 14 et 15 mai 2011.
C’est là que la Wallonie recevait.
Ou plutôt, c’est la commune qui recevait les Wallons, à la découverte de ses villages et ses hameaux.
Pour y flâner, s’y instruire, y musarder, y respirer.
Pour lire des noms qui sonnent : Clochimont, Jodenville, Remichampagne, Rosière-la-Grande, Mande Sainte-Marie, Lescheret, Fagne-Wéry, Lavaselle…
Pour se sustenter de jambon à Vaux-sur-Sûre, se pourlécher d'une Trouffette à Belleau, se rassasier d’insolite partout, dans l’intimité de cavernes d’Ali Baba regorgeant de richesses insoupçonnées autant qu’éclectiques.

Pour encourager Grégory Collignon, à Rosières, dans son atelier clean up to date.
Pour faire la révérence au château d’Assenois.
Pour comprendre à tout le moins un peu mieux le Burkina Faso.
Po choûter les fâf d’à Guy Mars, les carabistouilles de Berbard Libert, les sketches bilingues des Explorateurs, ou se river au spectacle de « La Royale », c’est à dire « La Liberté » : on aime monter sur les planches, à Vaux-sur-Sûre.
Pour surprendre des poneys norvégiens à Chaumont, vénérer le cheval de trait ardennais à Remoiville, supporter le maréchal-ferrant de Poisson-Moulin...
Pour présenter ses respects au doyen de Sibret, orgueilleusement vêtu de pourpre: un hêtre bi-cenrtenaire.
Pour s'esbaudir avec des "je n'savais pas qu'il avait tant d'pensionnaires", au home de tracteurs agricoles âgés pomponnés par Jean-Bernard Zeler, à Rosières-la-Petite.
Pour jouer les Marco-Polo et aboutir au Tippili à Sibret, alléchés par les senteurs de l’Orient et ses parfums de l’Asie, ou chez Séverine et Raphaël à Remience, à y humer les saveurs à la cannelle.

Vous étiez 73 appâts; seul aurait pu tout déglutir Attila.
L’essentiel a été atteint. Et il a été ressenti par tous.
Comprenons bien que l’impact était local : c’est entre voisins que Vaux-sur-Sûre s’est découverte, qu’ils ont fait du tourisme.
Les gens se sont rencontrés autour de tant d’attractions qu’à la fin ils ne faisaient plus que de se rencontrer entre eux, en toute simplicité.
Le terroir, les métiers, la nature, et les êtres n’ont fait qu’un, le temps de deux journées, dans une kermesse diffuse.
C'était une fête? Chaque ambassadeur a reçu entre plus de cent et au moins mille fêtards.
Vaux-sur-Sûre a tout prouvé.

René Dislaire

Lien:


Janique et les abeilles


Bingo à Belleau pour la Trouffette


La passion a gagné Vaux-sur-Sûre


A Rosieres, J.B. Zeler rime avec tracteur oldtimer

Le révérend Cric, doyen de Sibret

Faso-Lux, ambassadeur du Burkina Faso à Vaux-sur-Sûre

  • A la brasserie "La Trouffette".
  • Chez Gregory Collignon,  artisan "champion".
  • L'arbre remarquable de Sibret.
  • Toutes les perles, chez Severine Petit.
  • Un tracteur ancetre parmi bien d'autres, chez Jean-Bernard Zeler.
  • Bienvenue, dans chaque village, dans chaque hameau
  • Elisabeth Dupont, administratrice de l'ONG pour le Burkina Faso.
2557 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire