Houffalize: du mariage en wallon

Caricature du journal Le Monde (MUZD)

En relation avec la Sainte-Catherine, voici quelques expressions sur le thème du mariage, en wallon de la région de Houffalize. Elles sont tombées en désuétude et n'ont pas leur équivalent en français.
Is s’ont mariés sins payî l’sâcremin. Ils se sont mariés sans payer le sacrement, c’est-à-dire la messe de mariage. Comme on dit encore aujourd’hui avec dérision : ils vivent dans le péché.
Elle s’a mariée mè on n’a nin ètindou sonner les clotches. Elle s’est mariée mais on n’a pas entendu sonner les cloches. Cela se disait d’une fille à qui le curé avait refusé le mariage à l’église, du fait qu’elle était visiblement enceinte. Puis, par extension, cela a pu se dire des couples qui n’avaient contracté que le mariage civil.
C’est vormin one cawe di treûte. C’est vraiment une queue de truite. C’est une fille qui fait courir les jeunes gens, mais qui se refuse à tout prétendant. Une peau d'vache, quoi! Se disait également d’un filou, un homme qu’on a du mal à attraper.
Elle n’est nin mariante. Elle n’est pas « mariante ». Autant dire qu’elle n’avait pas un très bon caractère, ou que ce n’était pas un prix de beauté.
Il a marié l’vatch avou l’vê. Il a épousé la vache avec le veau. Dans les familles où la mère était devenue veuve, une fille se sacrifiait souvent au célibat pour lui tenir compagnie jusqu'à la fin de ses jours. S'il voulait se donner une chance de l’épouser, le prétendant devait consentir à accueillir la veuve chez lui. Il vivrait donc avec le veau et avec la vache. Après minuit, il se pouvait entendre, entre hommes plus imprégnés d'alcool que de vertueuse éducation: li trôye avou l'pourcê. La truie et son petit cochon. Il faut reconnaître que comme rosserie, c'est limite... Parole de Bordjeu, on ne parlait pas comme ça à Houffalize, juste dans les villages!
Mes parints s’ont rmariés. Mes parents se sont remariés. Ils ont fêté leurs noces d’or.
Dja l'grand mariadje. Dja l'pitit mariadje. J’ai le grand mariage. J’ai le petit mariage. Se disait au jeu de couillon (jeu de cartes). Le grand mariage, c’était le roi et la dame d’atout (de la même couleur). Le petit mariage, c’était la dame et le valet.

René Dislaire

Liens: du même auteur, sur le wallon de Houffalize

Expression sur la djote en wallon de Houffalize
Expressions en wallon de Houffalize
Expressions sur sainte Catherine et sur la Sainte- Catherine
Expressions pour dire bonjour et au revoir en wallon
Le tutoiement en wallon, les sales mots et « je t’aime »