La Charmille

écrit par ReneDislaire
le 20/10/2017
Salon de la rue des Moulins (pastel)

La Charmille (Les vers ont une structure 4 / 4 / 4 pieds)
1 Trente glorieuses et leur slogan en avant toute
C’était le temps qu’on déroulait le viaduc
Un non-retour entre Maastricht et le grand-duc
Ah quel plaisir d’avoir bientôt une autoroute

2 Non loin de Cwan haut lieu de notre agronomie
D’où l’on allait chemin de terre jusqu’à St-Roch
Se rencardaient journée finie quelques beaux coqs
Au lupanar de Valériane à la Charmille

3 C’est du chantier de Mabompré que la section
Des bétonneurs cosmopolites venait en foule
Qui sifflotaient la mazurka ou viens poupoule
Du vendredi jusqu’au dimanche en procession

4 Quant aux jours creux bouchaient le trou des demoiselles *
Boss et bourgeois d’Hotton-Hampteau à Bovigny
Et comme appoint des Bastognards du Rotary
Laissant vaquer leurs légitimes à leur vaisselle

5 Je me souviens du téléphone sans préfixe
Deux cent quatre-vingt-huit deux cent quarante-quatre
Pour réserver fin de journée parmi les Parthes
Ondines au choix ou pour l’accent nordiques nixes *

6 J’y ai connu toutes les filles aptes aux plaisirs
Menu fastfood pour les précoces une Antillaise
C’est peu de dire qu’elle excellait prompte à la baise
Et puis Aneth de Copenhague longue-à-jouir

7 On émulait temps d’un soupir Smet Jean-Philippe
Qu’importe en fin si l’on sortait la bourse à sec
Ou aviné imitation Toulouse-Lautrec
Vêtu d’odeur de Boule d’or ou bien de pipe

8 Le samedi jour de renfort venait Ginette
Qui se disait la fille de Marlène Dietrich
Et qui sortait a-t-on appris droit de Diekirch
La cerisette couleur crevette haut des gambettes

9 Ce n’était pas des cornets de crème glacée
Le traitement de la maison anti-chaleurs
Rideau tiré les beaux parleurs étaient miauleurs
Par les recettes les plus secrètes du gynécée

10 Une Trévire seins de nymphette à la Bardot
Gertrud * avait recours à une obscure botte
De palatin['e] qui savait garder sa culotte
En soulageant les hobereaux des entrepôts

11 Hugues le groom Monsieur Roland se relayaient
Pour que sécure et bien tenue soit l’entreprise
Hector Delfosse André Brasseur jouaient Louise
Et le riesling était gardé par Hugues au frais

12* Des anecdotes j’en connais tant et que des vraies
L’évêque un jour revenait d’avoir confirmé
S’y arrêta comme un nigaud boire un café
L’histoire dit qu’on ne rendit point la monnaie

13* Il vint d’Ottré un innocent et Bécassine
Le frictionna tout doucement question d’hygiène
De savonnée avec dedans un antigène
Voilà-t-il pas qu’il a zinglé dans la bassine

14* Un perroquet qui savait dire juste deux mots
Se tenait coi mais quand sortait la clientèle
Qui oubliait d’avoir allongé la dringuelle
L’oiseau criait : petit cadoô ! petit cadoô !

15 J’ai en réserve un feuilleton de trente strophes
De blagounettes à publier dans la gazette
Un’* par prénom qui vont de A jusques à Z
Œuvre posthume car ou sinon quelle catastrophe

René Dislaire © Houffalize, le 20 octobre 2017

Présentation. Un boxon comme ils étaient foison dans les années 70. Ici, en relation avec la construction du viaduc de Houffalize, et son mâle ajout temporaire à la population locale.

Éclaircissements
* Quant aux jours creux bouchaient le trou des demoiselles *
Boss et bourgeois
: (quant) aux jours creux = mi-semaine, boss et bourgeois bouchaient le trou…
* Parthes, ondines, nixes : mythologie. Pour parler court, les nixes sont l’équivalent des ondines dans le nord de l’Europe
* Gertrud : lire « Guèrtroud » à l’allemande
* Un’ : une, élision phonétique du e
* Les strophes 12, 13 et 14: véridique

Le poème. Il s’agit de quinze strophes d’alexandrins. Rimes embrassées ABBA. Nous avons essayé d’appliquer à chaque strophe la contrainte rimes masculines, rimes féminines.
Spécificité du poème : à chaque vers il y a deux césures, l’une après le quatrième, l’autre après le huitième pied. Nous pourrions qualifier cela de « tempo de valse » ©, qui apporterait un surcroît de légèreté. Contrairement aux hémistiches traditionnels, qui donnent à la prosodie plus de solennité.
Il est indispensable d'être attentif à la répartition 'deux fois quatre pieds", s'agissant de la prononciation ou non de "e" en fin de mot. Par les recettes/ les plus secrètes/ du gynécée. D’où l’on allait/ chemin de terre/ jusqu’à St-Roch .

Du même auteur : parmi les plus beaux poèmes notamment de 2017
* 2017 La Charmille (poème 60 alex., lunapar de Houffalize année 70)

* 2017 Li Bènie Hesse (hêtre béni) – La peste et le choléra - Sonnet
* 2017 La ballade du hêtre béni de Bonnerue (poème)
* 2017 Houffalize – Le rocher Kerger
* 2017 Lippogramme : Bangui la coquète (Centrafrique)
* 2017 Houffalize – La complainte du Bois des Moines
* 2017 Complainte de la veuve d’un kamikaze
* 2016 Mon père et sa musique [+1970 (Harmonie de Houffalize)]
* 2016 Sonnet sur Houffalize. Vagabondage en incohérence
* 2016 Houffalize - Sonnet pour la Toussaint (2016)
* 2016 Grand-père et l'ultime tic tac
* 2016 Le jardin de ma mère = années 50 = 16 quatrains en alexandrins – mars 2016
* 2016 Le train à leurre : un tortillard dans les Alpes
* Poème hommage à Maurice Carême (4 strophes de 7 vers de 5 pieds )

  • Salon de la rue des Moulins (pastel)
  • Henri de Toulouse-Lautrec
626 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire