L'Ardenne insolite

écrit par ReneDislaire
le 07/10/2011
La ruelle Edgard Poe

Complètement crazy. Un cabinet des curiosités en plein air. Près de chez vous.
Une petite ville accueillante, bourrée d’insolite. Edgar Poe city. À remplir deux carnets du bourlingueur. Suivez le guide. Que ce soit dimanche ou lundi, soir ou matin, midi minuit…
* Chaque monument historique est flanqué d’une poubelle orange vif en plastique, pour affirmer l'appartenance de la commune au cdH. À moins que les monuments soient là pour faire de la pub à des poubelles bataves.
* Maurice Micha , inhumé dans la fosse abyssale du CPAS à l’abandon, un peintre de grand renom, n’a sur sa tombe ni nom ni épitaphe. Même pas Jam parce sepulto(1).
* L’automne avance. 18 heures. L’heure du crime, déjà. Le frisson, l’angoisse : un escalier coupe-gorge relie la Poste et la supérette. Le souffle coupé, allez à la rencontre de l’invertébré du Grand Fossé.
* L’hôtel de ville le plus fleuri et le moins accessible aux PMR d’Europe, avec une porte comme pour s’ouvrir sur le Bal des vampires, belle comme un cercueil : Houffalize: les boîtes aux lettres, attraction touristique
* Pour agrandir l’église et lutter ainsi contre la désertion des offices et des sacrements, le peintre de grande classe, maquignon semble-t-il tout autant, Jules Raeymakers, a-t-il réussi à brader le plus beau joyau de Sainte-Catherine, l’aigle-lutrin de Houffalize, une merveille du XIVe siècle?
* Il a neigé. Il est midi. Pas une voiture. Vous êtes invité à Houffalize comme antan, sous la neige et le soleil.
On ne pouvait mieux rêver pour fêter Noël: c'est Houffalize dans son bel habit de dentelle

René Dislaire

(1) Jam parce sepulto.
Épitaphe d'Edgar Poe, dont la sépulture -et la pierre tombale- a connu bien des avatars.
Plusieurs traductions possibles: éloigne-toi de mon tombeau,
pitié pour les enterrés - soyons humains avec les inhumés.
Extrait de l'Énéide de Virgile:
gemitus lacrimabilis imo
Auditur tumulo et vox reddita fertur ad aures :
"Quid miserum, Aenea, laceras ? jam parce sepulto ;
Parce pias scelerare manus. Non me tibi Troia
Externum tulit aut cruor hic de stipite manat."

Traducion d'un anonyme, sur un forum:
Une plainte lugubre
S'entend au fond du trou, la voix frappe l'ouïe :
"Pourquoi déchires-tu, Enée, un malheureux ?
Epargne mon tombeau ; garde-toi de souiller
Du mal tes saintes mains. Je te suis connu, Troie
M'a vu naître et ce sang ne coule pas de l'arbre."

  • La ruelle Edgard Poe
  • Un grand cimetiere de lunes
1270 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire