Houffalize. L’invertébré du Grand Fossé

écrit par ReneDislaire
le 01/10/2011
Juste en-dessous de la lampe, quand on regarde en l'air.

Un conte houffalois à dormir de travers
Nous avons reçu un courriel de Monsieur G. Padboll.

Monsieur,
Ce vendredi 30 septembre 2011 je suis venu pour passer le week-end à Houffalize, à la Fosse d’Outh.
Descendu du bus Liège-Athus, j’ai fait une méchante chute en descendant par le chemin qu’on m’a indiqué pour aller au « plus grand hôtel de Wallonie ».
Il s’agit des escaliers entre la boulangerie et la poste.
Entre deux rues bien éclairées, on y plonge, j’en ai fait l’expérience, dans une obscurité totale, et pourtant il y a une lampe qui fonctionne.
J'ai heurté l'arête d'une marche des escaliers, et il m’a fallu du temps pour me remettre debout. Personne pour m'aider. J’ai des douleurs un peu partout. À la colonne. Dans tout le dos. De l’épaule au poignet. À la cheville. Mes genoux sont fortement éraflés, et mon pantalon déchiré.
La météo avait promis quelques jours de bon temps, et je comptais faire des promenades à Houffalize. Tout cela est fichu. Je me déplace tout dégingandé, que dis-je, disloqué ; de marcheur invétéré me voici glandeur invertébré. J’ai la danse de Saint-Guy. Je me contorsionne. Mon corps connaît la débâcle.
Ce matin, à l’hôtel, on m’a dit que je pouvais me plaindre, en écrivant à Jean Bock ou à vous.
J’ai joué à pile ou face : c’est à vous que je m’adresse, est-ce que j’ai bien fait ?

Réponse
Non, Monsieur Padboll, vous n’avez pas bien fait de tomber.
Il est quand même surprenant que vous soyez le premier à avoir chuté en descendant le Grand Fossé, qui existe depuis le Moyen-Âge. Encore heureux que vous viviez au XXIe siècle, car jadis dès la nuit tombée chaque marche était couverte des étrons du voisinage, dont les maisons étaient dépourvues de commodités.
Le coupable n’est pas la lampe qui, comme vous le dites, fonctionne, mais les branches, qui sont toujours coupables par essence. Plus précisément, c’est le feuillage des arbres qui empêche la moindre lumière d’atteindre les escaliers.
La seule solution à votre problème serait une effeuilleuse Mais dans les communes rurales, la congruité du budget et l’influence du bas clergé empêchent ce type de recrutement.
Le conseil que je vous donne ?
Ne dites rien à personne de tout ce que vous m’avez raconté.
Plaignez-vous urbi et orbi d’une culbute dans un nid de poule sur une route de la Région wallonne.
C’est la RTBF assurée. Au JT, François De Brigode prononcera quatre fois votre nom. Même, avec un peu de chance, goûterez-vous au fantasme de l’ouïr sortir des lèvres de Hadja Lahbib un soir où elle porte un décolleté invitant au marivaudage télévisuel.
Quand vous serez ainsi médiatisé, ce sera un jeu d’enfant d’apitoyer Benoît Lutgen, tant qu’il est encore Ministre responsable des nids de poule de la Région wallonne. Les autorités de Houffalize vous y aideront d’ailleurs volontiers, et avec leur efficacité coutumière.
Votre week-end à la Fosse d’Outh vous sera alors remboursé, ainsi que le kiné, et l’embrocation siamoise.
Et vous recevrez un bon d’achat pour un nouveau pantalon chez un commerçant de Bastogne.
Illuminer les escaliers plutôt que les feuilles ?
Après tout, l'éclairage public du Grand Fossé au moyen d’un lampe qui de toute façon consomme de l’électricité, est peut-être une bonne idée.
Mais est-ce une idée citoyenne ?
Peut-elle être intégrée dans le plan de développement rural ?
Pour le savoir, rendez-vous au Centre sportif de Houffalize, pour autant que vous ayez déjà participé aux réunions d’automne 2010. Votre problème sera quelque part débattu au cours de 6 réunions, à partir de 19h30, les 11 et 18 octobre, et les 8, 15, 22 et 29 novembre. On y parlera de « Houffalize, une commune verte, saine et de caractère ».
La soirée consacrée à la mobilité est passée : c’était le 13 septembre.

- Ah ! si j’avais su, vient de nous faire savoir Monsieur G. Padboll par sms.

René Dislaire

Liens vers l'insolite d'un chef-lieu du développement rural (<"L’Ardenne insolite">)
Houffalize: développement rural, un grand cimetière de lunes
Houffalize: les boîtes aux lettres, attraction touristique
Il a plu des poubelles orange: "Benoît Lutgen, la fête à Houffalize"
Maurice Micha: si votre peinture se rapporte à votre sépulture...
L’aigle-lutrin à la braderie
Houffalize dans son bel habit de dentelles
Houffalize comme antan, sous la neige et le soleil

  • Juste en-dessous de la lampe, quand on regarde en l'air.
  • Il est 19 heures. La descente dans le trou noir, qui relie la Ville Haute et la Ville Basse. Le petit point au-dessus: la lampe inutile.
  • Les escaliers: octobre. A 7 heures du soir, tout sera dans le noir.
  • Le lieu est identique, sauf qu'il est 19 heures.
  • Il est 21 heures. La lampe est toujours inutile.
  • Les escaliers: 1er octobre 2011 - 21 h. Photo sans flash -photo2792
  • photo 2790 avec un flash
  • Houffalize. L’invertébré du Grand Fossé
1799 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire